Après Bouthier, Jaminet et Flament, qui a le plus de chances d'être le nouvel ovni des Bleus ?

Le

XV DE FRANCE - C'est un sujet qui revient assez souvent sur le devant de la scène depuis la prise de fonction de Fabien Galthié, celui de l'"ovni". Comprenez par-là un joueur qui se fait une place dans le groupe français de manière aussi rapide que surprenante. Durant les prochains tests de novembre, plusieurs candidats se détachent, petit tour d'horizon.

Fabien Galthié ne l’a jamais caché, et même rappelé plusieurs fois, le staff de l’équipe de France ne s’interdit pas de dénicher encore des "ovnis" avant la tant attendue Coupe du monde 2023.

Lors du Tournoi des 6 Nations 2020, peu connu du grand public, Anthony Bouthier a fait une entrée fracassante dans le quinze de départ tricolore, avant de perdre sa place quelques mois plus tard. À l’été 2021, c’est Melvyn Jaminet qui a explosé aux yeux du monde entier à l’arrière des Bleus lors de la tournée d'été en Australie. Quelques mois plus tard, l’ancien Perpignanais a vu Thibaud Flament intégrer le groupe France avec une rapidité rare à ce niveau. Le deuxième (ou troisième ligne) de Toulouse s’est aujourd’hui fait une place de choix dans l’effectif auteur du grand chelem lors du dernier Tournoi des 6 Nations.

Alors à l’approche de la tournée de novembre qui verra les Bleus se frotter à l'Australie, l’Afrique du Sud puis le Japon, la question est légitimement posée : va-t-on voir apparaître un nouvel "ovni" dans le ciel du XV de France ? Petit tour d’horizon sur les principaux candidats.

Wardi, la piste la plus crédible ?

Loin de nous l’idée de refaire la liste des surprises des 42 joueurs communiquée ce lundi par le staff français. D’un point de vue sportif, un joueur semble avoir une carte à jouer dans un groupe France aux bases très solides. Même si la tâche sera loin d’être aisée (voire difficile), Reda Wardi peut tenter de bousculer la hiérarchie au poste de pilier gauche. En l’absence de Cyril Baille, le Rochelais va se disputer la place sur le banc - Gros devrait être titulaire - avec Dany Priso, son ancien coéquipier.

Si jamais l’ancien Biterrois venait à rapidement marquer des points auprès du staff tricolore, il pourrait donc avoir sa chance lors de ces tests de novembre et possiblement se faire une place dans le "squad" français pour les futures échéances.

À droite de la première ligne, les chances de Thomas Laclayat semblent fines avec les tauliers Uini Atonio et Mohamed Haouas, sans oublier le Bordelo-Béglais Sipili Falatea.

Derrière, des candidats mais peu de place

Le récente mauvaise nouvelle pour les Bleus avant cette tournée d’automne est le forfait de Melvyn Jaminet. Le Toulousain, touché à la cheville gauche, laisse le numéro quinze libre pour les trois prochaines rencontres du XV de France.

Malheureusement pour les adeptes de nouveautés et de changements, il y a tout de même peu de chance pour qu’un tout nouveau venu couvre le troisième rideau bleu. Un seul candidat pourrait endosser ce rôle : Romain Buros. Néanmoins, comme annoncé dans les colonnes du Midi Olympique il y a quelques jours, c’est Thomas Ramos qui tient la corde pour figurer dans le XV de départ. Habituellement remplaçant, l’arrière ou demi d’ouverture toulousain réalise de grandes prouesses en ce début de saison et semble logiquement devant dans la hiérarchie.

Pour ce qui est de l’aile laissée vacante par Gabin Villière, là aussi, peu de surprises sont attendues. C’est Yoram Moefana qui devrait vraisemblablement être décalé sur une aile. Vous l’aurez donc compris, derrière, les novices Ethan Dumortier et Pablo Uberti devront sûrement patienter pour connaître leur première sélection. À moins qu’ils n’arrivent à bousculer la hiérarchie en quelques entraînements. À ce moment-là, le terme d’"ovni" prendrait tout son sens…