Abonnés

Top 14 - "Je n’ai pas voulu subir la pression des joueurs" : l'arbitre M. Nuchy décrypte l’action polémique de Stade français – Bayonne

  • M. Nuchy revient sur l'action polémique de Stade français - Bayonne.
    M. Nuchy revient sur l'action polémique de Stade français - Bayonne. Icon Sport
Publié le
Partager :

Samedi après-midi, le Stade français a battu Bayonne sur le gong, au gré d’une action litigieuse et ayant provoqué la colère de Camille Lopez, le capitaine basque. Pierre-Baptiste Nuchy, l’arbitre de la rencontre, nous explique à présent sa position.

A quatre secondes du dernier Paris-Bayonne, l’Aviron tenait, pour seulement trois petits points, une victoire à l’extérieur somme toute logique, au vu de la globalité du match. A quatre secondes du terme, les Basques avaient donc le ballon entre les pognes et laissaient docilement le temps s’égrainer. Alors ? Sur le dernier regroupement du match, Sekou Macalou vola néanmoins l’ultime cartouche de cette affiche, l’action rebondit aussitôt au large, le néo-capé Léo Barré perça le rideau adverse sur quarante mètres et, après plusieurs passes à l’extérieur, Giovanni Habel-Kuffner aplatit l’essai de la libération parisienne (28-24).

Pour autant, cette action déclencha la colère de certains Bayonnais, dont le capitaine Camille Lopez : "La première responsabilité, c’est la nôtre. On a trois tas à faire et taper en touche pour gagner ce match. On n’arrive pas à le faire et c’est une grosse erreur de notre part. Mais nous ne sommes pas seuls responsables : il y a faute sur ce dernier regroupement du match. On va pour faire un ruck mais notre soutien intérieur (Thomas Ceyte, N.D.L.R.) se fait déblayer (par Giovanni Habel-Kuffner, N.D.L.R.). Il est empêché de venir en aide au porteur de balles et il y a faute." A Jean Bouin, Lopez a alors demandé à M. Nuchy, l’arbitre de la rencontre, de vérifier l’action en question. Celui-ci n’a toutefois jamais retoqué sa décision initiale. Mais pour quelle raison, au juste ?

M. Nuchy : "L’arbitre vidéo n’avait aucun ralenti à disposition"

Dimanche après-midi, le directeur de jeu nous expliquait au téléphone : "Sur l’instant, je n’ai pas été éveillé (alerté par ses assesseurs, N.D.L.R.) sur du jeu déloyal. Je n’ai pas appelé la vidéo parce qu’aucun de mes assesseurs était en éveil par rapport à une faute éventuelle et qu’aucune image n’était alors montrée par le diffuseur. Aucun élément ne nous faisait donc appeler la vidéo."

"Aucun élément", les contestations bayonnaises exceptées. "Camille Lopez et le joueur subissant la faute (Thomas Ceyte, N.DL.R.) sont venus pour essayer de faire pression. Mais l’image, qui aurait évidemment pu provoquer une discussion, n’est pas repassée en direct pendant la transformation. Le doute n’a donc pas été suscité comme il l’avait été sur un essai bayonnais, en première période, que j’avais annulé après avoir observé les images sur le grand écran."

M. Nuchy poursuivait : "Je n’ai pas voulu subir la pression des joueurs. Il n’y a pas, en Top 14, de Captain Challenge (au tennis ou en NFL, un joueur peut contester la décision d’un arbitre, N.D.L.R.). Je ne remets pas en cause le diffuseur mais encore une fois, nous n’avons pas eu d’images. C’est d’ailleurs la question que j’ai aussitôt posée à l’assesseur vidéo, pour savoir si lui avait eu un doute en direct : il m’a répondu que non et n’avoir, en sus, aucun ralenti à disposition".

Qui a raison ? Qui a tort ? Ici, la réponse se trouve probablement dans la bouche du manager bayonnais Gregory Patat, plutôt magnanime en conférence de presse : "Sur cette dernière action, Habel-kuffner pète notre soutien mais le ballon est gratté sur l’extérieur du regroupement (soit relativement loin de la faute, N.DL.R.). A mes yeux, on est les seuls fautifs et c’est juste bien joué de la part du Stade français, qui doit d’ailleurs travailler ce genre de scénarios à l’entraînement. Nous menions de dix-sept points à la pause et aurions dû conserver cette avance au score, voilà tout..."

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (18)
haritza64 Il y a 29 jours Le 22/04/2024 à 13:32

Désolé ,je vais me répèter mais c' est une récidive de Nuchy , regardez le SF /AB du 17 09 22 C' est le même Nuchy .

La compo du corps arbitrale devient plus importante que celle des équipes ....
Attention le rugby est malade !

tetras05 Il y a 29 jours Le 22/04/2024 à 11:24

Bayonne est dépité...ils n'auraient jamais du perdre ce match avec un minimum de lucidité, mais plus facile à dire qu'à faire !

Mdchol Il y a 29 jours Le 22/04/2024 à 10:12

Erreur? pas erreur? OK c'est rageant ou pas selon le côté où l'on est. Le plus important me semble-t-il est de respecter la décision et comme G.Patat a semblé le faire. Cessons ces polémiques de plus en plus fréquentes qui génèrent des attitudes insupportables et dont nous devons nous méfier car à la base de dérives potentielles dont nous devons épargner notre sport. Seule chose me semble-t-il est que les instances de l'arbitrage fassent progresser le niveau général car "objectivement" il me semble que M.Nuchy fait partie des arbitres pouvant donner lieu assez régulièrement à discussion. L'analyse de ses matchs doit d'ailleurs le confirmer auprès de ces mêmes instances. Sans ce type de polémique il ne pourra que progresser tranquillement