Icon Sport

Bistué : "Si les repreneurs avaient vraiment voulu le club, ils l'avaient..."

Bistué : "Si les repreneurs avaient vraiment voulu le club, ils l'avaient..."
Par Rugbyrama

Le 14/07/2020 à 17:03Mis à jour Le 15/07/2020 à 14:49

PRO D2 - Le projet de reprise du club de Béziers (ProD2) porté par Samir Ben Romdhane a échoué. Faute de certitudes financières, la DNACG n'a pas validé le rachat. Du coup, dans l'urgence, les anciens dirigeants se retrouvent à jouer les pompiers de service. Cédric Bistué, l'un des présidents, se défend d'avoir « magouillé ».

« Il est urgent de rétablir quelques vérités. » Cédric Bistué est longtemps resté silencieux. Pour autant, au lendemain de l'échec du projet de reprise du club par un investisseur Franco-Emirati, Samir Ben Romdhane, le coprésident de l'ASBH est sorti de son silence. « Oui, je me dois de rectifier pas mal de choses qui ont été dites ces derniers jours, laissant entendre que nous nous sommes accroché au club et que nous aurions magouillé pour le garder. C'est faux. Totalement faux. Nous étions prêts à démissionner. Depuis le début, nous avons accueilli les bras ouverts les repreneurs, dont M. Dominci et Pons. La preuve, nous avions signé le compromis de vente même si nous attendions de garanties bancaires qui ne sont jamais venues. Qui pourrait se contenter de promesses ? Ce n'est quand même pas de notre fait si l'argent n'a pas été apporté par ces gens, après des semaines et des semaines d'attente.Ils avaient le temps de s'organiser et de trouver des solutions pour déposer la somme demandée dans une banque française. Nous sommes désormais contraints de travailler dans l'urgence pour trouver des partenaires et présenter à la DNACG un budget qui tienne la route. Même le PGE, que nous avions contracté auprès de notre banque, était à l'arrêt. Il faut tout relancer... »

" Les repreneurs ont menti à tout le monde ! Ils laissent un champ de ruines derrière eux. "

Cédric Bistué et Pierre-Oliviez Valaize attendront la validation du gendarme financier jeudi. Le budget biterrois devrait être situé autour de 7 millions d'euros. « Je pense aux joueurs qui devaient être engagés et qui se retrouvent sans rien. Je comprends leur déception. Je comprends aussi la déception des supporters à qui les candidats à la reprise ont vendu du rêve. J'en veux aux repreneurs parce qu'ils ont menti à tout le monde : à nous, au maire, aux supporters, aux joueurs, à la DNACG... On a subi depuis le début. Résultat, ils laissent un champ de ruines derrière eux. Imaginez : ils ont refusé de prendre le club en l'état, dans l'attente que leur enveloppe de recrutement soit validée par la DNACG l'an prochain. Ils ont refusé. Mais s'ils voulaient le club, ils l'avaient. » Et d'ajouter : « C'est allé trop loin. Beaucoup trop loin. Nous avons avons fait l'objet d'insultes et de menaces permanentes, j'ai même reçu l'image d'un cercueil à mon nom... On va tout faire pour assurer l'avenir immédiat du club en Prod2. Après, encore une fois, je ne m'accroche pas à la présidence. Mais soyez certain d'une chose, je ne laisserai pas tomber l'ASBH. »

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés