6 Nations 2024 - Une défense retrouvée, des attaquants efficaces... Les chiffres d'Écosse - France

Par François Maleysson
  • Gaël Fickou a retrouvé en Écosse son allant tant offensivement que défensivement.
    Gaël Fickou a retrouvé en Écosse son allant tant offensivement que défensivement. PA Images / Icon Sport
Publié le
Partager :

À Murrayfield, la France a longtemps été dominée, elle a tremblé jusque dans les derniers instants, mais a surtout fini par s'imposer. Les Bleus ont retrouvé leur défense de fer et ont, malgré leur refus de jouer, su se montrer efficace en attaque. Le match en chiffres !

Quoique vous ai dit votre professeur de mathématiques les chiffres n'expliquent pas tout. Parfois, il y a simplement un petit truc en plus, que les maths ne sauraient expliquer où seule la physique peut nous éclairer. Derrière ses imposantes lunettes de prof de physique chimie, Fabien Galthié en sait quelque chose. Hier, la victoire de ses hommes ne s'est jouée à rien.

Ce fut irrespirable, avec cette dernière action en fin de match, mais les Bleus s'imposent finalement à Murrayfield ! #ECOFRA #6Nations

Le résumé du match > https://t.co/dzM3crYyJT pic.twitter.com/c7MmGmd7Rf

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 10, 2024

90% de réussite au plaquage : une défense qui se retrouve

Mais les chiffres ont cet avantage qu'ils permettent au moins d'expliquer une situation. Alors, comment la France, toujours bien loin du niveau qu'on attend d'elle, a fini par s'imposer dans un match où elle a longtemps, été dominée ? Cette semaine à Marcoussis les oreilles ont dû chauffer, et si on ne peut pas vous affirmer que les joueurs ont compris toutes les consignes de Shaun Edwards, force est de constater que le message est passé.

A lire aussi : Écosse - France. Les notes des Bleus : Matthieu Jalibert et Maxime Lucu dans le dur, Louis Bielle-Biarrey sauve les Bleus d'un éclair

Malgré un paquet d'avants globalement dominé, le XV de France a su retrouver ce qui faisait sa force il y a encore peu de temps, une défense solide et étanche. Un seul essai encaissé à Murrayfield, malgré les très nombreuses pénalités non tentées par les Écossais, c'est une performance en soi. Avec 153 plaquages réussis pour 17 manqués, les Bleus affichent une belle réussite de 90 % dans l'exercice, contre 87,12 % pour le XV du Chardon (115 réussis contre 17 manqués).

Avec ses 18 plaquages, François Cros a comme à son habitude ferraillé face à l'Écosse.
Avec ses 18 plaquages, François Cros a comme à son habitude ferraillé face à l'Écosse. PA Images / Icon Sport

Une certaine efficacité en attaque

Mais déjà sous le mandat précédent, le problème des Français était d'utiliser le ballon quand ils l'avaient entre les paluches. Face à l'Écosse, même menés au score, les Français ont parfois refusé d'attaquer se lançant dans des grands échanges de "ping-pong rugby", qui à ce moment-là ne faisait qu'arranger les hommes de Gregor Towsend. Résultat, les Bleus ont passé 4 minutes de moins que leur adversaire à attaquer (21,9 minutes contre 17.9). Pourtant, les coéquipiers de Grégory Alldritt ont su mieux exploiter leurs munitions, avec autant de franchissements (3) et de défenseurs battus (17), que le XV du Chardon. Au final, c'est peut-être l'habileté des Français qui a pu faire la différence, les Bleus ont échappé 13 ballons contre 19 pour les Écossais.

Une touche toujours en difficulté

Très en difficulté au Vélodrome contre l'Irlande, la touche était un secteur très attendu et le problème est loin d'être réglé. Laurent Sempéré peut emprunter les binocles de son sélectionneur, il va rapidement devoir trouver le grain de sable qui enraye l'alignement bleu. Les Français ont encore perdu deux de leurs propres lancers. Seul point positif, ils ont cette fois fait le choix d'embêter les Écossais sur leurs lancements et ont volé une touche.

Avant le match Galthié avait prévenu, il ne faudrait ni parler de "dépossession", ni "repossession" mais d'abord remettre la marche avant. Résultat, les Bleus n'ont eu ni la possession (44 %), ni l'occupation du terrain, (48 %). L'essentiel était ailleurs, l'église a bien été remise au centre du village, certes les fondations sont encore bringuebalantes. Mais que les paroissiens se rassurent, ils ont de nouveau de quoi prêcher.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (14)
Jaunard59 Il y a 19 jours Le 12/02/2024 à 13:15

Certes, on a gagné... Mais il ne faudrait pas que cette victoire soit l arbre qui cache la forêt. Touche déficiente, fébrilité sur les ballons hauts (sauf Ramos), absence de créativité en attaque : nos lacunes sont flagrantes et la fin de ce Tournoi va être délicate...

Carioca31 Il y a 19 jours Le 12/02/2024 à 12:47

On n'a semble-t-il pas vu le même match alors. Quant aux commentaires sur l'essai écossais, même s'il y est réellement, l'arbitre n'aurait de toute façon jamais pu le valider étant donné que sur toute l'action qui précède, Russel est hors-jeu dès le départ et n'aurait jamais du faire action de jeu

captainweb Il y a 19 jours Le 12/02/2024 à 10:52

"Les Bleus ont retrouvé leur défense de fer et ont, malgré leur refus de jouer, su se montrer efficace"

Alors celle là... Il fallait oser la sortir sans trembler.
Un peu comme le discours de l'entraineur après le match, qui est un brin excessif étant donné la prestation des Bleus depuis le début du tournoi des 06 Nations.
On ne peut pas se contenter de ça.