Icon Sport

Le feuilleton rocambolesque de Boudjellal au Sporting club Toulon

Le feuilleton rocambolesque de Boudjellal au Sporting club Toulon
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 19/05/2020 à 16:30Mis à jour Le 19/05/2020 à 20:03

Alors que sa volonté était publique de reprendre le club de football de sa ville, le Sporting club Toulon, Mourad Boudjellal en a semblé tout proche. Puis désormais très loin. Retour sur 48 heures décisives.

Le projet de Mourad Boudjellal n'est pas nouveau : sitôt éjecté de son rôle de président du RCT par le nouveau patron Bernard Lemaître, le président aux trois titres européens faisait part de son nouveau projet. Dans le sport, encore. A Toulon, toujours. Mais, cette fois, du côté du football, où il comptait bien relancer le Sporting Club Toulon, dernier du championnat National et relégué en National 2 (quatrième division).

Alors que les premiers échanges avaient été houleux, un accord semblait finalement proche le week-end dernier entre l'actuel actionnaire principal du club, Claude Joye, et l'ancien homme fort du RCT à la tête d'un groupe d'investisseurs. Un audit du club avait même été commandé. "Avec cet audit, nous avons tous les deux réalisé un pas très important. Cela pourra être fait en 48 heures" confiait d'ailleurs Boudjellal au Figaro, le week-end dernier, espérant prendre la présidence du club et rapidement injecter 4 millions d'euros pour poser les bases d'un projet ambitieux. Les dernières heures ont toutefois sérieusement douché cet enthousiasme.

Et maintenant... Hanouna et Marseille ?

Lundi soir, l'actionnaire principal Claude Joye détaillait toutefois une position antagoniste, via un communiqué sur le site du club. "Je lui ai exprimé ne pas être vendeur mais être intéressé par sa venue, notamment en raison de son fort potentiel médiatique et économique" pouvait-on notamment y lire. "Lui, n’ayant jamais exprimé la volonté de racheter le club, nous a proposé un modèle de collaboration sur lequel nous avons trouvé un accord oral lors de notre second rendez-vous fin Février."

Une position qui a fait sortir Boudjellal de ses gonds. "Je ne serai jamais le directeur commercial de Claude Joye. Il faudrait peut-être lui rappeler mon CV. Quand je vois sur RMC que je suis cité parmi les plus grands présidents du sport français et que lui m’explique des choses… Cela m’a rendu fou !"

Coup de pression ou véritable fin de non-recevoir ? Une visite des installations par Boudjellal et son pool d'investisseurs était prévue ce mardi, en présence du maire de la ville Hubert Falco. Elle a été annulée. Et de menacer, toujours sur RMC : "C’est dommage pour Toulon car j’avais vraiment un beau projet. C’était plus que crédible. Avant de partir, je révélerai quelques noms de personnes qui étaient avec moi. Ils ne venaient que si j’étais là et ils me suivront." La prochaine étape pourrait se trouver non loin de là, toujours dans le foot : l'Athlético de Marseille, club de nationale 3 avec lequel il avait également engagé des négociations. A commencer par des discussions avec un des actionnaires du club. Un certain Cyril Hanouna...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés