Icon Sport

Paris : L'escroquerie

Cinq jours pour sauver le Stade français
Par Rugbyrama

Le 22/06/2011 à 11:09Mis à jour Le 22/06/2011 à 11:56

Le Stade français escroqué. Les informations révélées mardi sur notre site ont été confirmées par le club. Le président Max Guazzini a déposé plainte contre la FACEM. Il a désormais jusqu'au 27 juin pour trouver les fonds nécessaires afin de sauver le club, jour où il est convoqué par la DNACG.

"On est en pleine tourmente." Les termes utilisés par Max Guazzini pour parler de son club sont faibles. Le Stade français risque très gros. Les informations diffusés ce mardi sur notre site ont été confirmées par le club de la capitale. Son déficit (estimé entre 5 et 6 millions), n'a pas été comblé par l'entrée de la FACEM dans le capital du club. La fondation canadienne devait apporter des fonds, à hauteur de 12 millions d'euros. Mais les documents fournis devant la DNACG au début du mois se sont révélés être des faux. Max Guazzini s'en est rendu compte ce week-end après le lancement d'une enquête. Il a déposé plainte ce mardi. A titre personnel, et en sa qualité de président. "Il est apparu que […] les garanties fournies par la FACEM Corportation, à l'enseigne d'une grande banque internationale étaient des faux", a précisé un communiqué du club mardi soir.

Ce mercredi matin, Max Guazzini, grand témoin de Radio Notre Dame, est forcément revenu sur l'escroquerie. Comment a-t-il pu ne pas s'en rendre compte plus tôt ? "J'ai rencontré des protagonistes quand on m'a montré les documents, s'est-il expliqué. J'ai signé tous ces documents. On ne s'est pas inquiété car on ne voyait pas la raison de l'escroquerie. On ne voyait pas pourquoi cela serait faux. Il fallait être fou." Et d'ajouter : "En fait, on a compris car on ne se savait pas que Bernard Laporte avait versé une somme de 183 000 euros. C'est un type d'escroquerie, que je ne qualifierai pas ici parce que cela serait mal interprété, très classique : on promet à des gens dans des situations très difficiles beaucoup d'argent mais il faut payer des frais. Vous payez les frais mais vous ne voyez jamais l'argent. On est dans une situation catastrophique."

"Des pasteurs escrocs"

Le président est également revenu sur la FACEM. "Une fondation agrée par l'ONU, a-t-il commencé. Ce qu'on a vérifié, c'est qu'ils avaient une autre activité. Dans leurs statuts, on est allé voir à Montréal tous les documents, ils ont un métier d'investisseurs. Il y a effectivement une fondation où ils mettent des bénéfices pour des institutions caritatives. En fait, ce sont des pasteurs qui font fructifier de l'argent. Ce sont visiblement des pasteurs escrocs." En plus d'avoir porté plainte, Max Guazzini a indiqué ce mercredi avoir envoyé une lettre au procureur de la République. Bernard Laporte aurait lui aussi déposé plainte à la Brigade financière pour escroquerie.

Cinq jours. C'est maintenant le temps qu'il reste au club parisien pour trouver l'apport financier lui manquant. Le Stade français est de nouveau convoqué par le Conseil supérieur de la DNACG le lundi 27 juin prochain. "Le risque pour le Stade Français est pour les 80 personnes qui y travaillent, a affirmé Max Guazzini. C'est à eux que je pense : aux joueurs, au personnel." Car le Stade français aux 13 titres de champion de France pourrait bien se voir relégué en Pro D2, voire en Fédérale 1. Mais pour le président, pas question de baisser les bras. "Dès le lundi soir, on a commencé à appeler tout le monde. On va passer notre journée à ça. Pour les repreneurs, on a des contacts." Il connaît l'importance de l'audition de lundi. Avant de conclure : "Il ne faudra pas fournir des attestations bancaires, il faudra fournir des chèques."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0