• Champions Cup -  Steven Kitshoff
    Champions Cup - Steven Kitshoff

Un baptême du feu gelé pour les Stormers

Par Rugbyrama
Le

CHAMPIONS CUP - Pour leur premier rendez-vous en Champions Cup, sur la pelouse de Clermont, les Stormers se sont fait surprendre physiquement. Alors qu’ils menaient 14-3 à la pause, les Sud-Africains ont encaissé un cinglant 21-0 dans le second acte.

"Ce sera différent en janvier. Il fera plus chaud déjà (rires)" plaisantait Steven Kitshoff à l’issue de la rencontre. Le capitaine des Stormers aurait sans doute préférer vivre un tout autre baptême du feu en Champions Cup. À Clermont, dans un stade Marcel-Michelin garni de 13 000 jaune et bleu, aucun supporter des Stormers n’a été identifié pour pousser les derniers champions du United Rugby Championship. Glaçants d’efficacité dans le premier acte, avec quatorze points marqués et une seule incursion dans les vingt-deux mètres auvergnats, les Stormers ont exécuté le plan de jeu parfait d’une équipe à l’extérieur.

"À la mi-temps, je leur ai dit que j’étais très mécontent de notre indiscipline. On a pris un carton jaune et on a commis trop de fautes. Clermont tenait bien le ballon et nous devions absolument monter d’un cran dans le registre physique. Si nous rectifions le tir sur la discipline cela allait devenir compliqué pour eux… Mais on a été pris" soufflé John Dobson, l’entraîneur en chef de la province du Cap. Car malgré un premier acte ultra pragmatique, les Stormers ont encaissé huit pénalités, et ont majoritairement laissé le ballon à l’ASM. Malgré le discours de la mi-temps, les Sud-Africains se sont ensuite délités.

"Nous n’avons pas été à leur niveau dans l’intensité"

Kitshoff l’admet, les Stormers "n’ont pas été surpris par le froid" clermontois, oscillant entre des températures négatives et zéro degré. Arrivés mardi matin en provenance du Cap, les Sud-Africains ont encaissé les seize heures de vol et la baisse de vingt degrés par rapport au climat de la nation arc-en-ciel. "Clermont est arrivé en seconde mi-temps avec un meilleur niveau technique. Ils nous ont mis sous pression d’entrée. Ils méritent notre crédit. On a eu deux occasions d’essai en deuxième période mais on a juste été pris physiquement par cette équipe. Quand on tape des coups de pied directement en touche, cela se paye cash face à ce genre d’équipe" poursuivait Dobson.

Attendus avec un jeu électrique de trois-quarts, avec notamment les présences de Mannie Libbok ou Damian Willemse, les Stormers ont surjoué à l’image de deux ballons joués dans l’en-but et qui auraient dû coûter très cher aux Sud-Africains. "Nous nous sommes bien préparés, mais nous n’avons pas été à leur niveau dans l’intensité. On savait que c’était un cran au-dessus du niveau de l’URC mais on a beaucoup appris de ce match" concluait Steven Kitshoff, bien conscient qu’il faudra retrouver les vertus du rugby sud-africain en janvier prochain pour prendre sa revanche sur des Jaunards morts de faim.

Par Clément Labonne