France - Irlande - François Cros : "Il faut digérer et se dire les choses en étant honnête"

Par Par Jérémy FADAT
  • François Cros se veut lucide sur la faillite collective des Bleus face à l'Irlande ce vendredi soir.
    François Cros se veut lucide sur la faillite collective des Bleus face à l'Irlande ce vendredi soir. Icon Sport
Publié le
Partager :

S'il fut certainement le meilleur Français sur le plan individuel, le troisième ligne François Cros se veut lucide sur la faillite collective des Bleus face à l'Irlande ce vendredi soir. Il appelle à en tirer les conclusions nécessaires pour amorcer une révolte, dès la semaine prochaine en Ecosse.  

Quelle est votre réaction à chaud ? On suppose que c'est dur pour vous...

Forcément. Prendre quarante points chez nous, ça fait mal. Nous sommes évidemment très déçus. Ce n'est pas le visage qu'on voulait montrer.

Avez-vous une explication ?

On a mal démarré le match et on a vite été mis sous pression. Ils ont marqué et on a rapidement couru derrière le score. Nous avons été à réaction sur ce match et n'avons jamais vraiment réussi à recoller. On le fait pourtant pas trop mal en fin de première mi-temps, on revient à sept points et on pense que ça peut tourner en faveur en début de seconde période. Mais on n'arrive pas à saisir le coche et on reprend des points juste après. Avoir ce large écart au score nous a fait nous recroqueviller et ne nous a pas permis de jouer libérés, de mettre notre système de jeu en place. 

L'infériorité numérique justifie-t-elle cet écart au score ?

Non, ce serait trop facile de dire ça. C'est forcément un handicap de perdre un joueur important comme Paul (Willemse). Mais ce serait trop simple de dire que l'absence d'un joueur nous a fait prendre quarante points. Ce n'est pas la raison de cette défaite.

Offensivement, vous sembliez manquer d'énergie...

On a couru derrière le score et, en infériorité, on s'est recroquillé sur nous-mêmes. On n'a jamais réussi à mettre notre système en place. C'est dommage parce qu'on a fait des séquences intéressantes quand on a tenu le ballon. Mais on ne l'a pas retrouvé suffisamment de fois pour mettre en difficulté cette équipe. Avec un peu moins de ballons perdus sur le jeu au sol, on aurait peut-être pu recoller et les mettre davantage sous pression.  

Avez-vous eu, sur le terrain, un sentiment de supériorité physique des Irlandais ?

Sur le match, je ne vais pas vous dire qu'on a été meilleur qu'eux... On en a pris quarante, donc ils ont certainement été plus dominants. On connaît leur style de jeu. C'est une équipe qui se déplace beaucoup. Mais, à cela, on voulait opposer notre puissance. Nous n'avons pas été aussi dominateurs physiquement que ce que nous aurions souhaité l'être.

Grégory Alldritt a déjà parlé d'un "début de semaine prochaine chargé", avec forcément des discussions animées...

C'est bien de tirer les conclusions pour apprendre de cette défaite. Il ne faut pas la passer sous silence. Prendre quarante points à la maison, ça fait mal et il faut que cela nous serve pour rebondir. Cela ne doit pas être un frein à notre évolution. Il faut digérer et se dire les choses en étant honnête vis-à-vis de nous-mêmes. On doit rester sur le même fil conducteur et prendre confiance en notre rugby.

On a senti moins de cohésion en touche ou dans les rucks. Comment l'expliquer ?

Il y a aussi un nouveau système. Il y a eu un peu de changement dans le staff, donc il y a eu un nouveau système de touche et des modifictaions sur le système offensif. Le fait d'être vite menés ne nous a pas permis de prendre confiance dans ce nouveau système qu'on a plutôt bien maîtrisé sur les deux semaines de préparation. C'est un raté sur ce match mais on va continuer à travailler pour ne pas perdre la confiance qui était la nôtre jusqu'à présent et pour faire grandir cette équipe.

Le moral en a-t-il pris un gros coup ?

Je ne vais pas dire que nous sommes heureux et satisfaits de ce qu'on a fait. Ce n'est jamais plaisant de perdre, d'autant plus avec un score aussi large. On leur laisse cinq points et on n'en prend aucun. Ce n'est pas une situation qu'on aime vivre.

Y a-t-il une obligation de révolte dans huit jours en Ecosse ?

Oui. Il faut qu'on relève la tête et qu'on montre un autre visage la semaine prochaine.   

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
Morisketou Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 21:32

"on n'a jamais pu mettre notre système en place", mais quel système ?
Francois et ses coéquipiers sont de bons mecs, mais samedi ils étaient paumés. Les irish ne se posent plus de questions depuis longtemps et ne changent pas de stratégie tous les 4 matins.
ça me fais ch...pour nos garçons qui sont capables de tellement mieux.
Galthoche kestufou ?

jo2608 Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 12:03

il a plus d'explication sur le match et le jeu mis en place que le coach .
des réponses franches et posées .
lui joue il fait pas de philosophie confucienne .
mais je suis pas impartial j'ai jamais aimé Confucius depuis 1995 ou il es partie avant le match pour la 3 eme place car il voulait pas être remplaçant .
malheureusement il y a personne , et le viré couterait trop cher .
a moins que les datas puissent le remplacer . dépossession contre les irlandais comme si c'étaient des manchots et ne savait pas utiliser le balle !

jeanmi66 Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 08:16

Tous des guignols. Arrêtez de vous cacher derrière la digestion, il faut digérer,.
On entend que ça.