Top 14 - "Ronan O’Gara (La Rochelle) a trouvé la bonne méthode pour nous redonner confiance" : Judicaël Cancoriet, Raymond Rhule et Louis Penverne reviennent sur le coup de gueule du manager

Par Romain Asselin
  • Capitaine de La Rochelle en l'absence de Grégory Alldritt, Judicaël Cancoriet est revenu sur les propos forts de Ronan O'Gara après la défaite à Lyon.
    Capitaine de La Rochelle en l'absence de Grégory Alldritt, Judicaël Cancoriet est revenu sur les propos forts de Ronan O'Gara après la défaite à Lyon. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Les récents mots forts de Ronan O’Gara – après la défaite à Lyon (28-17) – ont visiblement produit l’effet escompté à La Rochelle. Présent en conférence de presse ce jeudi, le capitaine Judicaël évoque "une semaine chargée en émotions et en testostérone" avant le déplacement important à Perpignan, ce samedi (17h), pour le compte de la 16e journée de Top 14. Raymond Rhule et Louis Penverne sont aussi revenus sur les déclarations du manager irlandais.

Judicaël, comment le groupe dont vous êtes capitaine a réagi (lire ci-dessous) aux récentes déclarations de Ronan O’Gara, devant la presse, à Gerland ?

On ne s’est pas concentré sur les déclarations. Mais plutôt sur nous, sur ce qui n’a pas fonctionné à Lyon et ce qu'il fallait améliorer de suite pour ce week-end avec ce gros déplacement à Perpignan.

Le ton n’est-il pas monté, quand même, en début de semaine ?

Sur le retour vidéo, les images étaient assez parlantes. Il fallait surtout pouvoir se regarder dans les yeux après cette prestation et vite basculer sur ce qui allait se passer la semaine et surtout ce weekend.

Dans une colère froide matinée d'immense déception, le manager des Maritimes a avoué son impuissance face à la faible prestation des siens et leur comportement cette semaine. Attention, ça déménage...

Les propos complets > https://t.co/zRLZBbxHUr pic.twitter.com/LRjy1SAehY

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 17, 2024

Peut-on parler de semaine studieuse ?

Je dirais plutôt chargée en émotion. En testostérone aussi. On s’est bien resserrés devant, sur les "bases", sur ce qui n’a pas fonctionné à Lyon, sur notre conquête et le fait d'avoir un paquet d'avants qui avance, qui domine. C'est ce qui a été assez moteur cette semaine pour nous. Pour retrouver le jeu de La Rochelle, notre défense et ce qui fait que La Rochelle était à sa place auparavant.

Vous commenciez à le retrouver ce jeu, depuis le début de l'année civile. Comment expliquez-vous cet accroc à Lyon ?

Je ne l'explique pas mais… On s'est rendus compte que l’on n'avait pas bien préparé cette semaine. Le staff comme les joueurs, il a fallu aussi remettre en cause notre préparation. Cette semaine, on a fait, je pense, une préparation différente.

Vous avez personnellement vécu ce genre de période un peu compliquée, parfois, en Auvergne, à Clermont. Ça aide justement à trouver les bons mots devant ce genre de situation ?

Oui et non parce qu'on ne peut pas comparer les deux clubs et les deux situations. Ce ne sont pas les mêmes mecs et les mêmes expériences. Après, on peut s'en servir pour se dire que le fait d'avoir déjà vécu des situations compliquées, il ne faut pas trop s'éparpiller ni tout remettre en question. Il faut pouvoir se concentrer sur ce qui fait notre force et rester un peu plus positif.

Personnellement, je n’ai pas recherché non plus de maison sur l’Ile de Ré. Ronan n’en a pas reparlé […] Dans le fond, on ressent que c'est une manière de dire qu’il n’a pas reconnu son équipe

Personne n’a cherché de maison, du coup, dans la semaine… ?

Non, non…

Pour rebondir sur cette phrase de Ronan O’Gara – "les joueurs ont tous plus regardé l’immobilier à La Rochelle et l’île de Ré cette semaine que l’entraînement" , était-ce une image ou un sujet dont il a vraiment entendu parler ?

Il n’en a pas reparlé. C'était peut-être une manière de nous piquer. Franchement, on n’en a pas reparlé. Personnellement, je n’ai pas recherché non plus (il soupire) de maison sur l’Ile…

A propos de son management, Ronan O’Gara a-t-il continué cette semaine sur le même ton, dur ?

Je dirais qu'il a été assez lucide et à la fois très froid, très calme. Il a su nous piquer quand il fallait et aussi nous remettre en confiance parce qu’on ne peut pas toujours taper sur les mecs, ça ne marche pas. Il a trouvé la bonne méthode pour nous redonner confiance. Il a fallu quand même vite se resserrer et pouvoir aussi un peu se cogner à l'entraînement pour s'exciter.

Vous disiez plus haut que la préparation était différente cette semaine. En quoi ? Plus physique, plus engagée ? Ou est-ce la structure qui a changée ?

Plus engagée. On a eu des séquences que ce soit en défense, en attaque et nous, les gros, sur la conquête. On a passé du temps sur les ballons portés. C’était plus costaud.

Après la défaite à Lyon, le manager Ronan O'Gara avait mis ses joueurs face à leurs responsabilités.
Après la défaite à Lyon, le manager Ronan O'Gara avait mis ses joueurs face à leurs responsabilités.

Dans son discours, on avait l'impression que Ronan O’Gara voulait surtout dire que les joueurs avaient parfois la tête ailleurs et pas seulement à la performance et au rugby. Avez-vous eu la même sensation ?

Je ne dirais pas la tête ailleurs. Il le sort comme ça mais c'est surtout parce que la performance collective le prend aux tripes. On n’était pas concentrés tous ensemble sur l'instant présent et ça s'est ressenti. Après, avec ces mots, il l’a verbalisé comme ça mais, dans le fond, on ressent que c'est une manière de dire qu’il n’a pas reconnu son équipe.

Le déplacement à Perpignan s’annonce comme un sacré défi pour l'état d'esprit de l'équipe…

Clairement. On va se tester sur notre conquête, on va se tester sur notre défense. On sait que le stade, là-bas, n'est pas facile, ça va être une guerre de tranchées. On sait que l’on va tomber sur une équipe qui a un niveau agressivité parmi ce qui se fait de mieux dans le championnat et il faut être préparé à ça.

"Quand Ronan dit quelque chose, c’est qu’il y a une raison"

Invités à réagir aux mots forts de Ronan O’Gara après la défaite à Lyon, et notamment ces propos sur ces joueurs davantage concentrés sur "l’immobilier sur La Rochelle et l’Ile de Ré que sur l’entraînement" durant la semaine de préparation, les joueurs et entraîneur choisis ce jeudi pour sacrifier à l’exercice médiatique n’ont pas éludé le sujet.

Si Raymond Rhule s’est fendu en rigolant d’un : "Je n’ai pas d’argent. L’Ile de Ré, c’est trop cher !" quand il lui a été demandé sur le ton de l’humour s’il consultait les annonces immobilières sur son téléphone au moment de s’asseoir face à la presse, le Sud-Africain qui fera son grand retour à la compétition samedi n’est pas étonné de la sortie piquante de son manager : "C’était obligé. Cette semaine était dure mais c’était obligé. Ronan est un bon coach et il fait son boulot. Certains joueurs ont besoin de ça, d’être bousculés […] Ça arrive quand on ne joue pas bien, qu’on n’est pas bien préparés. Le thème cette semaine, c’est : les leaders de jeu parlent et tout le monde ferme sa gueule et on travaille."

Plus d’intensité à l’entraînement

"Ronan ? Vous savez comment il est (sourire). On a eu droit à sa colère et ses pensées. On prend tout ce qu’il dit en considération", jure Louis Penverne, irréprochable sur la pelouse de Gerland mais qui prend ce coup de pied aux fesses pour lui aussi, malgré les éloges du technicien irlandais à son égard. Tout le monde s’est remis en question. Il y a eu plus d’intensité à l’entraînement. Je pense qu’on est prêts pour ce week-end."

Si Sean Dougall décrit également une ambiance "dure" tout au long de la semaine, l’entraîneur en charge des attitudes au contact assure que les propos de son compatriote étaient justifiés. "ROG dit la vérité, il ne cache pas les choses. Quand il dit quelque chose, c’est qu’il y a une raison. Quand il parle, tout le monde l’écoute. C’est une vraie force de son leadership."

Et l’Irlandais de se projeter désormais vers ce déplacement à Perpignan, où les troupes maritimes vont débarquer avec le couteau entre les dents : "Ce n’était pas facile pour les joueurs et même le staff de regarder certaines images de nous contre le LOU. On a montré les images négatives avec le but que ça n’arrive pas de nouveau à l’avenir. Il faut retenir les leçons. On a pris le temps de discuter et trouver les solutions. On sait tous ce qu’on doit faire ce week-end, joueurs comme staff. Je pense qu’on va avoir une réaction à Perpignan. C’est une énorme opportunité pour le groupe de « switcher », dans une ambiance hostile. Ça va taper."

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (14)
Jerdel17 Il y a 1 mois Le 24/02/2024 à 11:52

La Rochelle a plus de dix absents dans son pack depuis plusieurs semaines (comme d'autres équipes) et les résultats s'en ressentent..
Par contre quand on lit les commentaires de certains sur le jeu et O'gara, on ne se demande pas qui passe pour les "arrogants", c'est le défouloir !

Papet32600 Il y a 1 mois Le 23/02/2024 à 13:42

Supporter du ST depuis 45 ans , j' ai toujours suivi La Rochelle et j' ai toujours pensé qu' elle finirait à ce niveau (malgré les sarcasmes de mes copains). Mais il y a un principe qui est de respecter l' adversaire et "SES PROPRES JOUEURS" ce que ne fait pas O'G .

Papet32600 Il y a 1 mois Le 23/02/2024 à 13:36

Une question me turlupine ? O'Gara travaille t il bénévolement ??? Un sportif qui plus est de très haut niveau TRAVAILLE! Et donc à raison de penser à son avenir qui approche vite! Il est donc légitime que ce joueur pense à son propre avenir.