Rugbyrama

Vincent, dans les pas de Petitjean

Vincent, dans les pas de Petitjean
Par Rugbyrama

Le 30/09/2020 à 17:18Mis à jour Le 01/10/2020 à 08:48

PRO D2 - Prêté par Agen à l’intersaison, Thomas Vincent réalise un très bon début de championnat avec Aurillac. Titulaire à quatre reprises pour autant de matchs, le demi d’ouverture poursuit son apprentissage et son ascension du côté du Cantal, le tout avec l’humilité qui le caractérise.

Il se voyait une carrière de footballeur, comme son père. C’est finalement vers le rugby que Thomas Vincent s’est tourné. Un peu par hasard, il avoue. "Quand j’étais en primaire, un ami m’a motivé à essayer le rugby à XIII, j’y suis allé un mercredi après-midi et je n’ai plus jamais quitté les terrains." se souvient-il. Formé au jeu à XIII dans le club de Bias, il se tourna ensuite vers le rugby à XV, notamment dans le club des 4 Cantons à Monflanquin. "J’ai une petite affection pour le jeu au pied. Je trouvais qu’à XIII il n’était pas assez développé. C’est pourquoi j’ai décidé de jouer à XV plutôt qu’à XIII."

Arrivé au SUA très tôt dans les catégories jeunes, il monte en puissance, jusqu’à découvrir le Top 14 à 18 ans seulement et un match à domicile contre le Stade Toulousain. Un souvenir marquant pour le jeune demi d’ouverture qui a eu la chance de jouer devant sa famille et ses amis. "J’ai vécu cette rencontre comme la conséquence de tout le travail qui avait été fait avant. Même si on avait pris une grosse défaite à la maison, ça reste un très bon souvenir pour moi"

A la suite de ce match, Thomas Vincent apparaît petit à petit dans le groupe agenais, une dizaine de fois au total sur trois saisons. Barré par Jack McIntyre, Léo Berdeu ou encore Raphaël Lagarde, le demi d’ouverture originaire de Villeneuve-sur-Lot, en recherche de temps de jeu, s’est tourné vers la Pro D2 et Aurillac.

Aurillac, comme une évidence

Ses débuts avec Aurillac sont prometteurs. Titulaire et buteur depuis le début de la saison, Thomas Vincent a même inscrit tous les points de son équipe (22 points dont un essai) lors du déplacement à Vannes en match d’ouverture. Malgré la défaite, sa prestation a marqué les esprits. Et il a pu enchaîner. "Mon intégration s’est très bien passée. J’ai la chance d’avoir la confiance de mes entraîneurs. Cela me permet de travailler et de progresser dans de très bonnes conditions." souligne-t-il.

Surtout, le jeune international des moins de 20 a la chance d’être entraîné par un certain Maxime Petitjean. Cet argument de poids a d’ailleurs facilité la décision de Thomas Vincent de rejoindre le Stade Aurillacois afin de poursuivre au mieux son apprentissage. "Ça fait partie de mes motivations pour venir ici. Il est gaucher comme moi, donc il sait comment me conseiller sur mon placement, mes tirs au but ou les phases de jeu plus classiques". Avec un des meilleurs réalisateurs de l’histoire de la Pro D2, l’ancien joueur d’Agen est très bien épaulé.

Des ambitions secrètes

Pour conclure, Thomas Vincent évoque, toujours avec autant d’humilité, ses objectifs de carrière. A court et long terme : " Une très bonne saison à Aurillac, ce serait déjà super. On réalise un bon début de championnat donc pourquoi pas aller chercher une qualification ? Même si le maintien reste la priorité".

International U20 pour un match du 6 Nations contre l’Italie, l’ouvreur d’Aurillac n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Même s’il reconnaît qu’il y a une forte concurrence et qu’il doit encore beaucoup travailler, Thomas Vincent souhaite évoluer dans le haut niveau de longues années encore et, pourquoi pas, remporter des titres. " Je suis encore loin d’avoir fait mes preuves. J’ai encore beaucoup de boulot mais évoluer au plus haut niveau serait déjà incroyable".

Par Alexis Plisson

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés