• Laurent Labit, entraîneur adjoint du XV de France.
    Laurent Labit, entraîneur adjoint du XV de France.

Labit : "A Marseille, ce sera un chaudron"

Le | Mis à jour

TEST-MATCH - Mardi soir, à Marcoussis, le chef de l’attaque tricolore Laurent Labit est revenu sur le cas de Jonathan Danty et a longuement évoqué le jeu des Springboks et le "chaudron" qui attend le XV de France ce samedi soir, à Marseille.

Jonathan Danty, dont la compagne est sur le point d’accoucher, ne s’est pas entraîné mardi après-midi. Va-t-il jouer contre l’Afrique du Sud ?

L’Afrique du Sud à Marseille est un grand évènement mais une naissance aussi, dans la vie d’un homme. On lui laissera donc le temps nécessaire pour nous rejoindre et s’il ne fait pas les deux prochains entraînements, ce sera néanmoins gérable. Les joueurs sont au courant et Jo sait très bien ce qu’on veut faire samedi puisqu’on travaille ce plan de jeu depuis déjà quinze jours. Il ne sera pas perdu sur le terrain et son profil peut aussi être très intéressant, face aux Springboks. La décision appartiendra au sélectionneur même si le staff dans son ensemble sera consulté.

[XV DE FRANCE ??] À l’occasion du premier entraînement collectif de la semaine à Marcoussis, Jonathan Danty était toujours retenu au chevet de sa compagne, en passe d’accoucher à La Rochelle.

? La composition probable > https://t.co/Cav2DIwjNr pic.twitter.com/VPmwGEjgqk

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) November 8, 2022

Comment vous adapterez-vous s’il souhaite néanmoins rester aux côtés de son épouse ?

Si Jo n’est pas sur la feuille, c’est Mathis Lebel qui sera aligné sur l’aile car il est en forme et qu’on a confiance en lui. Yoram Moefana prendra alors la place de Jo au milieu du terrain.

Au-delà de ça, la composition d’équipe va-t-elle évoluer par rapport au premier match de la tournée ?

On n’est pas des adeptes d’un gros turn-over. Nos choix, ils sont parfois bons, parfois moins, comme ce fut par exemple le cas à l’automne dernier avec l’association entre Mathieu (Jalibert) et Romain (Ntamack). Mais ce qu’on veut, surtout, c’est "caper" les joueurs, leur donner une expérience collective en vue de ce qui nous attend le 8 septembre 2023, au soir du coup d’envoi du Mondial.

A quoi vous attendez-vous face aux Springboks, à Marseille ?

C’est un profil d’équipe qu’on n’a pas encore joué. Il est aussi possible que l’on croise les Springboks en quarts de finale, en 2023. C’est donc important d’être au niveau, samedi soir. Mais dans ce stade qui sera un chaudron, il ne faut pas que les joueurs se laissent emporter par l’émotion et appliquent le plan de jeu qu’on leur a soumis.

Comment avez-vous jugé la performance de Damian penaud, contre l’Australie ?

Damian, déjà, c’est un mec à part. On a l’impression qu’il est à côté, qu’il ne s’intéresse pas aux choses... Mais ce ne sont que des impressions et avec lui, dès qu’il y a match, y’a match ! On l’a d’ailleurs senti la veille du match, lorsque Bernard Le Roux et Virimi Vakatawa sont venus parler aux joueurs. Ceux-ci ont été impactés par ces témoignages : du jour au lendemain, tout peut s’arrêter et des fois, ça arrive et même à 30 ans.

Et pour revenir à Penaud ?

Il nous surprend tous. Les adversaires le connaissent mais il parvient pourtant à toujours faire des connaissances. C’est la marque d’un joueur hors-norme.

La charnière de l’équipe a semblé souffrir face à l’Australie. Cela vous inquiète-t-il ?

La charnière est à l’image de l’équipe. On savait qu’on aurait des problèmes de connexion et de liant. Antoine et Romain n’avaient pas joué ensemble depuis sept semaines. Notre équipe ne s’était pas retrouvée depuis sept mois. Ces errements, ce n’était pas surprenant. Je suis sûr que la charnière sera mieux samedi soir, au Vélodrome.

Les Sud-Africains ont titularisé Faf De Klerk et Willie Le Roux. Cela vous a-t-il surpris ?

Non. Avec ces deux joueurs, ils ont décidé de rajouter de la qualité dans le jeu au pied, un secteur très important pour eux et qu’ils avaient un peu perdu depuis la blessure (au genou) de Handré Pollard. Mais soyons vigilants : la semaine dernière, les Australiens nous ont surpris sur certaines séquences qu’on ne leur connaissait pas ; c’est la beauté de ce jeu et les Springboks nous proposeront probablement des nouveautés, ce week-end.