Coupe du monde de rugby 2023 - Grégory Alldritt : "Ce qui fait la force de notre groupe, c'est qu'il n'y a pas d'ego"

Par Jérémy Fadat
  • Grégory Alldritt était en conférence de presse avant France - Italie
    Grégory Alldritt était en conférence de presse avant France - Italie Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Avant d'affronter l'Italie vendredi soir, pour le match éliminatoire des Bleus dans cette compétition, le troisième ligne centre Grégory Alldritt a forcément un rôle important à jouer, tant il est cadre de cette équipe de France. Et il insiste sur le fait que la présence dans le groupe d'Antoine Dupont et Julien Marchand, malgré leurs blessures, est capitale.

On avait évoqué un pic de forme à cet instant de la compétition. Le sentez-vous ?

Je peux répondre car j’ai battu ma vitesse maximale cette semaine, j’ai dépassé les 30 km/h et c'était un grand moment pour moi (rires). Je me sens très bien, on a beaucoup travaillé cet été. Nous avons enchaîné les matchs au début de cette Coupe du monde, on a donc pu aussi se régénérer et récupérer. On sent tout le monde en pleine forme, les organismes sont au top. J’espère que ce sera le cas vendredi soir également.

A lire aussi : Coupe du monde de rugby 2023 - La composition du XV de France face à l'Italie : Anthony Jelonch préféré à François Cros, Louis Bielle-Biarrey garde sa place

Êtes-vous dans la forme de votre vie ?

Je travaille depuis longtemps, depuis début juillet, pour être prêt pour cette Coupe du monde. C’était vrai pour le premier match déjà, et pour toute la compétition. J’ai eu un petit souci au genou avant la Namibie. Ce n’était rien de méchant mais, plutôt que de finir la compétition à 75 %, j’ai préféré prendre trois ou quatre jours pour revenir à 100 %. Je travaille dur pour être en forme, je ne veux pas trop m’avancer mais j’ai hâte.

Y a-t-il un changement de discours, vu que vous abordez des matchs éliminatoires ?

Pour être honnête, il n’y a pas eu besoin de parler. Tout le groupe est conscient d’entrer dans le vif du sujet. Tout le monde est excité de jouer ces matchs. Depuis quinze jours, il y a eu un petit creux. On a tous basculé dimanche pour préparer l’Italie. On entre dans la phase éliminatoire et on adore ces matchs-là.

Vous avez connu le capitanat de Charles Ollivon au début du mandat. Il retrouve cette responsabilité avec la blessure d’Antoine Dupont. Comment l’avez-vous vu évoluer ?

Il est toujours resté la même personne. Ce qui fait la force de notre groupe, c’est qu’il n’y a pas d’égo. Tout le monde est très naturel, reste soi-même. Qu’il soit capitaine ou pas, Charles est un meneur d’hommes. Il sait trouver les mots justes quand il le faut. Il apporte aussi beaucoup par son exemplarité sur le terrain.

A lire aussi : Coupe du monde de rugby / XV de France - Les choix de Fabien Galthié avant France - Italie : Louis Bielle-Biarrey, banc en 5-3

Parmi votre groupe de leaders, Antoine Dupont et Julien Marchand sont forfaits mais sont bien présents. En quoi est-ce bénéfique ?

C’est important d’être à 33 déjà. Cela fait plaisir qu’Antoine soit revenu. C’est également important que tout le monde donne son avis quand on a nos petites réunions. Chacun peut avoir un avis différent des autres. Notamment eux, avec un œil extérieur. Cela fonctionne très bien comme ça depuis quatre ans. Il faut donc continuer ainsi.

C’est Maxime Lucu qui prendra le relais en numéro 9. Qu’est-ce que cela change sur le plan collectif ?

Avec Antoine (Dupont), ce sont deux joueurs différents. Mais on travaille notre stratégie, nos circuits, nos lancements. Ce n’est pas autour d’une personne. Qu’importe celui qui joue, depuis plusieurs années, l’équipe reste performante. Il faut continuer. Après, Antoine est le meilleur joueur du monde, aux quatorze autres d’élever aussi leur niveau de jeu de 5 ou 10 % pour faire face à son absence. Je ne suis pas inquiet pour Maxime (Lucu) ou pour Baptiste (Couilloud).

A lire aussi : Coupe du monde de rugby 2023 - Pourquoi Anthony Jelonch a devancé François Cros

Quel regard portez-vous sur cette équipe d’Italie ?

En quatre ans, on a eu peu de matchs faciles face à elle. Les Italiens sont des Latins, avec beaucoup d’orgueil et d’amour-propre. Ils voudront laver l’affront de leur dernière défaite face à la Nouvelle-Zélande. Depuis quelques années, quand on les affronte, ça a changé. Il faut être très bon sur les collisions et en conquête, puis laisser le jeu devant la défense pour plus tard. On travaille pour faire le meilleur match possible.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Clide64 Il y a 4 mois Le 05/10/2023 à 00:09

C'est Galthie qui a tout l'égo pour lui il n'y en plus pour les autres

cantewitko Il y a 4 mois Le 05/10/2023 à 06:54

Vous avez peut être raison mais vous devez aussi reconnaitre que depuis qu'il est là on se refait plaisir à regarder l'EDF jouer !
Qu'est-ce qui est le plus important : avoir des émotions à les regarder jouer ou se poser des questions sur ce qu'est ou n'est pas Galthié ?