Icon Sport

Top 14 - Montpellier, ces stars qui déçoivent

Montpellier, ces stars qui déçoivent
Par Rugbyrama

Le 26/02/2019 à 15:42Mis à jour Le 26/02/2019 à 15:47

TOP 14 - Quasiment éliminés de la course aux barrages, les Montpelliérains restent sur une série de quatre défaites consécutives et pointent à une inquiétante 9e place. Des maux incarnés par une ligne de trois-quarts cinq étoiles qui peine à trouver son rythme de croisière. Les stars héraultaises restent en berne, aucun leader ne semble se détacher dans la grisaille ambiante.

Ruan Pienaar (17 matches, 15 titularisations, 121 points)

Il est peut-être le membre du club des cinq qui s'en est le mieux sorti cette saison avec ses 121 points marqués. Pour autant, le champion du monde sud-africain éprouve un mal fou à retrouver le niveau qui était le sien la saison passée. Le Pienaar taille patron, c'est de l'histoire ancienne. L'emblématique demi de mêlée du club Benoît Paillaugue a désormais repris les reines de l'équipe.

Aaron Cruden (9 matches, 8 titularisations, 26 points)

Le champion du monde néo-zélandais reste une éternelle énigme côté montpelliérain. Régulièrement blessé, il ne cumule que 8 titularisations toutes compétitions confondues cette saison. Un bien maigre bilan pour un joueur arraché aux All Blacks dans la force de l'âge et recruté à prix d'or. Crudent devait éclairer le jeu de son équipe et apporter de la sérénité dans le jeu héraultais. Il n'en est rien. Finalement, il est souvent suppléé par Johan Goosen et François Steyn à l'ouverture. Symptomatique du manque de constance de l'ouvreur néo-zélandais.

Top 14 - Aaron Cruden (Montpellier) contre Clermont

Top 14 - Aaron Cruden (Montpellier) contre ClermontIcon Sport

Jan Serfontein (19 matches, 16 titularisations, 25 points)

Il fait partie de ces joueurs durs sur l'homme, pugnaces, "ceux qui ne déçoivent jamais". En tout cas, il le faisait rarement sous le maillot des Springboks. Pourtant, cette saison, le sud-africain est en dessous de ce qu'on peut attendre d'un tel joueur. Solide en défense, certes, il ne déséquilibre que très rarement les défenses adverses. Sa seule dimension physique ne suffit pas à créer des brèches. Il est à des années lumières de ses prestations qui lui ont valu 35 sélections avec l'Afrique du sud.

François Steyn (16 matches, 16 titularisations, 21 points)

Capable de fulgurances exceptionnelles comme de trous d'airs inexplicables, le cas Steyn fait débat. Le trois-quart polyvalent sud-africain est un des joueurs les plus doués de la planète rugby. Mais il paraît aussi absent sur le terrain et fait parfois preuve de suffisance. Si cette attitude passait entre les mailles du filet l'année dernière, quand le rouleau compresseur ciste était en marche, elle éclate au grand jour cette saison. Lorsque l'équipe tourne moins bien, François Steyn coule avec elle. Alors qu'il devrait être un leader de par son statut, il déçoit et ne semble pas être dans son assiette cette saison.

Top 14 - Alexis Palisson (Lyon) contre François Steyn (Montpellier)

Top 14 - Alexis Palisson (Lyon) contre François Steyn (Montpellier)Icon Sport

Johan Goosen (16 matches, 15 titularisations, 27 points)

Qu'il est loin le Goosen du Racing 92, capable de fulgurances exceptionnelles et de renverser un match à lui tout seul. Il avait enthousiasmé toute la planète rugby, au point d'être rappelé avec les Springboks par Allister Coetzee. Cette saison, Goosen n'a pas inscrit le moindre essai et n'a que peu de performances marquantes à son actif. Pourtant titulaire à 15 reprises toutes compétitions confondues, le natif de Burgersdorp n'en finit pas de décevoir. Le tout alors qu'il se savait épié, son recrutement ayant été sujet de nombreuses polémiques après sa défection dans les Hauts-de-Seine. Son faible rendement est aussi l'un des facteurs de la mauvaise santé du MHR cette saison.

Par Thomas Saint-Antonin

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0