• Carl Hayman et Jamie Cudmore
    Carl Hayman et Jamie Cudmore

Hayman, Cudmore... Des anciens joueurs lancent un recours en justice contre la FFR et la LNR

Par Rugbyrama
Le | Mis à jour

FAITS DIVERS - Nouvel épisode judiciaire dans le monde du rugby. Un groupe d'anciens joueurs victimes de commotions cérébrales a déposé un recours en justice contre la FFR et la LNR avec un motif clair : manquement à leurs obligations de sécurité et d'information. Carl Hayman et Jamie Cudmore font partie des plaignants.

Un recours en justice contre les instances du rugby français a été déposé ce mardi par un groupe de joueurs victimes de commotions. Cette action s'incrit dans la foulée de l'attaque en justice menée par 70 joueurs en décembre 2020 (aujourd'hui établie à 225 joueurs) à l'encontre de World Rugby. Jamie Cudmore, Carl Hayman et Steve Thompson sont parmi les plaignants de ce nouveau recours, selon L'Équipe. Le premier, ancien deuxième ligne de Clermont (2005-2016) avait déjà attaqué le club auvergnat en justice pour avoir rejoué après une commotion, qui avait conclu à la responsabilité de l'ASM. Carl Hayman, ancien All Black (45 sélections), est lui atteint de démence précoce et avait déjà rejoint le premier recours en justice, tout comme Steve Thompson (73 sélections avec l'Angleterre), qui était passé par Brive entre 2007 et 2011.

Les institutions françaises craignent que cette action ne s'étende telle une tâche d'huile et que d'autres joueurs ne rejoignent cette action, si elle aboutit sur un procès.

Un traitement contre les commotions à l'étude

Par ailleurs, un traitement contre les commotions cérébrales serait également à l'étude, selon Midi Olympique. Une information confirmée par Rugbyrama. où le professeur Jean-François Chermann réalise une série d'examens auprès de sportifs commotionnés dans le but de tester un nouveau traitement. Ces tests seront réalisés à l'hôpital Pompidou de Paris, après des premiers résultats prometteurs chez les rongeurs. Le traitement révolutionnaire tiendrait lieu d'une "stratégie thérapeutique novatrice et fondée sur une exposition à la lumière infrarouge, issue de lasers à très basse intensité".

Deux joueurs français participent au recours en justice (Quentin Garcia, Chambéry ; Sarah Chalgou, Stade rennais). Benoît Guyot, ancien biarrot, a réagi sur ce constat. "En Angleterre, le modèle est calqué sur le rugby à 13, analyse celui qui a mené beaucoup d'entretiens là-bas, dans le cadre d'un doctorat sur les outils technologiques. Le syndicat est puissant et pousse les joueurs à s'engager. En France, les clubs fonctionnent comme de petites entreprises. Quand il y a un problème, on répète aux joueurs que c'est la famille, qu'ils ont de la chance d'être là, de gagner beaucoup d'argent et que la ramener, c'est cracher dans la soupe, aller contre le groupe".