Icon Sport

L'anecdote savoureuse de Broncan, réveillé par Eddie Jones à 4h30 du matin après la demi-finale

L'anecdote savoureuse de Broncan, réveillé par Eddie Jones à 4h30 du matin après la demi-finale
Par Rugbyrama

Le 20/06/2022 à 14:13Mis à jour

TOP 14 - Le Castres olympique s'est qualifié pour la finale du championnat en battant vendredi soir le Stade toulousain, à l'Allianz Riviera de Nice (24-18). Ce lundi, dans les colonnes de Midi Olympique, le manager tarnais Pierre-Henry Broncan a révélé une anecdote sur la nuit qui a suivi la victoire.

L'anecdote est pour le moins savoureuse. Le vendredi 17 juin dernier, Castres a vécu une soirée de rêve en triomphant du champion de France toulousain à l'Allianz Riviera de Nice, s'offrant une nouvelle finale de Top 14. Après quelques célébrations, les Tarnais n'ont pas trop traîné et sont sagement allés se coucher.

Le manager Pierre-Henry Broncan, lui, a eu bien du mal à s'endormir. Et alors qu'il parvenait à trouver le sommeil, en pleine nuit (04h30), il fut réveillé par... Eddie Jones, le sélectionneur de l'Angleterre, révèle Midi Olympique. Il faut dire que les deux hommes se connaissent bien, puisqu'ils se sont connus lorsque Broncan officiait en tant qu'analyste et recruteur à Bath (Angleterre).

Depuis, les compères sont régulièrement en contacts. Pendant le premier confinement, ils s'appelaient même quasi quotidiennement : "Il est confiné à Tokyo et on se cale des rendez-vous pour batailler sur le rugby. On aime bien ça, avait à l'époque confié l'entraîneur castrais à Midi Olympique. C’est un véritable passionné de ce jeu, comme moi, et nous nous sommes rencontrés durant mon expérience anglaise. Je lui ai présenté des projets sur lesquels je travaillais, pour avoir son expertise sur le sujet. Et puis on a continué à échanger."

Cette saison, le technicien australien était même venu voir jouer le Castres olympique, en France. Dans la nuit de vendredi à samedi, au téléphone avec Broncan, il est donc revenu sur la performance du CO en demi-finale. Et au lieu d'adresser ses félicitations au Gersois d'origine, le sélectionneur du XV de la Rose a d'abord ciblé ce qui n'avait pas été : "La première chose qu’il m’a dite, c’est qu’on n’avait pas le droit de prendre un essai comme celui de Lebel d’entrée de match, que ça n’était pas normal." Vendredi soir, nul doute que Jones sera attentif au résultat de ses amis castrais. Alors, peut-être qu'un nouvel appel fera s'allumer le portable de Pierre-Henry Broncan...

Retrouvez l'article en intégralité sur midi-olympique.fr

Contenus sponsorisés