Abonnés

Challenge Cup - Rabah Slimani avait pourtant mangé un monstre…

  • Face au meilleur gaucher du monde Ox Nché, Rabah Slimani a livré un match remarquable
    Face au meilleur gaucher du monde Ox Nché, Rabah Slimani a livré un match remarquable Icon Sport - Romain Biard
Publié le
Partager :

Face au meilleur gaucher du monde Ox Nché, Rabah Slimani a livré un match remarquable, prouvant ainsi qu’en matière de mêlées, il y avait lui et les autres...

Il s’appelle Retshegofaditswe. Ce qui, en langue Tswana, signifie littéralement "nous sommes bénis". Au rugby, où l’on préfère souvent la métaphore animale à l’allégorie transcendantale, on le connaît pourtant plus volontiers sous le nom de "Ox". Comprenez "le bœuf". Non pas que le sobriquet détonne, hein : le pilar des Sharks pèse après tout 118 kg, répartis comme ils le peuvent sur une courte armature (1,75 m), eu égard aux invraisemblables altitudes des gonzes qui l’entourent. Non pas que tout ce décorum ne lui déplaise, non plus : le champion du monde, connu ici et ailleurs pour une tenue de mêlée quasi parfaite, assume ainsi volontiers tirer ses plus grands bonheurs du sanglant tête à tête qui survient généralement après des en-avant, sur un terrain de rugby.

Pour les Clermontois, cette défaite encourageante, comme on dit souvent, sera-t-elle le fondement d’un quelconque renouveau ?https://t.co/xUZnX5c2Az

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) May 5, 2024

Interrogé la semaine dernière à ce sujet par nos confrères sud-africains, Ox Nché, qui n’a touché ses premiers ballons qu’à 13 ans, expliquait alors : "Il n’y a rien de plus gratifiant pour moi que de voir souffrir un pilier droit. J’aime les serrer jusqu’à ce qu’ils étouffent. J’aime sentir qu’ils manquent d’air et qu’au moment où ils relèvent la tête de la structure, ils se disent : "Merde… Ça risque d’être une très longue journée…" C’est un plaisir simple, mais c’est le mien." Un "plaisir" qu’il décline d’ailleurs à l’infini, dès lors qu’on lui en laisse l’opportunité : "L’aspect psychologique de la mêlée est primordial dans un match de rugby. Alors moi, j’aime apercevoir la crainte dans les yeux de mes adversaires. J’aime qu’ils se disent avant chaque mêlée : "Ce mec a le pouvoir de me faire sauter comme un bouchon de champagne." Moi, j’entre donc aussi fort que je le peux. Puis j’agrippe les reins, une très bonne prise, et je pousse le plus droit possible." Après ça, que le meilleur gagne…

Il ne se contentera pas du rôle de doublure

Et samedi après-midi, au Stoop, le meilleur fut néanmoins Rabah Slimani. Au vrai, le droitier de l’ASMCA n’eut pourtant que trois mêlées à disputer, face au champion du monde sud-africain. Mais il en domina deux sur trois, conduisant d’abord Ox Nché à poser un genou au sol et écoper d’une pénalité puis, dans la foulée ou presque, poussant le même "bœuf" à reculer de près de trois mètres, gagnant par la même occasion, et en force pure, le gain de la balle.

Alors ? Ox Nché aurait probablement mieux fait de garder ses théories au placard, avant de croiser la route de Rabah Slimani. Et au crépuscule de cette demi-finale spectaculaire, indécise et fort différente de ce à quoi on pouvait finalement s’attendre, on est tous en droit de reconnaître que le bon Rabah, 35 ans dans quelques semaines, est encore le maître incontesté dans l’exercice de la mêlée fermée, un secteur de jeu sur lequel il a d’ailleurs bâti l’essentiel de sa carrière (57 sélections de 2013 à 2019). Ici, on comprend mieux pourquoi les dirigeants clermontois ont dernièrement décidé de prolonger le contrat de l’enfant de Sarcelles jusqu’en 2025 : parce qu’à l’heure où nous couchons ces quelques lignes sur papier jaune, rien ne dit que Slimani se contentera d’incarner la doublure du Leinsterman Michael Alaalatoa, attendu en Auvergne d’ici quelques semaines…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Avdemuret Il y a 15 jours Le 05/05/2024 à 19:02

Un pilier que l'on a peut être enterré un petit peu trop tôt, finalement il sait sortir son épingle du jeu quand il le faut ,il y a quelques années il brillait au niveau international. Apparemment il n'a pas perdu son caractère.

Lechim Il y a 14 jours Le 06/05/2024 à 18:21

Le pb de Rabah, c'est qu'à la fin de son époque en édf, il était très souvent pénalisé, comme Domingo avant lui. Et puis à part sa tenue de mêlée..... à la fin des matchs, il ne savait pas trop si le ballon était suffisamment gonflé ou pas...
Du coup les sélectionneurs ne l'ont plus appelé.