6 Nations 2024 - Alexandre Roumat (XV de France) : "La pression de bien faire l’emporte sur tout le reste"

Par Guillaume Cyprien
  • Alexandre Roumat en conférence de presse.
    Alexandre Roumat en conférence de presse. - Icon Sport
Publié le
Partager :

Le troisième ligne du Stade toulousain évoque la découverte de son nouveau poste dans un collectif qu’il vient à peine d’intégrer.

Ce poste de deuxième ligne, vous commencez à vous y habituer ?

C’est vrai que c’est un poste auquel je n’ai pas l’habitude de jouer, même s’il m’est arrivé quelques fois de dépanner des bouts de match au Stade Toulousain. Je le prend bien, franchement. Il y a évidemment cette phase des mêlées où mon rôle est tout d’un coup très différent de ce que je fais habituellement, mais avec les mecs qu’il y a devant moi… Nos talonneurs et nos piliers, c’est du lourd, je suis plutôt bien accompagné. Sur le reste, au niveau international, les différences ne sont pas énormes entre les postes de seconde ligne et de troisième ligne. C’est même assez similaire, donc je ne suis pas très dépaysé…

Surprise à Marcoussis ! Alors qu'il était pressenti hors-groupe, Posolo Tuilagi s'entraîne aujourd'hui avec les titulaires !

Les infos et la compo probable > https://t.co/alSlXPb1Jm pic.twitter.com/UKg92678u9

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 20, 2024

Votre papa fut un illustre deuxième ligne de l’équipe de France. Vous a-t-il conseillé ? 

On est très fusionnel, donc on échange beaucoup. Mais il jouait plutôt en cinq, un poste davantage pousseur que celui que je découvre. Ce n’est pas la même chose. Il me donne des conseils de manière générale, sur la préparation des avants matchs notamment. Il est bienveillant, mais on ne se met pas face à face pour travailler les positions en mêlée… 

J’essaye de montrer que j’ai ma place ici

Vous êtes le petit dernier dans ce groupe, qui joue à un poste inhabituel, et qui est arrivé en équipe de France par un contexte de blessure des autres secondes lignes. Comment appréhendez-vous votre statut ?

S’agissant de mon poste, j’ai l’opportunité d’avoir une sélection avec le quinze de France, et cela ne se présente pas tous les jours. Elle se présente en seconde ligne ? Peu importe la position. Quand on porte ce maillot, la pression de bien faire l’emporte sur tout le reste. Et tout sélectionné a commencé à en raison d’une blessure d’un autre, ou d’une méforme, ou d’un choix du sélectionneur. Aucun chemin n’est identique ou parfait. J’ai l’opportunité d’avoir joué ce premier match en Ecosse, j’en aurai peut-être une autre ce week-end. J’essaye juste de prendre du plaisir et de montrer que j’ai ma place ici. Je veux tout donner et ne rien regretter. C’est la seule chose que je puisse maîtriser. Le reste, c’est les choix du staff. 

Que vous inspire cette équipe d’Italie ?

À chaque fois, contre la France, il y a une certaine agressivité, cette rivalité entre Latins qui créée toujours un grand rendez-vous, et notamment devant. C’est une équipe qui a beaucoup de caractère. Et face à l’Angleterre, les Italiens sont dans la partie durant tout le match. Face aux Irlandais, ils ont tout de même proposé de belles choses. Ce sera un gros match, comme tous ceux que propose ce tournoi des 6 nations.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (10)
pasali Il y a 1 mois Le 21/02/2024 à 16:03

Combatif, humble, technique et régulier. Il est infiniment plus important dans une équipe que les stars à la mode.
J' espère qu'il aura l' occasion de le prouver.

LeoDuc Il y a 1 mois Le 21/02/2024 à 14:09

Un futur grand que Urios (gourou bordelais) fût incapable de voir.

juann34 Il y a 1 mois Le 21/02/2024 à 11:06

Il faut le mettre en 8 !!!