Abonnés

Pro D2 - En cas d’exploit à Vannes, Brive a encore une chance de se qualifier

Par Jérôme PRÉVÔT
  • Léo Carbonneau et les Brivistes ont toujours un espoir de se qualifier.
    Léo Carbonneau et les Brivistes ont toujours un espoir de se qualifier. Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Sur le plan mathématique, Brive a encore une chance de finir dans le top 6. Mais pour ça, il faudrait gagner à Vannes. Chez le premier.

Que reste-t-il de cette saison de Brive ? Pas mal de frustration évidemment, même si le CAB a encore une chance mathématique de finir dans Top 6 s’il passe devant Nevers et Mont-de-Marsan. Il lui reste deux journées pour faire ça et sans être maître de son destin. Et dès jeudi, les Corréziens se déplaceront à Vannes, premier avec un point d’avance sur Aix. Condition sine qua non difficile à remplir. "Dans un sens tant mieux, il faut gagner les deux fois pour espérer. Nous n’avons plus besoin de calculer puisque nous avons grillé tous nos jokers. La mission est simple, faire un gros match à l’extérieur, et le valider contre Biarritz pour finir." pose Arnaud Méla, entraîneur adjoint du CAB qui jouera les arbitres pour la première place symbolique de ce Pro D2.

A lire aussi : Pro D2 – Brive revient dans la course à la montée en écrasant Aurillac dans le derby

Brive a gagné deux fois sur quatorze déplacements, chez des mal classés, Rouen et Biarritz. Les Corréziens ont aussi arraché un match nul à la dernière minute à Mont-de-Marsan (22-22 avec un essai de Leo Carbonneau). Le récent rendez-vous de Soyaux-Angoulème était une belle occasion de refaire basculer la saison, mais elle fut totalement gâchée (22-12). Arnaud Méla reprend : "Les points à l’extérieur qui nous manquent, ils viennent du match d’Aix-en-Provence." Ce 26 janvier, Brive menait 24 à 23, après une pénalité de 50 mètres de Tom Raffy à la 78e (24-23), puis un ultime essai provençal avait tout fichu par terre et Aix était devenu leader après avoir tremblé : "Nous avions été mis sous pression au début, avant de faire un gros match et de se faire dépasser à la 82e… Mais c’est ce genre de match qu’il nous faut retrouver jeudi, car Vannes comme Aix est une grosse cylindrée. Il faut absolument revivre les mêmes situations en Bretagne qu’en janvier en Provence."

Cruel manque de stabilité

Cette saison que certains espéraient triomphante aura donc été parsemée de cahots. Pour Vannes, le staff briviste compte forcément sur l’orgueil de ses hommes et sur le fait que Vannes soit assuré de jouer les demies. Arnaud Méla est conscient des mauvaises ondes qui ont perturbé la saison du CAB, un club qui a changé de manageur en novembre, quand Patrice Collazo fut limogé et que Pierre-Henry Broncan fut appelé à sa place…

"Il a manqué aux joueurs de la stabilité. Ce fut une année particulière. En fait, depuis un an et demi-deux ans, le club a connu beaucoup d’instabilité. Après chaque changement, il a fallu remobiliser les joueurs avec de gros effets de transition. C’est très important la stabilité, dans une entreprise comme dans le monde du sport." Et on a appris la semaine passée que le club allait aussi changer de président, exit Simon Gilham, bonjour Thierry Blandinières.

A lire aussi : Pro D2 – "Jean-Noël Spitzer devra nous faire un petit cadeau pour qu’on joue contre les Espoirs de Vannes" sourit Broncan (Brive)

Arnaud Méla conserve néanmoins la sensation d’avoir vu des jeunes accéder au plus haut niveau. "On a six sélectionnés chez les moins de 20 ans, surtout chez les trois-quarts." Les Carbonneau, Raffy, Ferté commencent à être connus. Mais au niveau du pack, Mela a vu progresser Loan Lavergne "qui n’a fait que deux feuilles de matchs à cause de ses soucis à une cheville". Il cite aussi le très jeune Geoffrey Malaterre, les un peu moins jeunes, Nathan Fraissenon, Sasha Gué, Francisco Coria Marchetti…

D’une façon générale, les performances de son paquet d’avants n’ont pas été si mauvaises : "Sur le plan comptable, je suis content. En conquête, les chiffres sont avec nous. Mais ils ne disent pas tout. On a perdu trop de ballons dans les moments importants. Sur les ballons portés aussi, je suis plutôt content, on a mis la pression sur l’adversaire mais il faut savoir le faire trois fois d’affilée, la troisième fois est c’est celle où il faut être le plus précis, et c’est là-dessus que nous avons été un peu tendres."

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
STEF65 Il y a 13 jours Le 07/05/2024 à 16:38

dsl mais à mon avis le dernier qualifié aura 78 pts...