Icon Sport

Super Rugby - La finale est déjà lancée

La finale est déjà lancée
Par Rugbyrama

Le 29/07/2018 à 16:36Mis à jour Le 30/07/2018 à 17:08

SUPER RUGBY - Comme la saison dernière, la principale franchise de l’île du Sud affrontera les joueurs de Warren Whiteley en finale du championnat. Grands favoris annoncés, ils devront néanmoins se méfier des atouts inévitables dont dispose la province basée à Johannesburg.

Ce samedi matin à 9h35 heure française, l’AMI Stadium de Christchurch accueillera la 23ème finale de l’histoire du Super Rugby, un remake de la saison passée avec comme affiche : Crusaders-Lions. Si l’an passé, ce sont les sud-africains qui avaient reçus dans leur antre de l’Ellis Park ( désormais renommé), cela n’avait déjà pas empêché les partenaires de Read de s’imposer 17-25, pour un retour au sommet. Mais en 2018, les hommes de l’entraîneur en chef Scott Robertson paraissent encore plus parfaits, encore plus forts, presque intouchables.

Super Rugby - Coach Crusaders - Scott Robertson

Super Rugby - Coach Crusaders - Scott RobertsonIcon Sport

La dernière preuve en date fut la demi-finale face aux Hurricanes de Barrett, remportée 30 à 12 et sans le moindre frisson par les Croisés, qui mit aussi en exergue la performance individuelle de certains joueurs comme le divin Richie Mo’unga, animateur et puncheur parfait, ou encore de Jack Goodhue, ce grand blond avec le numéro 13 dans le dos, agressif comme personne en défense et auteur de courses rectilignes pour le moins tranchantes durant toute la partie.

Richie Mo'unga (Crusaders)

Richie Mo'unga (Crusaders)Icon Sport

De leur côté, la demie-finale fut bien bien moins tranquille pour les partenaires d’Elton Jantijies, rapidement mené largement par les Waratahs après deux essais coup sur coup, dont un du troisième ligne Hanigan après une attaque menée par Beale. Mais revenus a hauteur à la mi-temps 19 à 19 grâce notamment à un essai du puncheur et ancien sprinteur Aphiwe Dyanty sur une action d’anthologie. Petit par dessus, accélération puis cadrage-débordement, le néo-capé aura tout fait aux partenaires de Nick Phipps.

Nick Phipps

Nick PhippsIcon Sport

Puis c’est grâce à une grosse force mentale et une seconde période maîtrisée que les Lions s’imposent finalement 44 à 26, au terme d’un match très ouvert.

En finale, malgré les atouts offensifs de la province de Johannesburg, les Crusaders partiront une nouvelle fois entièrement favoris à leur propre succession et glaneraient en cas de victoire samedi à 9h35, une 9ème victoire depuis la création du Super Rugby en 1996, un record.

En outre, depuis cette même année 1996, les Crusaders, ce sont seulement 13% de défaites sur leur pelouse de l’AMI Stadium, une forteresse moderne que confirme cette saison puisqu’ils y sont invaincus mais surtout, restent sur un total de 14 victoires consécutives cette année.

La lutte devrait se jouer d’abord devant, avec un avantage pour les Croisés donc le 5 de devant est composé d’autant de All Blacks. Les Lions eux, auront la position de l’outsider.

Les joueurs à suivre

Côté Lions :

Avec un Kwagga Smith en feu, les Lions possèdent là un véritable phénomène. Barré en sélection à cause de sa petite taille ( 1m80), le spécialiste du 7 à une nouvelle fois détonné face au Waratahs de Sydney par ses qualités d’explosivité et de vitesse quasiment unique à son poste aujourd’hui, inscrivant au passage deux essais. Malcolm Marx à lui été une nouvelle fois omniprésent, comme en quart de finale d’ailleurs, en prouvant s’il le fallait qu’il était probablement le meilleur talonneur du monde aujourd’hui.

Malcolm Marx - Emirates Lions

Malcolm Marx - Emirates LionsIcon Sport

Le talonneur revient à son meilleur niveau après une blessure face aux Hurricanes durant la phase régulière, qui l’avait empêché de disputer la tournée d’été avec les Boks. Enfin comme évoqué plus haut, la trouvaille de l’année se nomme Dyanty et pourrait causer bien des misères aux défenseurs néo-zélandais. Celui qui avait déjà marqué pour sa première sélection dispose d’une explosivité exceptionnelle, d’appuis vifs et d’une vitesse de course remarquée.

Côté Crusaders :

La demi-finale à fait ressortir un homme, Mo’unga. Le demi d’ouverture à impressionné de par sa gestion du jeu des siens, mais aussi par la qualité de son jeu au pied de déplacement et sa capacité à se défaire des défenseurs grâce à des appuis courts et rapides. Il sera l’arme principale côté Crusaders.

Ensuite, les hommes très dangereux seront partout côté néo-zélandais. Déjà avec un pack terrible duquel émerge Scott Barrett, le massif deuxième ligne. Puis difficile de ne pas parler du retour depuis quelques semaines du capitaine Kieran Read, pas encore à son meilleur niveau mais qui apporte une plus value incontestable en terme de leadership partout où il joue.

Kieran Read (Crusaders)

Kieran Read (Crusaders)Getty Images

Enfin, prenons les paris que les deux ailiers Seta Tamanivalu, en partance pour l’UBB, et George Bridge, seront faire parler leurs qualités de finisseur pour terminer les coups en finale. En cas d’essai marqué, ce dernier rejoindrait Ben Lam en tant que meilleur marqueur sur une saison de Super Rugby, avec 16 essais marqués! On a déjà hâte…

Par Théo Fondacci

Contenus sponsorisés
0
0