Écosse - France. Les notes des Bleus : Matthieu Jalibert et Maxime Lucu dans le dur, Louis Bielle-Biarrey sauve les Bleus d'un éclair

Par Léo Faure et Pierre-Laurent Gou.
  • Matthieu Jalibert (XV de France), face à l'Ecosse.
    Matthieu Jalibert (XV de France), face à l'Ecosse. Midi Olympique. - Patrick Derewiany.
Publié le Mis à jour
Partager :

La charnière bordelaise a souffert une nouvelle fois en Ecosse, et les Bleus n'ont du leur salut qu'à un éclair d'un autre girondin, Louis Bielle-Biarrey. Devant François Cros s'est démené, alors que Peato Mauvaka s'est montré imprécis sur ses lancers en touche. 

15. Thomas Ramos : 5.5/10

Son 4 sur 4 face aux perches est extrêmement précieux, dans un match aussi cadenassé et finalement gagné de quatre petits points. Ensuite? Épaulé dans le fond de terrain par Matthieu Jalibert, pour doubler les possibilités de jeu au pied, il intervient une première fois avec autorité sous un ballon haut de pression (16e). De nouveau sollicité en suivant, il se rate et sa faute de main offre une belle munition aux Ecossais qui aboutira à un gros temps fort proche de la ligne d'en-but bleu (3 points encaissés). Sous pression en couverture d'un jeu au pied rasant de Russell (35e), il dégage en catastrophe et trouve une toute petite touche.

La seconde période est dans le droit fil. Avec la multiplication des jeux au pied hauts ou dans les espaces libres, il est régulièrement mis sous pression par la défense écossaise dans son fond de terrain. Il s'en sort encore bien à trois reprises, dès l'entame : toujours sur un ballon haut (43e), il assure la réception, subi l'impact au point de chute mais récupère la touche ; il reprend un ballon au pied et de volley en catastrophe, pour redonner de l'air aux Bleus (45e) ; puis il assure un arrêt de volley qui casse le rythme, alors que les Bleus souffrent (47e). Également propre défensivement. Un match au profil compliqué pour l'arrière mais dont il sort renforcé.

14. Damian Penaud : 4.5/10

Bon premier jeu au pied qui rassure et trouve la touche (47m de gain de terrain) et bonne première intervention défensive, qui plus est sur le talonneur écossais détaché dans son couloir. Ensuite, frustré de son peu de sollicitations dans une première période très tournée sur les jeux au pied et une possession nettement écossaise (57% à la pause), il dézone et vient chercher de l'activité loin de son couloir, parfois même du côté opposé. Toujours généreux dans l'effort et imprévisible ballon en main, malgré ses courses parfois erratiques.

La deuxième période s'écrit dans la même tonalité, avec beaucoup d'engagement mais aussi du déchet, comme ce ballon arraché au contact (56e) ou cette réception cafouillée (68e).

13. Gaël Fickou : 6/10

Pas mal d'activité défensive en début de rencontre mais il se laisse trop fixer (comme Danty) sur les jeux dans le dos qui amèneront le premier essai de Ben White (8e). Une franche percée plein champ (consécutive à une croisée avec Jalibert) où il est repris à quelques mètres de la ligne. Finalement improductif. Deux pénalités (au sol) également à son débit, mais le Racingman a pour lui une grosse activité qui a régulièrement compensé les retards de sa ligne de défense.

#SixNations | \ud83c\udff4??????\u26a1\ufe0f\ud83c\uddeb\ud83c\uddf7 #ECOFRA

OUI GAËL ! Gaël Fickou relance le XV de France qui recolle à trois points des Écossais (13-10) \ud83d\udc4a

\u25b6\ufe0f Le direct : https://t.co/3X0yp1eRdI pic.twitter.com/0c5GwjITse

— francetvsport (@francetvsport) February 10, 2024

12. Jonathan Danty : 3/10

Bon premier plaquage qui fait sauter le ballon à l'attaquant écossais et permet une récupération. Danty voulait clairement mettre de l'impact après sa prestation décevante face à l'Irlande, mais son engagement le laisse se faire fixer plein champ par un leurre écossais, sur le lancement qui amènera l'essai de Ben White (8e). Sur une autre combinaison après touche, il cherche encore une montée agressive mais perd ses appuis, heureusement sans conséquence. Peu utilisé offensivement, son impact physique habituel n'a pas apporté de bénéfices aux Bleus. Remplacé par Yoram Moefana (63e) qui a tenté de dynamiser un match jusque-là bizarre, poussif.

11. Louis Bielle-Biarrey : 6/10

Peu utilisé dans une première mi-temps où les Bleus n'ont que peu touché leurs ailes, il est resté dans son couloir, à la différence de son alter ego Penaud. Sur ses rares munitions, sans décalage, il a vite été enfermé par la défense écossaise. Propre défensivement et souvent agressif aux points de chute, à défaut de contester les ballons en l'air.

Du travail propre mais discret... jusqu'à son éclair ! Décalé dans son couloir par Le Garrec, il joue au pied pour lui-même dans un fond de terrain écossais dégarni. Sa vitesse fait le reste : il dépose tous les défenseurs et s'en va seul inscrire l'essai qui permet aux Bleus de passer pour la première fois en tête, grâce à la transformation de Ramos (17-16).

#SixNations | \ud83c\udff4??????\u26a1\ufe0f\ud83c\uddeb\ud83c\uddf7 #ECOFRA

?'????? ?? ????? ??????-??????? ?

Les Bleus passent devant pour la première fois du match \ud83d\udd25

\u25b6\ufe0f Le direct : https://t.co/3X0yp1eRdI pic.twitter.com/hvRkeFJ8uO

— francetvsport (@francetvsport) February 10, 2024

10. Matthieu Jalibert : 3.5/10

Son placement détaché dans le fond du terrain ne l'a pas mis beaucoup plus en valeur que contre l'Irlande, dans le secteur défensif. S'il n'est pas ciblé par les attaquants balle en main, il l'est désormais par leurs jeux au pieds. Sous la pression, il est clairement en échec sur deux réceptions en première période. Il rate également une touche sur une pénalité qui aurait donné de l'air aux Bleus.

Sur les rares possessions françaises, il tente d'amener de la vitesse dans sa zone, par ses appuis ou avec des troisième ligne et ses ailiers qui tentent d'amener du danger autour de Finn Russell. De rares éclairs, comme cette passe qu'il allonge pour l'essai de Fickou (32e) ou une belle intervention défensive pour défendre la ligne (40e), mais qui n'occultent pas complètement une première période difficile.

La reprise ne (le) rassure pas. S'il n'est pas toujours aidé par des replacements lents autour de lui et qui lui offrent peu de solutions pour lancer le jeu, sa réception complètement ratée (en-avant, 48e) lui maintient la tête sous l'eau. Les Ecossais en profitent, qui se feront dès lors un plaisir de le viser après phase statique, notamment avec Tuipulotu (49e). La rentrée à la mêlée de Le Garrec (50e) dynamise le jeu des Bleus, ce qui sert directement Jalibert pour enfin mettre de la vitesse dans le jeu malgré des munitions toujours aussi rares. Sa fin de match est plus positive et marquée par son ultime retour défensif décisif sur l'ailier Kyle Rowe. Une balle de match.

9. Maxime Lucu : 3/10

Il ne trouve pas la touche sur la première sortie de camp (coup d'envoi) malgré une belle longueur. La suite est plus propre avec une belle réception sous pression, sous un jeu au pied haut (6e) puis des jeux au pied de dégagement longs et hors des limites du terrain. Mais sur le premier temps fort français, après une percée éclair de Fickou, sa passe (qui aurait dû être décisive pour Bielle-Biarrey) est interceptée par Duane Van der Merwe. Ensuite, sur les rares possessions françaises, il s'efforce de coller au ballon mais sans grande influence sur le jeu bleu ni choix de jeu fort. Pas beaucoup de vitesse non plus. Son début de deuxième période est surtout marqué par un jeu au pied raté (47e) avant d'être remplacé par Nolan le Garrec (50e).

Immédiatement, le Racingman impose une vitesse nouvelle au jeu des Bleus pour une première séquence dynamique et qui redonne de l'air aux Français. Mais la passe suivante est franchement ratée et gâche un lancement intéressant (52e). Sa demi-heure passée sur le terrain reste toutefois très positive : dans un match cadenassé, il cherche des solutions, accélère et varie le jeu. Son choix de revenir dans le côté fermé avec une longue passe sautée enclenche par exemple l'essai décisif de Bielle-Biarrey (69e).

Matthieu Jalibert et Maxime Lucu (XV de France), face à l'Ecosse.
Matthieu Jalibert et Maxime Lucu (XV de France), face à l'Ecosse. Midi Olympique. - Patrick Derewiany.

8. Grégory Alldritt : 6 /10

7 plaquages en 25 minutes, 14 en tout, c’est peu dire que le capitaine français s’est démultiplié en défense. De bonnes percussions, il termine son match par un grattage précieux bien que très litigieux (50e) (mains au sol) avant de se blesser à la jambe gauche et sortir sur civière en raison d’une grosse entaille. Suppléé par Paul Boudehent qui a amené un surplus physique.

 

A lire aussi : Écosse - France - Grégory Alldritt : "C'est juste une plaie et plus de peur que de mal"

7. Charles Ollivon : 5.5/10

De bons pressings sur les jeux au pied des Français en début de rencontre, si Charles Ollivon n’a jamais véritablement franchi sur ses nombreuses courses avec ballon, pourtant il a été l’avant le plus en vue dans ce secteur. Beau timing sur touche écossaise (46e), il est devenu le principal pourvoyeur de ballons français une fois que Julien Marchand est rentré. Sauf une fois (75e), mais sans conséquence.

6. François Cros : 6,5/10

Un très bon déblayage sur Darge (26e), qui lui entraîne une belle décharge électrique dans le bras gauche. Dans une première demi-heure, où les Français étaient dominés, il a cherché à colmater les brèches en défense et être le premier soutien en attaque. Il gratte le ballon (31e)- sur l’action qui amènera l’essai de Fickou. Une très bonne copie pour Cros, qui termine meilleur plaqueur de la rencontre (18).

5. Paul Gabrillagues : 3.5/10

Des plaquages (8) certes mais trop peu en avançant. Il se fait piquer un ballon en touche en premier sauteur en avançant heureusement sans conséquence mais globalement il n’a pas assez pesé sur le match. . Remplacé par Posolo Tuilagi (49e), auteur d’un bel effort sur un contre-ruck (60e), et qui a fait du bien par son apport dans la dimension physique. On le vit (76e) faire le ménage dans les rucks.

4. Cameron Woki : 4/10

Se fait prendre par un rebond et commet un en avant (22e) Gagne du terrain au contact (42e), mais le Racingman perd un ballon en l’air sur la touche (44e) qui suit sur un lancer trop haut Remplacé par Alexandre Roumat (49e). Le Toulousain a réussi ses premiers pas en Bleu, apportant une vraie plus-value dans les courses et le combat en l’air.

3. Uini Atonio : 3/10

Il fait lâcher le ballon habilement à Ben White sur un maul pénétrant des Ecossais (3e). Pour le reste, quelques percussions, mais aussi pas mal de « soucis » et fautes notamment son plaquage à l’épaule (40e), sanctionné à juste titre d’un carton jaune. Le Rochelais a semblé souffrir du rythme de la rencontre et n’a pas apporté le tranchant attendu dans ses interventions. Remplacé par Dorian Aldegheri (58ee) qui l’avait déjà suppléé dix minutes lors de son expulsion temporaire.

2. Peato Mauvaka : 3/10

Un lancer trop court pour Woki (16e), une autre dans les bras des Ecossais (37e), un autre trop haut (43e). Mauvaka a commis pas mal d’impairs sur les basiques de son poste. A son crédit, il a cherché à amener du gaz dans ses courses, présent en défense (6 plaquages) Remplacé par Marchand (49e), auteur d’une entrée convaincante. Précis dans ses lancers, une belle présence offensive aussi.

1. Cyril Baille : 5/10

Un peu plus en vue que lors du match face aux Irlandais, il gagne son duel direct sur Fagerson sur une mêlée ô combien importante peu avant la pause à cinq mètres de l’en-but français. Il a plaqué au bord des regroupements (12), mais peu souvent en avançant. Remplacé par Sébastien Taofifenua (58e), qui ne s’est fait jamais prendre en mêlée fermée.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (142)
CasimirLeYeti Il y a 9 jours Le 22/02/2024 à 10:12

François Cros, le meilleur troisième ligne côté fermé du monde depuis 10 ans, et tous ses adversaires le savent... Demandez-leur ! Alors pourquoi, pourquoi, il est régulièrement remis en cause, sur le banc, dès que Jelonch revient, par exemple ? Qui passe troisième ligne centre, comme dans sa jeunesse internationale en jeune, et fait le service parfait, à l'ancienne, une 89 + 1, ici l'ailier ? Laissez cet Homme sur le terrain s'il vous plaît, ne regardez pas les gabarits !

Pil2dax Il y a 20 jours Le 11/02/2024 à 16:05

Je note que LeGarrec se fait voler le ballon dans les mains par Russel, suite a un énième ruck non protégé par les gros....comme la semaine dernière...la faute a Lucu c sur. Jalibert très moyen mais il fait 10 plaquages. La touche, on en parle où on reste sur Lucu et Jalibert ? On en parle du manque criant de jeu placé avec 2 centres coffres a ballon et sans inventivité. On en parle des défaites de ST en 1/2 finale Champion's cup depuis 2 ans ? La faute à Lucu et Jalibert ? Bref, quand est-ce qu'on parle de jeu avec des joueurs visiblement totalement inhibés ?

Pancho31 Il y a 20 jours Le 11/02/2024 à 14:56

Dupont ntamack penaud deporteere gailleton lebel ramos avec barre, costes et le garrec remplaçant. Voilà l'avenir !