Coupe du monde de rugby 2023 – Jacques du Plessis : "J'aurais peut-être pu jouer quelques matchs avec la France"

Par Loïc Bessière
  • Jacques du Plessis lors de la finale de Challenge Cup 2021.
    Jacques du Plessis lors de la finale de Challenge Cup 2021. Icon Sport
Publié le
Partager :

Ce quart de finale entre les Bleus et les Springboks sera particulier pour l’ancien troisième ligne de Montpellier, même en l’absence de son ami Paul Willemse. Il verra s’affronter son pays d’origine, l’Afrique du Sud, où il est revenu en 2021 pour évoluer aux Bulls, et celui où il a joué six ans et qu’il aurait aussi pu représenter au niveau international, la France.

La touche sud-africaine est vantée ces dernières semaines. Comment expliquez-vous cette réussite ?

Je pense, déjà, qu’il y a un bon système. C’est la première chose. Ensuite, il y a aussi de très bons sauteurs. Mais avoir un bon système, qui est bien compris et appris de tous les joueurs, où chacun sait ce qu’il doit faire, ça rend les choses plus simples. Cependant, les Irlandais, face à l’Afrique du Sud, ont perdu des ballons en touche, mais ils ont quand même gagné le match. La touche sud-africaine sera évidemment une grande menace pour la France, mais vous savez aussi que la France a une excellente touche. Et, évidemment, ils auront bien fait leur devoir avant le match ! Ils rivaliseront donc avec l’alignement des Springboks.

A lire aussi : Coupe du monde de rugby 2023 - Laurent Travers : "La philosophie de l’alignement sud-africain est de bloquer le fond de touche"

En deuxième ligne, en l’absence de Paul Willemse, ce sont Cameron Woki et Thibaud Flament qui sont alignés. Pensez-vous qu’ils peuvent manquer de puissance face à l’Afrique du Sud ?

Ce sont deux très bons joueurs. Quand j’étais en France, Cameron Woki jouait troisième ligne. Il est très athlétique, il peut se déplacer, mais il est évident que Paul leur manque, il faut qu’il soit là. Il amène quelque chose de différent, même s’il se déplace moins que Woki et Flament. Il apporte plus de puissance, il aime se frotter à l’adversaire. Mais les deux autres compensent cette absence avec plus d’endurance et une palette de jeu plus large, ils peuvent faire des offloads aussi.

Le jour d'y croire en Une de Midi Olympique !
Le journal > https://t.co/cIlUIU6QWt pic.twitter.com/KbSQnqsqld

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) October 12, 2023

Étiez-vous surpris de voir sept avants sur le banc des remplaçants des Springboks face aux Français ?

Il est évident qu'il s'agit d'un pari ! Imagine que plusieurs arrières se blessent quand tu as sept avants sur le banc… Certes, il y a beaucoup de joueurs polyvalents dans l’équipe type. Alors, oui, c’est un peu moins orthodoxe, ce n’est pas une façon normale de penser. Les Springboks sortent des sentiers battus ! Les sélectionneurs ont toujours un plan.

Pensez-vous que le banc en sept-un pourrait être une solution pour les Sud-Africains face aux Français ?

Honnêtement ? Je ne sais pas. Mais cela peut-être une bonne solution car les Français ont quand même des avants très forts et très physiques. Cela peut permettre de changer nos avants et de faire entrer des joueurs frais.

Vous jouez aux Bulls avec Canan Moodie et Kurt-Lee Arendse. Ils courent très vite, n’est-ce pas trop dur de les affronter à l’entraînement ?

C’est impossible de les rattraper pour moi, comme tu peux l’imaginer (rires) ! Je pense que Kurt-Lee est plus rapide que Canan. Ils disputent la Coupe du monde et je suis très heureux qu'ils puissent servir d’exemple aux joueurs qui ont le même gabarit qu'eux. Ce sont de bons gars. Et puis c’est toujours sympa de voir ses coéquipiers bien jouer ! Ils seront tous les deux attendus par les Français, qui ont aussi des joueurs extraordinaires aux mêmes postes.

Jacques du Plessis face au Lou en Champions Cup.
Jacques du Plessis face au Lou en Champions Cup.

Vous entraînez-vous avec les Bulls en ce moment, malgré le Mondial ?

Oui, mais je suis handicapé par les blessures. J’ai eu une blessure au tendon d’Achille pour la seconde fois, l’année dernière. Je revenais et j’ai dû me faire opérer du genou… Donc je n’ai malheureusement pas pu venir en France pour voir le Mondial. Pourtant, j’aurais bien aimé me rendre en France là où j’ai vécu six années. C’est une part de moi ! Mais avec mon programme en ce moment, c’était trop difficile, on s’entraîne dur !

Aux Bulls, vous êtes plusieurs à être passé par la France comme Bismarck du Plessis, Johan Goosen ou Morné Steyn. Le quart de finale France – Afrique du Sud est-il un sujet de discussion récurrent entre vous ?

Nous avons tous parlé de ce match toute la journée parce que, comme nous l'avons dit, ce n'est pas agréable de voir les quatre meilleures équipes s'affronter entre-elles en quarts de finale. Je n’ai rien contre l’Angleterre ou le pays de Galles, ils ne sont pas mauvais. Mais ce que vous voulez voir, c’est la France en finale contre les Springboks ou l'Irlande en finale. C'est bon de voir que les quarts de finale vont être impressionnants, mais, maintenant, nous spéculons, nous parlons. Mais, tout d'abord, comme je l'ai dit, si l'Afrique du Sud joue son jeu, ce sera la France qui sera en danger et elle sera dur à arrêter. Cela sera un match incroyable ! J’ai vraiment hâte !

Pensez-vous que les Sud-Africains préparent un plan avec Antoine Dupont et un sans lui ?

Je pense qu’ils préparent juste un plan sur la manière dont joue le XV de France. Surtout que c’est difficile de se préparer à jouer face à Antoine Dupont parce qu’on ne sait jamais ce qu’il va faire ! Tu dois juste être prêt à toutes les éventualités contre les Bleus. La France joue d’une manière imprévisible, tous les joueurs le sont, et c'est ce qui la rend si dangereuse ! Je pense donc que si l'Afrique du Sud veut avoir une chance contre la France, elle doit être prête à tout, ils ne peuvent pas avoir de relâchements. Elle devra garder les Français sous pression et ne pas leur offrir la possibilité de jouer leur jeu après-contact et de mouvement.

Bongi Mbonambi a évoqué ses souvenirs de Marseille, le statut des Boks, l'appétence des siens pour le rugby d'affrontement et le duo Erasmus-Nienaber.

Ses propos > https://t.co/XV8MksoeGE pic.twitter.com/N37IBxzQTR

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) October 12, 2023

Avec la nouvelle législation de World Rugby, vous êtes éligibles au XV de France. Est-ce un regret pour vous qu’elle ne soit pas arrivée lorsque vous étiez encore dans l’hexagone ?

Honnêtement, non. Je n'aime pas trop y penser, parce que ça me rend triste. Quand Fabien Galthié était venu me voir à Montpellier, je ne pouvais pas être sélectionné à cause des anciennes règles. Et maintenant que je suis revenu en Afrique du Sud, je ne peux pas jouer. C'est très décevant parce que, à mon avis, j'aurais peut-être pu jouer quelques matches avec la France. Mais bon, c’est comme ça, il faut rester positif !

France-Afrique du Sud, cela aurait été un match particulier pour votre ami Paul Willemse, actuellement blessé. Êtes-vous en contact avec lui depuis son forfait ?

Oui, mais je ne lui ai parlé que quelques fois seulement. Je pense que quand des choses comme ça arrivent, les gens ont tendance à rester loin de leur téléphone parce qu'il y a des personnes qui sont négatives. J'ai essayé de le contacter, mais je pense qu'il est occupé, et je pense beaucoup à lui. Nous sommes de très bons amis et il sait que l'on revient plus fort. Ce ne sont pas les moments faciles qui font de vous une meilleure personne, ce sont les moments difficiles qui font de vous ce que vous êtes. Je sais que pour Paul c'était difficile, mais si tu essayes de rester positif et tu t’en sortiras !

Il paraît que quand Paul Willemse a des moments difficiles, comme cette blessure, il fait beaucoup de barbecues. Vous confirmez ?

Je ne suis pas du tout surpris ! Tu as vu comme il est costaud ? Il ne mange que des barbecues ! Paul est un être humain très costaud, il a besoin de manger énormément !

Vous aussi…

Avec Paul, on a joué ensemble pendant huit ans, trois ans aux Bulls, puis six ans à Montpellier. Nous avons fait des barbecues chaque semaine, certains étaient vraiment très bons ! Mais je pense que je suis meilleur que lui pour les faire. Paul, il est meilleur pour les manger !

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
Picolo Il y a 4 mois Le 13/10/2023 à 20:17

S'il avait été sélectionné avec le XV de France on aurait eu une deuxième ligne monstrueuse

CasimirLeYeti Il y a 4 mois Le 13/10/2023 à 12:31

Incroyable joueur qui jouait aux deux postes de la seconde ligne et à tous de la troisième. Très bon en touche, au placage, pour charger mais aussi avec des mains, capables d'off-loads, de jeu en pivot, le joueur complet... Incroyable que les Boks ne l'aient pas fait jouer alors !

Othenan Il y a 4 mois Le 13/10/2023 à 10:49

Le mec mange carrément des barbecues ?!