Pro D2 – “Se battre deux fois plus que les autres pour faire ses phases finales” : Quelle fin de saison pour Grenoble ?

Par Emilien Terme
  • Barnabé Couilloud et le FCG défieront le Biarritz Olympique vendredi à 21h.
    Barnabé Couilloud et le FCG défieront le Biarritz Olympique vendredi à 21h. Icon Sport - Romain Biard
Publié le Mis à jour
Partager :

Sanctionné de huit points de retrait au classement, il était compliqué de pronostiquer une qualification en phase finale de Pro D2 pour le FC Grenoble. Pourtant, à quatre journées de la fin de saison régulière, les Isérois pointent à la 5e place et se sont offert le droit de rêver.

“Dans le vestiaire à Agen, on s’est dit les choses !” Pour Barnabé Couilloud, la lourde défaite subite à Armandie (40-3) a agi comme un électrochoc pour le FC Grenoble. Une déroute sportive qui aura eu le mérite de mettre les choses à plat au sein du groupe isérois. “On s’est dit que si on voulait faire une belle saison, il fallait qu’on se réveille, qu’on se mette au boulot. On devait aller chercher des bonnes performances à domicile et à l’extérieur”, poursuit le demi de mêlée.

Depuis la mise au point d’Agen, les promesses de vestiaire se sont transformées en performance sur le pré : cinq victoires consécutives (dont deux à l’extérieur), 22 points pris sur 25 possibles au classement et 188 points inscrits pour 73 encaissés. De quoi redonner de l’élan à des objectifs de qualification qui n’ont jamais vraiment quitté ce groupe ambitieux. “Avec les points de retrait au classement, on avait deux solutions, soit se morfondre et abandonner soit les prendre comme une motivation supplémentaire et se battre deux fois plus que les autres pour faire ses phases finales”, explique Barnabé Couilloud.

On joue au rugby pour ce genre de match

Si à la veille de la 27e journée de Pro D2, Grenoble pointe à la 5e place du classement, synonyme de qualification, cette dernière est loin d’être actée au vu de la densité du classement. Huit petits points séparent le quatrième, Mont-de-Marsan (68p), et le neuvième, Colomiers (60p).

Il reste quatre journées aux Grenoblois pour assurer leur qualification, deux déplacements pour deux réceptions. Pourtant, Stade des Alpes ou non, pas question pour les Isérois de faire le moindre calcul dans ce sprint final : “On va aborder tous les matchs pour les gagner, comme on le fait depuis quelques semaines. On est tellement en difficulté avec les points de retrait que l’on n’a pas le droit à l’erreur. On fera les comptes à la fin”.

Si Brive a réalisé un joli coup en battant Colomiers jeudi, ce vendredi se jouait le reste de la 26e journée. Et on peut dire que Grenoble, Béziers et Vannes n'ont pas raté leur rendez-vous. Tout comme Soyaux-Angoulême, très sérieux vainqueur à Agen.https://t.co/O1NUd6Ahxl

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) April 12, 2024

Les oppositions face à l’actuel troisième, Béziers (J28), et le dauphin, Provence Rugby (J30), auront une saveur particulière, celle des phases finales : “Ce sont des équipes du haut de tableau qui seront en phase finale. Ils jouent très bien au rugby, c’est bien de se confronter à ces équipes-là, maintenant, comme ça, on sait à quoi s’attendre. On joue au rugby pour ce genre de match. Si on gagne, ça nous aidera en tant qu’équipe de se dire qu’on est capable de les battre en cas de potentielle phase finale”.

Des absences qui peuvent compter

Si les Grenoblois ont fait le plein de confiance lors des derniers matchs, ils ont aussi perdu deux armes offensives de taille en la personne de Wilfried Hulleu et Karim Qadiri lors de la victoire bonifiée face à Aurillac (55-10). Le premier est meilleur marqueur de la saison de son équipe avec 11 essais inscrits. Le second a terminé la dernière édition de Pro D2 avec 14 unités, est moins décisif cette année (deux essais), mais n’en est pas moins une arme offensive de choix. “Ce sont deux joueurs qui peuvent changer un match grâce à leurs qualités athlétiques hors norme. Forcément, on aurait aimé les avoirs à l’approche d’une potentielle phase finale. Ce sont les aléas d’une saison, mais on a d’autres ailiers très performants qui sauront les remplacer de la meilleure de façon”, affirme Barnabé Couilloud.

Quoi qu’il en soit, Barnabé Couilloud se présentera à Aguilera (21h) pour défier son ancienne équipe sans sa dent perdue à Nevers - “pas retrouvée, mais remplacée par une bonne dentiste qui a fait du bon boulot”. Pour, en cas de victoire, se rapprocher un peu plus d’une phase finale inespérée.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (6)
djertul Il y a 1 mois Le 19/04/2024 à 23:05

ah ben zut alors, une sixième victoire d'affilée pour un club qui devrait être en nationale :)
FCG, force et fierté.

djertul Il y a 1 mois Le 19/04/2024 à 20:32

et pourquoi surtout ne retenir que ce passage de l'article?
était ce le sujet principal? non
les joueurs ont ils triché? non
le FCG a t'il mérité le retrait de points? on s'en tape et nous ne somme pas juges
le FCG mérite t'il sa place actuelle? certainement , après 5 victoires en 5 match.
Ces match ont ils été gagnés grâces aux "magouilles fédérales"? ben tiens , pourquoi pas pendant qu'on y est.
effectivement Am1611030, pourquoi tant de haine?

talon0211 Il y a 1 mois Le 19/04/2024 à 18:11

Parce que c'est la vérité et d autres qui n ont pas triché on été sacrifier. Voilà pourquoi !!