Écosse - France - La question qui fâche : la victoire des Bleus est-elle un hold-up ?

  • Les Tricolores ont assuré l'essentiel en Écosse, non sans trembler.
    Les Tricolores ont assuré l'essentiel en Écosse, non sans trembler. Patrick Derewiany
Publié le
Partager :

Mené pendant plus d'une heure face à l'Écosse, châtié sous les ballons hauts et perturbé en touche, le XV de France s'en est remis à un exploit individuel de Louis Bielle-Biarrey et une défense héroïque pour tenir cette précieuse victoire. 

17h15 à Édimbourg. Les 67 000 spectateurs de Murrayfield sont suspendus à la décision capitale de Nic Berry, arbitre d'Écosse - France. À la 84ème minute de la rencontre, le tableau d'affichage affiche 20-16 pour les Bleus à l'instant où Sam Skinner s'écroule dans l'en-but français et pense donner le sourire à tout un pays. "On est dans l'en-but à attendre, on ne peut pas faire grand-chose, on y croit juste !" raconte sobrement Louis Bielle-Biarrey. Mais après cinq longues minutes d'arbitrage vidéo, l'arbitre australien de la rencontre refuse l'essai du massif deuxième ligne écossais et laisse les Français exulter comme s'ils avaient gagné la finale de la Coupe du monde.

Avec cette première victoire dans le Tournoi 2024, le XV de France s'est rattrapé in extremis de son "humiliation" subie une semaine plus tôt face à l'Irlande. Mais derrière la joie intense des Tricolores, ce succès tient presque du miracle au vu du scénario de la partie. Dès la sixième minute, Ben White a frappé le premier suite à une action bien trop commune sur les dernières rencontres du XV de France. Comme face à l'Afrique du Sud, et plus récemment contre l'Irlande, les Bleus ont souvent été mis en difficultés à la réception des ballons hauts, sous pression. Souvent ciblé, Matthieu Jalibert a commis plusieurs en-avant sous des coups de pied écossais, dont un juste devant ses vingt-deux mètres qui aurait pu envoyer Ben White en terre promise quelques instants plus tard. Derrière un Finn Russell en état de grâce, les Écossais ont longtemps gagné la bataille de l'occupation, mais pas que.

Ce fut irrespirable, avec cette dernière action en fin de match, mais les Bleus s'imposent finalement à Murrayfield ! #ECOFRA #6Nations

Le résumé du match > https://t.co/dzM3crYyJT pic.twitter.com/c7MmGmd7Rf

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 10, 2024

Le XV de France derrière au niveau des statistiques

Sur les courses, franchissements et mètres gagnés, l'Écosse a dominé son adversaire du jour. Plus entreprenant que les Bleus, le XV du Chardon a su davantage tenir le ballon et être menaçant avec le cuir sous le coude. En touche, l'alignement écossais a rayonné face à une touche française aussi déréglée qu'au Vélodrome de Marseille. Face aux cafouillages de Cameron Woki ou aux lancers peu chirurgicaux de Peato Mauvaka, George Turner s'est régalé à servir ses tours de contrôle, nommées Grant Gilchrist et Scott Cummings.

Pour autant, l'Écosse n'a jamais su faire le break malgré dix minutes de supériorité numérique due au carton jaune de Uini Atonio en fin de première période. Les hommes de Gregor Townsend ont même cherché à manger l'horloge grâce à la fameuse "loi Dupont", interdisant à l'adversaire de monter sur le réceptionneur d'un ballon s'il reste immobile après un coup de pied long. Le demi d'ouverture écossais a usé et abusé de cette règle atypique jusqu'à l'exploit sensationnel de Louis Bielle-Biarrey. "Mon essai ? Je travaille beaucoup cette action à l'entraînement et aujourd'hui j'ai tenté et cela m’a réussi !" souriait l'ailier bordelais. Un essai quasiment venu d'ailleurs qui précéda, donc, cette folle action écossaise qui se termina au-delà du temps réglementaire.

Brièvement interrogé à l'issue de la victoire du XV de France en Écosse, Fabien Galthié a prévenu que ses hommes étaient bien de retour et qu'ils allaient "revenir fort" dans ce Tournoi des 6 Nations 2024.https://t.co/CsdCLvTGuH

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 10, 2024

Si Fabien Galthié promet que ses joueurs "vont revenir fort" dans les semaines à venir, les Tricolores sont tout de même passés très près d'une troisième défaite de suite, dans une rencontre sans beaucoup d'améliorations par rapport à la première journée. Hold-up, miracle, exploit, la victoire des Bleus en Écosse est sujette à de nombreuses qualifications. Mais l'essentiel a été préservé.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (78)
baldin Il y a 20 jours Le 11/02/2024 à 18:38

Il faudrait profiter du match contre l Italie pour tester une autre equipe

Jaunard59 Il y a 20 jours Le 11/02/2024 à 14:17

Une victoire à double tranchant, car elle risque d'être l arbre qui cache la forêt... Nos lacunes sont flagrantes (touche, manque de créativité...) et, au delà de la dernière action, n oublions pas les pénalités bien placées où les Écossais ont préféré aller en touche que de prendre les points... La fin du Tournoi s annonce mal.

eric.kaeuffling Il y a 20 jours Le 11/02/2024 à 13:32

Bien sûr que c'est un hold-up !
C'est inquiétant !