Pro D2 - Les enseignements de la soirée : Dax comme chez lui à Biarritz, mention pour Aurillac

Par Loïc Bessière et Quentin Put
  • Les Dacquois ont parfaitement répondu au défi proposé à Aguilera.
    Les Dacquois ont parfaitement répondu au défi proposé à Aguilera. Pablo Ordas
Publié le Mis à jour
Partager :

Cette 10e journée de Pro D2, qui offrait quelques jolies affiches, a eu aussi son lot de surprises, comme souvent, et d'enseignements.

Sans impressionner, le Stade montois en passe 30 à Sapiac

En première mi-temps, les Montalbanais avaient montré de belles intentions en défense, et en marquant les premiers points de la partie. Mais chez eux, les Landais étaient très efficaces. En moins de dix minutes, pénalité, carton jaune et essai qui font dix points. Pareil à la demi-heure de jeu, avec trois nouveaux points qui confirment le réalisme des locaux.

La deuxième période sera presque caricaturale de ce même schéma, à ceci près que la défense montoise sera peut-être encore meilleure. A contrario, l'USM se met à la faute dès qu'il s'agit de contenir quelque temps de jeu à peine. Sauf que l'intensité honorable des visiteurs baisse peu à peu, avec le score qui gonfle par la botte de Canut. Encore pire, avec l'essai de Sau sur la passe au pied de Laousse Azpiazu (30-13).

A lire aussi : Pro D2 - Les résultats de la soirée : Agen réagit, l'exploit pour Soyaux-Angoulême

Le Stade montois, qui a montré des améliorations après le derby landais, assure l'essentiel avec ce succès à domicile, et reste sur le podium de ce championnat. Mais Sapiac, qui a traversé une semaine difficile après la déroute face à Colomiers, ne parvient pas à s'extirper de sa mauvaise dynamique.

Soyaux-Angoulême souffle et met le CAB en difficulté

Comment cette équipe de Brive, quatrième du classement, qui avait décroché 18 points sur 20 possibles à domicile, a pu se laisser tomber de la sorte, ce vendredi ? Tout avait plutôt bien commencé, avec un bon maul conclu par Warren-Vosayaco, pourtant surveillé de près. Mais le contenu n'est pas suffisant : les Angoumoisins marquent, passent devant et les locaux rentrent aux vestiaires sous les sifflets.

Après la pause, c'est un grattage d'Olding qui permettait de décaler le jeu jusqu'à l'inévitable Warren-Vosayaco. Le Fidjien accélérait et trouvait Ferté pour son cinquième essai de la saison. Toutefois, il fallait dix minutes aux Charentais pour revenir et même repasser devant au score. Trois pénalités de Dubecq sanctionnaient des fautes diverses du CAB. Et malgré la pression mise dans les derniers instants du match, les partenaires de Saïd Hirèche ne parviendront pas à trouver la faille, à l'image de ce lancer perdu synonyme de fin de partie (10-16).

Tandis que c'est une désillusion pour Brive, Soyaux-Angoulême réalise un bel exploit et tant mieux, car Dax et Grenoble ont aussi gagné ce vendredi soir.

Aurillac roi du money time

Le score était révélateur de la physionomie de la rencontre. Jusqu'à la 71e minute de jeu, pas d'essai à Maurice-David. Les pénalités de Gopperth et Palmier se répondaient (avec un échec chacun). Et les hommes de Mauricio Reggiardo ne prenaient l'avantage au tableau d'affichage qu'à la 58e minute de jeu.

Mais dans ces dix dernières minutes très engagées, c'est le Stade aurillacois qui se fendait d'un mouvement offensif superbe avec du jeu après contact, du soutien dans l'axe et de l'avancée collective. Margarit à la conclusion. Il fallait une débauche d'énergie colossale d'Aix-en-Provence pour qu'Adrien Lapègue ait l'occasion (ou des miettes) pour relancer les siens. Il récupérait un mauvais ballon au sol, produisait un beau cadrage-débordement garni d'un raffut, et échappait au deuxième défenseur. Sur le renvoi, les Aixois étaient pénalisés et Marc Palmier, imperméable à la pression, rajoutait une ultime pénalité. Malgré la relance folle de Colombet faite de crochets et d'une sacrée pointe de vitesse, le score en restera là, la faute à un en-avant à cinq mètres de l'en-but (19-19).

Aurillac, qui n'avait obtenu qu'un point en déplacement jusque-là (un point), se donne une sacrée bouffée d'oxygène. Provence rugby confirme que les choses sont moins faciles depuis un mois.

Agen se reprend

Après le lourd revers concédé à Biarritz la semaine passée (29-9), Agen s'est repris. Mais il ne fallait pas s'attarder à la buvette avant le match. Les Biterrois ont frappé les premiers avec un essai de Nicolas Plazy après moins de deux minutes de jeu ! Comme si cela ne suffisait pas, en moins de quatre minutes, les Agenais ont aussi perdu Kolinio Ramoka et Georges Tisley sur blessure. Mais le SUA a profité des fautes adverses pour revenir petit à petit dans le match grâce à la botte de Thomas Vincent avant de prendre l'avantage grâce à une action des arrières conclue par Sonatane Takulua.

+4 \u2705

???????? de nos Agenais à la maison avec @groupe_sud_management !

Merci à tous pour votre soutien ce soir \ud83d\udd25#??????????????? pic.twitter.com/Iaw1G78z8G

— Agen Rugby - SUA LG (@agen_rugby) November 10, 2023

À un de plus avec le carton jaune de Taleta Tupuola, ce sont les Agennais qui ont pris la meilleure entame cette fois-ci. Ben Volavola a marqué et Thomas Vincent, auteur d'un 100% au pied, a continué à sanctionner les fautes de l'ASBH. L'indiscipline des Biterrois leur aura coûté le match, mais les hommes de Pierre Caillet sont repartis en direction de l'Hérault avec un point de bonus défensif récolté grâce aux essais de Samuel Marques et celui en toute fin de match de Nicolas Plazy. 29-24 score final, le SUA reste invaincu dans son antre d'Armandie. Béziers aura deux rencontres à domicile, contre Dax puis Montauban, pour réagir sachant que les Rouge et Bleu n'ont gagné qu'à domicile cette saison.

Biarritz douché par Dax

Sacré exploit avec la victoire de Dax à Biarritz dans des conditions dantesques à cause d'une pluie battante ! Après un échange d'amabilité des deux présidents par coups de communiqués dans la journée, place au terrain. Si les supporters dacquois n'ont pas eu tous les billets qu'ils désiraient, sur le terrain, leurs joueurs, eux, ont montré qu'ils avaient leur place. Ils ont marqué les premiers par un essai collectif, les trois-quarts venant aussi mettre la tête dans ce maul victorieux. Mais les Biarrots n'ont jamais été décrochés dans cette rencontre grâce à la botte de Joe Jonas, encore aligné à l'ouverture. Et la pluie qui s'est encore plus violemment abattue sur la Côte basque juste avant la pause a profité à la puissance des Biarrots de Johnny Dyer, auteur d'un essai.

Au retour des vestiaires, les Dacquois ont assiégé le camp adverse mais sans réussir à marquer le moindre point pendant plus de quinze minutes, jusqu'à ce que Jean-Baptiste Barrère ne convertisse un ballon porté des siens, juste avant l'heure de jeu. Dax n'a pas longtemps gardé cet avantage. Zach Kibirge, suite à un jeu au pied cafouillé par la défense landaise, a plongé dans l'en-but. Mais cela n'a pas affecté les Landais qui ont poussé, poussé et ont fini par l'emporter d'un petit point grâce à un essai de Louis Mary transformé par Romuald Séguy (21-22).

Nevers d'une courte tête

Nevers a beaucoup tenté dans le premier acte de cette rencontre face à la lanterne rouge de la division. Mais rien n'a marché et les Rouennais ont tenu bon en défense et ont marqué neuf points au pied, quand leurs adversaires n'en ont inscrit que trois. Mais au retour des vestiaires, quand la rencontre partait sur le même scénario, Nevers est parvenu à enfin terminer dans l'en-but adverse grâce à l'inévitable talonneur Elia Elia. Si en fin de match Rouen a poussé pour obtenir un précieux succès à l'extérieur, Nevers a bien défendu ses quatre points. Et ce sont même les Rouennais qui, en fin de match, ont préféré sortir le ballon pour assurer leur point de bonus défensif. Au final, les regrets seront peut-être des deux côtés avec ce score de 16-12.

Grenoble relève la tête

Le « VRDR » avait bien commencé, avec un essai de Vargas quelques instants après l'ouverture du score de Davies au pied. Mais les Damiers gâchaient leurs intentions par trop d'imprécisions, dont les coups de pied face aux perches. Après un long assaut grenoblois, la première diagonale de Davies trouve le capitaine Blanc-Mappaz, au four et au moulin ce soir. Juste après la pause, break en faveur des locaux : Muarua cogne fort, sert Qadiri dans le couloir qui joue le une-deux avec Trouilloud parfaitement.

Derby du Dauphiné gagné ?#FCGVRDR #AllezFCG pic.twitter.com/ZdIilkjU05

— FC Grenoble Rugby #AllezFCG (@FCGrugby) November 10, 2023

Mais les Drômois ne se laissent pas faire, avec deux ballons portés qui en cinq minutes seulement leur permettent de revenir en vie. Une bagarre générale éclate, l'arbitre M. Lespes constate des coups de poing et les sanctionne par deux rouges à l'encontre de Martel (FCG) et Pontanier (VRDR). Symbole de la domination iséroise, Aleo écope lui aussi d'un carton, jaune cette fois. Et après un excellent maul, l'ouvreur gallois régale d'une autre longue et haute passe au pied. Dridi peut marquer. En l'absence des deux gauchers, la règle de la carence finit par apparaître et Valence-Romans évolue à douze contre quatorze. Entré en jeu, Erwan Dridi s'offre même un doublé suite à un bon travail de déplacement de Barthélémy et Farnoux (35-19).

Le FC Grenoble répond avec fermeté après la confirmation du retrait de six points et la déroute à Béziers (48-3) ces deux dernières semaines. Pour Valence-Romans, tout n'est pas à jeter de ce vrai-faux derby. Mais ce troisième revers de rang complique forcément la situation comptable du club désormais douzième, trois points devant la zone rouge.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Cochonaille Il y a 3 mois Le 11/11/2023 à 10:05

Bravo Dax. Quand au BO, votre image (club et ville) est vraiment ternie ces dernières années !