Icon Sport

"Chico" Fernandes : "C’est la première fois que notre banc amène une plus-value"

"Chico" Fernandes : "C’est la première fois que notre banc amène une plus-value"
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 16/10/2021 à 14:39

PRO D2 - L’emblématique pilier de Béziers se réjouissait hier soir de la prestation convaincante des siens, qui ont su ré-appuyer sur l’accélérateur à Grenoble alors que la fin de match semblait leur échapper.

On a entendu votre équipe célébrer, à juste titre, cette première victoire à Grenoble depuis plus de treize ans. Comment l’analysez-vous ?

On apprécie à double titre cette victoire. Parce qu’elle est à l’extérieur sur la pelouse d’une équipe qui doit monter (sic), d’abord. Mais surtout parce que, depuis le début de la saison, c’est la première fois qu’on a la sensation d’être vraiment allé chercher une victoire à 23. C’est la première fois que nos remplaçants ont vraiment apporté une plus-value qui nous a permis de faire basculer le match dans les dernières minutes. Jusque là, on avait tout essayé : mettre les habituels sur le banc, coacher plus tôt, coacher plus tard, rien ne fonctionnait vraiment. Cette fois, le banc a vraiment apporté quelque chose, et ça rend la victoire encore plus belle.

Le paradoxe est que malgré 20 minutes en supériorité numérique en deuxième période, vous avez laissé les Grenoblois vous repasser devant au score. N’avez-vous pas douté à ce moment-là ?

On n’a pas douté parce qu’on était dans le match, mais c’est vrai qu’on aurait pu commencer à se frustrer. On est allés à cinq mètres de leur ligne à deux, trois reprises, sans marquer. C’est ce qui nous manque encore par rapport aux plus grosses écuries de Pro D2, on doit être plus tueur. Là, à 15 contre 14 en début de deuxième mi-temps, on doit tuer le match mais on n’y arrive pas. On rate une pénalité, on rate une grosse occasion. Mais bon, peu importe le scénario, l’essentiel était tout de même de l’emporter à la fin.

Pro D2 - Francisco Fernandes (Béziers)

Pro D2 - Francisco Fernandes (Béziers)Icon Sport

La clé de la rencontre n’a-t-elle pas résidé dans votre domination sur les ballons portés, tant offensifs que défensifs ?

Depuis deux ans, on est plutôt efficaces dans ce secteur, on a encore été solides en défense. Mais depuis le début de la saison, cela faisait plusieurs fois que nous étions proches de marquer dans ce genre de situation, sans y arriver. Alors, inscrire un essai comme ça à ce moment-là du match, c’est sûr que ça doit donner un surplus de confiance à notre pack.

On a aussi eu l’impression que votre densité physique sur les zones de collision était supérieure à celle du FCG...

Pierre Caillet avait insisté sur cet aspect avant le match, et avait composé une équipe dans cette optique. On voulait vraiment arriver à leur imposer une certaine densité. Grenoble est une équipe qui joue très bien au ballon, donc l’objectif était de les dominer physiquement pour les empêcher d’enchaîner les temps de jeu, de monter très vite pour leur couper les ailes. Ça a plutôt très bien fonctionné. Au final, notre seul regret après ce match concerne les résultats de nos concurrents, qui font qu’on n’est toujours pas dans les six. Mais si on parvient à enchaîner la semaine prochaine, j’espère que ça va rapidement le faire.

Contenus sponsorisés