Icon Sport

"Je ne crois pas que le Stade Toulousain était à 100%", le Top des déclas du week-end

"Je ne crois pas que le Stade Toulousain était à 100%", le Top des déclas du week-end
Par Rugbyrama

Le 04/03/2018 à 13:50Mis à jour Le 04/03/2018 à 14:32

Les regrets de Nicolas Godignon, la satisfaction d’Ugo Mola ou encore Christophe Urios qui accuse le coup, voici les phrases fortes de ce samedi en Top 14

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Nicolas Godignon (entraîneur de Brive)

Brive est passé tout proche d’un exploit majuscule dans la U Arena du Racing 92. Les joueurs de Nicolas Godignon n’ont jamais lâché le score et repartent en Corrèze avec un point de bonus défensif, très important en vue du maintien. Pour autant, l’entraîneur briviste avait quelques regrets à la fin de la rencontre.

"On a manqué de réalisme, c’est dommage. Chaque occasion qu’on ne met pas est une occasion de perdue. C’est regrettable car le Racing n’était peut-être pas dans un très bon jour. On aurait peut-être mérité en effet de marquer un essai de plus, on ne l'a pas fait ."

Brive coach Nicolas Godignon

Brive coach Nicolas GodignonIcon Sport

Rory Teague (entraîneur de l’UBB)

Quatrième défaite consécutive pour l’UBB. Hier soir contre Toulouse, les Bordelais ont raté leur match. Rory Teague était très lucide après la rencontre, et souhaite maintenant que son équipe se remobilise, pour terminer la saison positivement.

"On est passé à côté ce soir. On sort des vestiaires à la mi-temps, on revient vraiment bien, avec un jeu qui veut dire quelque chose mais le carton rouge fait mal. Il y a toujours une chose qui fait basculer le match, c'est le thème de notre saison. L'objectif maintenant est de finir la saison ensemble, pour construire quelque chose ensemble."

Coach Rory Teague - Bordeaux

Coach Rory Teague - BordeauxIcon Sport

Ugo Mola (entraîneur du Stade toulousain)

Le Stade toulousain est en grande forme actuellement. Les Rouge et Noir viennent d’enchaîner un quatrième succès consécutif et sont 3ème du Top 14. Après la rencontre, Ugo Mola était satisfait, en témoigne sa réaction au coup de sifflet final. Pour autant, l’entraîneur toulousain sait que la route est encore longue jusqu’à la fin de la saison.

"On a réalisé une performance maîtrisée. Dès l'instant qu'on est en possession du ballon, on a été en mesure de faire des choses très intéressantes. Il reste sept journées, je ne crois pas que l’on a vu un Stade toulousain à 100%, donc, il y a encore de la marge".

Ugo Mola (Toulouse)

Ugo Mola (Toulouse)Icon Sport

Christophe Urios (entraîneur de Castres)

Grosse désillusion pour les Castrais. Le manager de Castres accusait le coup après la défaite de son équipe à domicile face à Pau. Un revers qui met le CO dans une situation délicate dans la lutte pour les phases finales.

"Je ne sais pas trop comment analyser ce match, je ne sais pas à quel moment il nous échappe. On n’a pas su gagner un match à notre portée et on prend un coup sur la tête. Il faut maintenant remettre le bleu de chauffe, retrouver de la sérénité et de la confiance en défense."

Christophe Urios (Castres)

Christophe Urios (Castres)Icon Sport

Julien Pierre (capitaine de la Section paloise)

Quel exploit des joueurs de la Section. Pau n’avait plus gagné à Castres depuis 44 ans. Forcement ravi de la prestation de ses coéquipiers, le capitaine Julien Pierre souligne également la capacité de son équipe à ne pas paniquer.

"Elle est bonne ! Je n'ai pas beaucoup de mots. À titre personnel, en dix-sept ans de carrière, je n'ai jamais gagné à Castres donc cela a une saveur particulière pour moi. Les mecs étaient contents pour moi, nous en avions parlé avant le match Le mérite ce soir, c’est de ne pas s'affoler et de s'être appuyé sur une grosse défense".

Simon Mannix et Julien Pierre (Section Paloise)

Simon Mannix et Julien Pierre (Section Paloise)Icon Sport

Fabien Galthié (manager de Toulon)

Les Toulonnais n’ont pas réussi à enchainer après leur belle victoire à La Rochelle. Fabien Galthié regrettait après la rencontre les nombreuses fautes de main des siens.

"On savait que ce serait dur. Paradoxalement, je nous ai plutôt trouvés bien dans l’engagement mais beaucoup trop pauvres dans l’exécution. On doit commettre dix fautes de main dans leurs 22 mètres. C’est beaucoup trop… "

Contenus sponsorisés
0
0