Icon Sport

Une porte de sortie pour les Jaguares

Une porte de sortie pour les Jaguares
Par Ludovic Favre via Midi Olympique

Le 01/12/2020 à 18:28Mis à jour Le 01/12/2020 à 18:37

SUPER RUGBY - Pour ne pas vivre une nouvelle saison blanche, la franchise argentine est en passe d’intégrer la SuperLiga Americana en 2021. Mais avec quels joueurs ?

En ce début de semaine, et malgré certaines critiques qui y voient une régression sans précédent et la crainte que le niveau de jeu puisse baisser, les choses se sont décantées. Il ne reste plus que quelques détails d’organisation et de répartition des joueurs à régler mais les Jaguares joueront la SuperLiga Americana (SLAR) au printemps 2021. Comment en est-on arrivé là ?

La mise entre parenthèses du Super Rugby laisse les Jaguares orphelins. Finalistes en 2019, la franchise argentine, en plein progression, a été coupée dans son élan par la pandémie et se retrouve isolée sur la scène mondiale. En effet, les Australiens et les Néo-Zélandais ont annoncé la reconduction, l’année prochaine, de leur palliatif domestique, à savoir le Super Rugby AU et le Super Rugby Aotearoa ainsi que le lancement d’une nouvelle épreuve transcontinentale entre les deux pays. Quant aux quatre franchises sud-africaines, elles devraient rejoindre, sauf retournement de dernière minute, le Pro 14 (ex-Ligue celte), qui passera alors à seize avec, a priori, deux poules de huit. Sans oublier que la Sanzaar, qui gère le rugby sudiste, est plus occupée par l’ouverture du Super Rugby vers les îles du Pacifique (avec la franchise des Moana Pasifika) que par le sort des Jaguares.

De fait, en Amérique du Sud, c’est le branle-bas de combat pour trouver une solution pour éviter une deuxième saison blanche aux Argentins. Car l’exode des joueurs vers l’Europe a de nouveau été massif en 2020 et qu’il faut préserver les Pumas, qui sont une vitrine pour le continent. Logique donc de voir Sudamérica Rugby être parmi les plus actifs. Ainsi, la Fédération continentale a proposé, en septembre, d’intégrer les Jaguares à la SLAR. En 2021, ce championnat professionnel de franchises sud-américaines éprouvera sa deuxième édition. Une sortie de crise plébiscitée à l’époque par Juan Martin Hernandez, l’ancien ouvreur du Stade français et de l’Argentine : "Je pense que la SuperLiga va devenir très compétitive. Pas à court terme; dans deux, trois, quatre ou cinq ans, ce sera spectaculaire. C’est un moyen de faire s’élever le niveau du rugby régional et de fournir un plus grand réservoir aux Pumas."

Dans les prochaines semaines va se poser la question de savoir avec qui les Jaguares vont s’engager en SuperLiga. D’ores et déjà, il est sûr que l’effectif 2021 sera très différent des dernières années. Depuis 2019, c’est pas moins de dix-neuf joueurs qui ont quitté le pays : Alemanno, Creevy, Petti Pagadizabal, Díaz Bonilla, Cubelli, Delguy, Kremer, Montoya, Moroni, Orlando, Tuculet, Matera, Moyano, Pieretto, Sánchez et De la Fuente. Sur le groupe de quarante-cinq Pumas disputant actuellement le Tri-Nations en Australie, il n’en reste que vingt-trois sous contrat avec les Jaguares et la Fédération argentine (UAR). Trois options sont aujourd’hui sur la table : maintenir lesdits joueurs dans une même et unique équipe (Jaguares) ; faire un mix avec les joueurs des Ceibos, la franchise argentine ayant disputé la SuperLiga 2020 et basée à Cordoba, et les répartir entre les deux entités ; ou encore de répartir dans les sept franchises de la SLAR (Jaguares, Ceibos, Cafeteros, Corinthians, Lions, Selknam, Peñarol) l’ensemble des internationaux argentins concernés. Cette dernière option, qui aurait deux avantages - homogénéiser le niveau du championnat et donner davantage de temps de jeu à chaque Puma en puissance - serait la plus plébiscitée.

Contenus sponsorisés