Icon Sport

Top 14 - Etienne Fourcade (Grenoble) : "Des souvenirs dans un coin de la tête"

Fourcade : "Des souvenirs dans un coin de la tête"

Le 19/09/2018 à 09:06

TOP 14 - Le talonneur grenoblois Étienne Fourcade ne veut pas se mettre martel en tête au sujet d’une éventuelle revanche face à Perpignan, les enjeux de la présente saison étant largement suffisants. Reste que, dans le camp grenoblois, le passif de la saison dernière n’est pas tout à fait soldé…

Rugbyrama : Grenoble reçoit Perpignan samedi, avec le passif de la saison dernière mais surtout un enjeu immédiat énorme. Cela peut-il constituer un match ordinaire ?

Etienne Fourcade : Je ne sais pas si ça peut être un match ordinaire... On a quand même perdu à trois reprises contre l’Usap la saison dernière. Elle a été la seule équipe à nous battre au stade des Alpes, nous a collé une branlée chez elle, et je ne parle pas de la finale... On va d’autant plus les attendre de pied ferme que le contexte de la saison s’y prête : nous sommes quand même les deux seules équipes à ne pas avoir encore gagné un match.

Est-ce cet enjeu qui prédomine ?

E.F. : Le contexte actuel rend la victoire impérative, bien sûr. D’autant plus que tout le monde dans l’équipe actuelle n’a pas connu les trois défaites de la saison dernière. Mais ceux qui l’ont vécu et qui ont un peu d’orgueil auront forcément des souvenirs dans un coin de la tête.

De quoi rendre cette rencontre encore plus explosive ?

E.F. : Je ne sais pas, il s’est passé tellement de choses… Tout le monde se rappelle de la chanson d’Enzo Forletta, par exemple. On sait très bien que c’était du chambrage, et on en a bien rigolé par la suite. Nous ne nous étions d’ailleurs pas gênés pour répondre dans les vestiaires après la victoire en barrage contre Oyonnax ! Mais davantage parce que nous étions heureux de retrouver le Top 14 que par plaisir de retrouver Perpignan.

Les affrontements contre l’Usap en pro D2 ont été marqués par une domination totale de la mêlée catalane, notamment lors de la finale. Ce secteur constitue-t-il pour vous la clé du match ?

E.F. : La mêlée, c’est une phase de conquête, donc c’est toujours important. On se rappelle que la finale de Pro D2 avait basculé après les premières mêlées, où nous nous étions fait emporter. Cette année, de nouveaux joueurs nous ont rejoint, et nous sommes peut-être un peu mieux préparés. J’espère qu’on ne va pas charger. Ce sera une des clés du match, mais évidemment pas la seule.

Est-il possible pour vous d’évoluer sur le moteur de la revanche, sachant que beaucoup de joueurs n’étaient pas de cette finale perdue ?

E.F. : Il y a certes chez nous beaucoup de nouveaux joueurs, notamment au niveau du cinq de devant. Ceux qui n’étaient pas là l’an dernier ne peuvent pas savoir ce qu’on a vécu. On a raté un titre, on ne rattrapera plus cette occasion. C’est une autre saison désormais, avec ses propres enjeux. Mais certains souvenirs restent forcément dans un coin de la tête.

Contenus sponsorisés
0
0