Icon Sport

Les Racingmen en finale !

Les Racingmen en finale !

Le 26/09/2020 à 15:58Mis à jour Le 26/09/2020 à 16:54

CHAMPIONS CUP - Mené de trois points à quatre minutes de la fin du match, le Racing 92 a réussi à aller arracher sa place en finale de Champions Cup après un essai sublime de Juan Imhoff (19-15). Les Racingmen sont revenus de loin pour venir à bout des Sarries encore une fois très solides.

C'était une montagne qui se dressait face aux Racingmen ce samedi sous le plafond de la Paris La Défense Arena. Tombeurs de l'ogre irlandais du Leinster en quart à l'Aviva Stadium, les Saracens venaient pour enchaîner et faire durer le plaisir européen avant leur descente administrative. Mais contrairement au week-end dernier, il y a eu beaucoup plus de répondant d'entrée. Et si le premier acte a été très fermé à cause de deux défenses hermétiques (un seul franchissement de Teddy Thomas), les Racingmen ont plus que tenu dans les zones de combat au sol et en mêlée. Seul bémol, les fautes de main ainsi qu'une certaine fébrilité du troisième rideau et dans les sorties de camp dont les Sarries n'ont pas profité sauf sur deux pénalités de Goode. C'est finalement Teddy Iribaren qui permettait aux Ciel et Blanc de mener d'une courte tête (9-6) à la pause.

Cela s'est logiquement gâté en deuxième période avec un retour tonitruant des vestiaires du squad rouge et noir anglais. Plus tranchants dans les duels, plus mobiles sur la largeur et plus malins en mêlée, les Sarries prenaient l'avantage en douze minutes grâce à trois nouvelles pénalités de Goode (5/5, 9-15). Zebo empêchait même in extremis Morris puis Lewington d'aller en terre promise juste avant l'heure de jeu.

Russell - Vakatawa - Imhoff, trio gagnant

La tendance a finalement commencé à s'inverser sur le dernier quart d'heure avec la sortie de l'infatigable centre anglais Brad Barritt sur commotion et un grattage salvateur de Ryan dans les 22m adverses. Le banc francilien (Machenaud et la jeune garde : Oz, Kolingar, Baubigny, Palu) a aussi beaucoup apporté. Le demi de mêlée international a marqué une première pénalité (12-15, 68e) puis sa jeune première ligne de 23 ans a tenu la dragée haute aux expérimentés Koch, George et Vunipola. Réveillés dans le combat et dans le rythme, les Franciliens trouvaient la clé du mur des Sarries par une nouvelle inspiration géniale de Finn Russell à la 76e minute de jeu. Un combo ultime avec jeu au pied dans le dos de la défense récupéré par Virimi Vakatawa, le 1-2 avec l'ouvreur écossais et l'ultime 2 contre 1 pour Juan Imhoff sur le dernier défenseur pour un essai tout simplement sublime et décisif ! Malgré six défaites en huit confrontations (dont celle en finale de l'édition 2016), le Racing 92 élimine pour la première fois les Saracens lors des phases finales européennes (19-15).

En revanche, c'est la fin d'un chapitre doré dans la compétition pour les Sarries. Après trois titres en quatre ans (dont celui de 2019), le groupe londonien va certainement voir s'arrêter plusieurs cadres (Barritt, Wigglesworth...) et ne retrouvera pas le plus haut-niveau européen avant au moins deux ans. De quoi mesurer un peu plus l'exploit réalisé ce samedi par les Racingmen qui accèdent à la finale de Champions Cup pour la troisième fois en cinq ans.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés