Icon Sport

Pendant le Mondial, Erasmus était sous chimiothérapie

Pendant le Mondial, Erasmus était sous chimiothérapie
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 21/06/2020 à 14:07Mis à jour Le 21/06/2020 à 16:12

COUPE DU MONDE 2019 - Rassie Erasmus, le sélectionneur des champions du monde, a bien failli ne pas aller au bout de la Coupe du monde au Japon. Affaibli par des séances de chimiothérapie, parfois au bord de l'abandon, le patron sportif des Springboks avait jusqu'à présent tenu à garder sa maladie secrète.

C'est le journal sud-africain Rapport qui l'a révélé ce dimanche matin : en 2019, le sélectionneur Rassie Erasmus a contracté une granulomatose avec polyangéite, une très grave atteinte inflammatoire des vaisseaux sanguins. Afin d'éradiquer le mal, le patron sportif des Springboks, champion du monde au Japon, a donc été traité par chimiothérapie durant toute l'année civile, y compris durant la Coupe du monde en Asie. Dans l'article de notre confrère Hendrik Cronje, il est ainsi dit que Rassie Erasmus a choisi de garder sa maladie secrète pour ne pas déstabiliser Siya Kolisi et ses coéquipiers. "Rassie est désormais guéri, explique une source à la fédération sud-africaine. Mais la maladie était vraiment sérieuse".

Parallèlement à ça, Johan Teron, le docteur du sélectionneur sud-africain, confiait au journal Rapport que le traitement via chimiothérapie avait considérablement affaibli Rassie Erasmus durant la Coupe du monde. "Il y eut des jours durant la compétition où Rassie était vraiment très faible. A un moment, il a même douté du fait qu'il puisse aller au bout du tournoi mondial". Rassie Erasmus a reçu son dernier traitement de chimiothérapie en mars dernier et, depuis, reste à l'écart des foules afin d'éviter de contracter le Covid 19, une maladie qui lui serait probablement fatale compte tenu de son passif médical.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés