Top 14 - Vitesse et jeu, Martin Page-Relo et le Lou partagent le même ADN

  • Martin Page-Relo sera titulaire face à Toulouse, son ancien club.
    Martin Page-Relo sera titulaire face à Toulouse, son ancien club. Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Le demi de mêlée international italien a profité de la Champions Cup pour gratter du temps de jeu et faire étalage de ses qualités. Des aptitudes qui correspondent bien au jeu lyonnais. Après deux semaines d'absence pour blessure, Martin Page-Relo revient dans l'équipe rhodanienne.

Comme un diable sorti de sa boîte. En Champions Cup, le demi de mêlée du Lou Martin Page-Relo a surgi sur la pelouse de Bristol. En quelques minutes, il a fait l’étalage de deux de ses qualités : sa passe et sa vitesse. Titulaire sur les deux matchs de Champions Cup (Bristol donc puis face aux Bulls), l’ancien Toulousain a eu l’occasion de montrer ses aptitudes au cœur du jeu lyonnais.

Depuis, une blessure à l’épaule l’a écarté des deux derniers matchs de Top 14 disputés par le Lou (à Bordeaux-Bègles puis devant Montpellier). Auparavant, il avait systématiquement été aligné dans les 23 lyonnais, depuis son arrivée en sortie de Coupe du monde disputée avec l’Italie. Sur ce début de saison rhodanien, il a souvent eu la mission de finir le travail après avoir débuté sur le banc. Le demi de mêlée a donc ensuite profité de la parenthèse Champions Cup pour gratter du temps de jeu, avec deux titularisations. "Martin vient d’enchaîner deux bons matchs, confiait le manager du Lou, Fabien Gengenbacher à l’issue de cette première série de rencontres de Champions Cup.Nous sommes contents de l’avoir, de pouvoir nous appuyer sur ses qualités de vitesse et d’éjection. C’est quelqu’un qui prend beaucoup d’initiatives aussi". Comme sa belle passe laser en sortie de mêlée pour envoyer Ethan Dumortier vers l’en-but à Bristol. Puis son démarrage en bordure de ruck quelques minutes plus tard, où il "breakait" la défense adverse. Avant de naviguer pour ajuster une longue passe vers l’aile d’Ethan Dumortier, débouchant ensuite sur l’essai du jeune Marvin Okuya.

Martin Page-Relo a été relancé en Champions Cup avec le Lou.
Martin Page-Relo a été relancé en Champions Cup avec le Lou. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport

En Champions Cup, le Lou a cherché à mettre des coups d’accélérateur pour déstabiliser l’adversaire. L’équipe lyonnaise et Martin Page-Relo ont en commun cet ADN. "Nous avons les joueurs pour faire du jeu de mouvement, appuie le n°9. C’est l’intention des coachs, du staff et des joueurs de déplacer le ballon et de mettre de la vitesse. Donc cela me correspond plutôt bien". "Nous sommes une équipe très tournée sur un jeu offensif, sur la vitesse, fait écho le manager Fabien Gengenbacher. Martin est un joueur qui va très vite, qui met aussi beaucoup de vitesse et sur ses éjections aussi. Il se retrouve dans ce système de jeu et cela nous permet d’exploiter ses qualités".

Une étiquette de doublure à effacer

Après avoir été la doublure d’Antoine Dupont à Toulouse – qu’il va donc recroiser samedi -, le joueur de 24 ans partage le poste avec l’incontournable capitaine lyonnais, Baptiste Couilloud. Au terme de « doublure », il rend un sourire poli. "Si je n’avais pas envie de gommer cette étiquette, je ne jouerais pas au rugby, argumente-t-il. Bien sûr, je travaille pour passer n°1. La concurrence se passe bien avec Baptiste. Nous nous tirons tous les deux vers le haut et c’est très bon, très sain. Nous voulons juste que cela profite au collectif". En venant à Lyon, il n’a pas choisi la facilité d’une formation qui lui garantirait un poste de n°1. Là encore, cela le fait sourire. "J’ai surtout choisi un club qui a de l’ambition et qui veut gagner des titres sur le long terme", énonce-t-il. Peu importe les statuts ou étiquettes, le Gersois veut avant tout prendre du plaisir lorsqu’il joue… et jouer le plus possible bien sûr.

Martin Page-Relo aborde les matchs d’une manière différente selon qu’il soit titulaire ou installé sur le banc. "Tu n’as pas le même rôle quand tu commences le match que lorsque tu es considéré comme un "finisher". Quand tu es remplaçant, tu dois plus gérer le match selon si tu le gagnes ou si tu le perds. Quand tu le commence, il faut tout faire et tu as plus de liberté".

Fabien Gengenbacher compte sur son demi de mêlée italien pour le déplacement à Toluouse.
Fabien Gengenbacher compte sur son demi de mêlée italien pour le déplacement à Toluouse. Icon Sport - Icon Sport

Une palette à étoffer

"Il a commencé les deux matchs de Champions Cup car il méritait de commencer des matchs, précisait le manager Fabien Gengenbacher après les rencontres à Bristol et face aux Bulls. Il nous apporte aussi lorsqu’il est sur le banc. Ce n’est que du positif de pouvoir compter sur Baptiste et sur Martin. A nous de bien les gérer pour qu’ils nous apportent le maximum tous les deux".

Bon accélérateur de jeu, Martin Page-Relo possède une marge de progression sur la partie gestion. Fabien Gengenbacher détaille : "Il travaille beaucoup son jeu au pied, continue à bosser le but – malheureusement il n’a pas eu de réussite sur les deux matchs où il butait –. C’est quelqu’un qui travaille beaucoup, qui sait qu’il a encore une marge de progression notamment dans la gestion des moments critiques ou de rester dans une stratégie d’occupation. C’est là-dessus qu’il bosse, pour étoffer sa palette qui est déjà bien garnie".

Le jeune homme aime les défis. A titre personnel comme sur le plan collectif. En cette fin de semaine, il sera servi. De retour de blessure, il devrait en effet débuter la rencontre face à son ancienne équipe du Stade toulousain. 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
GEGENE32 Il y a 1 mois Le 04/01/2024 à 15:44

GEGENE32
Page-Relo semblait mieux adapté au jeu des Toulousains que GRAOU trop lent. N'en déplaise à certain...!