• Champions Cup - Bongi Mbonambi (Sharks) et Cornal Hendricks (Bulls)
    Champions Cup - Bongi Mbonambi (Sharks) et Cornal Hendricks (Bulls) Icon Sport

Champions Cup - Les Sharks au rendez-vous, les Bulls ailleurs... le point sur les Sud-Africains en Champions Cup

Le

CHAMPIONS CUP - À mi-parcours de la phase de poules de la Champions Cup, les franchises sud-africaines n'ont pas encore montré leur plein potentiel à l'Europe du rugby. Si les Sharks de Durban ont réussi à s'imposer deux fois, les Stormers et les Bulls ont connu plus de difficultés, eux qui sont pourtant les derniers finalistes du United Rugby Championship.

Entre critiques, moqueries et curiosité, la Champions Cup 2022-2023 a débuté dans un contexte peu flatteur, lors du match d'ouverture entre les London Irish et Montpellier, le 9 décembre dernier. La raison ? Pour la première fois dans l'histoire, trois franchises sud-africaines allaient participer à une même compétition avec vingt-et-un club européens.

Implacables en United Rugby Championship, où les Stormers et les Bulls avaient terrassé les provinces irlandaises pour s'affronter en finale, ces équipes venues de l'autre continent éveillaient beaucoup de questions avant leur entrée en lice en Champions Cup. Après deux journées, et à quelques jours de la troisième, seuls les Sharks de Durban n'ont pas connu la défaite.

Les Sharks ont haussé leur niveau

C'est un constat qui a de quoi surprendre. Siya Kolisi et ses partenaires ne sont que neuvièmes du United Rugby Championship mais les hommes de Durban ont tout de même réussi à s'offrir les scalps des Harlequins et de Bordeaux-Bègles. Les Sharks ont surtout impressionné face aux Girondins. Dans l'ambiance survoltée de Chaban-Delmas, Mbonambi et sa bande ont dominé physiquement leurs adversaires et ont su être diaboliques d'efficacité (16-19).

Lors de la deuxième journée de @ChampionsCup_FR, l'UBB s'incline de peu face aux Sharks de Kolisi et Etzebeth !

Le film du match > https://t.co/0aEJZeSB8M pic.twitter.com/T8msxWltfE

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 16, 2022

Une stratégie typiquement sud-africaine, mais qui a également réussi grâce à la présence des hommes forts du groupe. Neil Powell, le directeur du rugby des Sharks, avait en effet choisi d'aligner sa meilleure équipe en Gironde. Mapimpi, Mbonambi, Kolisi, Etzebeth... Tous les Springboks de Durban étaient présents. Résultat des comptes, les Sharks comptent neuf points et sont actuellement troisièmes de la poule A. Un classement qui symbolise les propos de Bongi Mbonambi qui meurt d'envie de remporter le trophée en mai prochain : "Nous allons tout faire rendre cette Champions Cup encore meilleure". Une stratégie à l'opposée de celle des Blue Bulls...

Les Bulls et le choix de l'impasse

Après une première victoire folle face à Lyon (42-36), où les hommes de Pretoria menaient 28-12 à la pause, les Bulls ont choisi de laisser passer la deuxième journée à Exeter. En Angleterre, Jake White avait en effet choisi d'aligner une équipe largement remaniée. La cause ? Les cinq points obtenus face au LOU, certainement, et la durée du voyage, plus sûrement. Un voyage de vingt-quatre heures attendait en effet les Bulls, depuis Pretoria jusqu'à Exeter. 

Le sublime essai du @LeLOURugby face aux Bulls en @ChampionsCup_FR !\u26a1\ufe0f
Excuse-nous Dylan Cretin, c'est quoi ces appuis ??? \ud83d\ude2e pic.twitter.com/VliiB9NuaN

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 11, 2022

Les Bulls ont donc laissé vingt-et-un joueurs en Afrique du Sud pour se concentrer sur la rencontre d'URC contre les Stormers. Un choix clair de Jake White qui avait affirmé qu'il était "impossible" d'aligner une équipe compétitive sur trois tableaux (Champions Cup, URC, Currie Cup). Rendez-vous est pris ce samedi (18:30) face à Exeter pour savoir si les Bulls priorisent, ou non, l'ex-coupe d'Europe.

Les Stormers surpris à Clermont

Le champion d'URC avait lui clairement l'intention de frapper fort d'entrée en Champions Cup. Armés de Steven Kitshoff, Mannie Libbok ou Damian Willemse, les guerriers du Cap voulaient s'imposer à Clermont pour leur première en France. Après une première période de haut niveau, les Stormers se sont effondrés dans le deuxième acte, complètement dominés par une équipe auvergnate morte de faim. À l'issue de la rencontre, John Dobson, le manager des Stormers, convenait que ses joueurs "n'avaient pas été au niveau des Clermontois dans l'intensité" mais que cette rencontre leur avait "beaucoup appris".

Une semaine plus tard, les Stormers rectifièrent donc le tir face aux London Irish (34-14) pour totalement se relancer dans la poule B. Aujourd'hui cinquièmes avant de se déplacer à Londres, les hommes du Cap sont toujours en course, eux qui ont fait de la Champions Cup un objectif majeur de la saison.