Champions Cup – "Costes respirait la classe", "Rythme, puissance et panache"… La revue de presse britannique de Toulouse – Harlequins

Par Pablo Guillen
Publié le Mis à jour
Partager :

Ce dimanche, face aux Harlequins, le Stade toulousain s’est qualifié pour la huitième finale de Champions Cup de son histoire en s'imposant 38-26. Les presses anglaises et irlandaises n’ont pas tari d’éloges à propos d'Antoine Dupont, Paul Costes et le jeu des Rouge et Noir, en pointant du doigt le carton jaune reçu par le talonneur anglais Jack Walker, fatal à ses coéquipiers.

Dans une atmosphère des grands jours, Toulousains et Londoniens nous ont offert une demi-finale de rêve, hier au Stadium. Malgré l’enjeu, aucune des deux équipes n’a renié son jeu et son ADN, pour le plus grand bonheur des 33 000 supporters. The Guardian a salué ce superbe affrontement, relevant également la capacité des Rouge et Noir à hausser leur niveau de jeu pour se sortir du piège anglais : "Ces deux équipes aiment jouer et il y a eu des moments où les deux ont montré tout leur arsenal de compétences. La différence, c’est que Toulouse possède une puissance et une férocité que les Harlequins ne peuvent égaler".

Paul Costes respirait la classe

Au terme d’une première période de rêve, le Stade toulousain a tout simplement écrasé les Harlequins, basculant à la pause à 31-12. "Toulouse a démarré à une vitesse vertigineuse. Rythme, puissance, panache. Tout était visible et les maillots rouges étaient partout. L’ailier local Matthis Lebel a ouvert le score sur une touche bâclée des Quins", écrit The DailyMail. Le journal poursuit en louant le talent d'Antoine Dupont : "Le magnifique Dupont a marqué deux fois, comme il semble toujours le faire."

A lire aussi : Investec Champions Cup - Le fait du match Toulouse - Harlequins : quand Antoine Dupont va, tout va !

The Telegraph relève par ailleurs les excellents matchs de plusieurs autres joueurs Toulousains, dont le jeune centre Paul Costes, étincelant hier : "Peato Mauvaka, le talonneur d’assaut, était un autre marqueur d’essais influent pour Toulouse et Paul Costes, un centre de 21 ans avec un avenir extrêmement prometteur, respirait la classe parmi des noms plus familiers tels qu’Emmanuel Meafou, Thibaud Flament et François Cros. Matthis Lebel et Juan Cruz Mallía ont permis à Toulouse de sécuriser sa victoire".

Le péché de Jack Walker s’est avéré crucial

The Irish Time note de son côté le panache des Harlequins, qui, pourtant largement menés à la pause, n’ont pas baissé les bras, nous offrant une deuxième période toute aussi palpitante : "Créditez les Harlequins pour la manière dont ils ont riposté alors qu'ils étaient menés 31-12 à la mi-temps. Ils ont continué à jouer comme ils le savent et les essais de Cadan Murley et Tyrone Green les ont ramenés à cinq points contre une équipe disposant de beaucoup plus de ressources."

A lire aussi : Champions Cup - François Cros : "Toutes les finales sont belles, mais celle-là le sera d’autant plus"

The Daily Mail n’a pas été tendre avec le talonneur anglais Jack Walker, coupable d’un déblayage à l’épaule sur Antoine Dupont, à 15 minutes du terme de la rencontre, alors que les Rouge et Noir connaissaient un coup de moins bien : "Le péché de Jack Walker s’est avéré crucial […] La couleur du carton fut sans importance car elle a freiné l’élan des Quins juste au moment où ils allaient renverser Toulouse. L’impact a été énorme."

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (20)
Mich2a Il y a 15 jours Le 07/05/2024 à 18:11

À la mi-temps Toulouse avait fait l'essentiel. Il aurait fallu une très grosse équipe pour faire basculer la rencontre. Attention au Leinster qui est largement au dessus des harlequins avec un Lowe en feu et un Gibson Park qui marche sur l'eau. Ça va se jouer sur peu de chose cette finale.

fanduXV Il y a 16 jours Le 07/05/2024 à 07:41

Je pense que Ugo va leur dire de jouer et jouer "comme ils savent faire" mais va demander à sa charnière de gérer les temps faible, y en aura forcément... un gros match nous attend ! Quel pied profitons en pleinement !

Clide64 Il y a 16 jours Le 07/05/2024 à 00:44

Comment fait le Stade pour la salary coup quand on voit 3 à 4 joueurs par poste ? Ce n'est ni pour critiquer ni pour jalouser mais j'aimerai comprendre cette règle dont on parle! Je trouve qu il y a des disparités entre les clubs de Top 14 ? Bonne et belle finale

Borenth51 Il y a 16 jours Le 07/05/2024 à 10:16

Je n'étais aussi posé la question. Toulouse est au plafond du salary cap (comme 11 autres clubs sur 14 pour la saison 2023-2024). Mais même avec leur statut des Ntamack ou Dupont ne sont pas les joueurs les mieux payés du Top 14 car le Stade Toulousain est très attractif.
Par ailleurs, les clubs bénéficient pour chaque joueur sélectionnés d'une "rallonge" du salary cap par joueur sélectionné est accordée (+200 000 euros par joueur en 2021/2022) ce qui est très important pour le Stade Toulousain qui de ce fait à la plus grosse masse salariale du Top14 avec La Rochelle. Cette règle pénalise par exemple beaucoup Clermont depuis quelques saisons qui avait construit sa masse salariale en pensant avoir des sélectionnés ce qui n'est malheureusement plus/pas le cas.
Seul les primes de résultat (plafonnée à 10% du salaire contre 40% sous l'ère Boudjellal qui utilisait beaucoup ce levier) ne sont pas inclus dans le calcul du salary cap contrairement aux avantages en nature (voiture, logement, droit à l'image collectif et individuel). J'imagine que cela joue en faveur des équipes qui gagnent régulièrement des titres (les primes de résultat des joueurs sont en général liés aux primes reçues pas les clubs pour leurs résultats/classements.
Aussi beaucoup de joueurs sortent désormais du centre de formation (qui jouit d'une forte attractivité pour récupérer assez tôt les meilleurs espoirs selon un plan de succession). Ils en sortent avec un attachement certain au club et son jeu ce qui permet lorsqu'ils sont prometteurs de les signer en pro. Le management prend soin de les lancer peu à peu dans le grand bain, bien aidé en cela par les vrais et faux doublons (même en étant talonneur #3, le temps de jeu sur la saison est élevé, parfois supérieur au #1 & #2 du poste).
Au-delà de cela, qui dans le rugby professionnel peut ne plus suffire, Toulouse a 2 arguments important qui font qu'ils fidélisent et n'ont pas besoin toujours besoin de jouer la surenchère pour attirer/retenir les meilleurs talents : (1) Jouer à Toulouse permet de glaner des titres avec une quasi-certitude sur un contrat de 3-4 ans et (2) pour les Français, lorsque l'on devient titulaire indiscutable à Toulouse, les portes de l'Equipe de France s'ouvrent quasi systématiquement.
Enfin, on l'a vu sur le cas Kolbe, Toulouse ne joue pas forcément la surenchère lorsque les joueurs essaient de les faire monter. La tendance actuelle est d'offrir des contrats de plus longue durée aux jeunes et aux joueurs cadres (la logique de transfert arrive peu à peu même si elle est en général simplement liée au salaire restant du joueur) et pour amortir les potentiel changement de statut des joueurs (champion du monde U20, nouveaux sélectionné EDF, serial marqueur, ...)

NicoST Il y a 16 jours Le 07/05/2024 à 11:15

Il me semble que beaucoup de joueurs sont issus de la formation. Il me semble que les 23 actuels sont à + de 50% issue de la formation. L'info est d'ailleurs dispo sur la page Wikipedia du club, onglet « Stade Toulousain 2023-2024 ». Je viens de faire le pt et sur 44 joueurs référencés il y a 21 joueurs « formé au Club ». On est pas très loin des 50% donc

Mika-Rougeetnoir Il y a 16 jours Le 07/05/2024 à 13:38

Ils ne payent pas leurs stars autant que dans d'autres clubs hormis Dupont peut-être et recrute peu ou pour pas cher, s'appuie sur la formation et pour finir plus tu as d'internationaux plus tu as de la marge me semble.