Icon Sport

Comment Oyonnax a retrouvé une forme de sérénité ?

Comment Oyonnax a retrouvé une forme de sérénité ?

Le 25/02/2021 à 11:00Mis à jour Le 25/02/2021 à 19:54

PRO D2 – Fort de son premier succès à l’extérieur depuis début décembre, dimanche dernier à Provence Rugby, Oyonnax enchaine ce vendredi un nouveau déplacement à Rouen. Surtout, les Oyomen donnent le sentiment d’avoir retrouvé une certaine solidité. Idéal au moment d’aborder le dernier tiers du championnat.

Même si cela semble maintenant loin, un petit regard dans le rétroviseur parait utile pour comprendre l’actuel état de forme du club du Haut-Bugey. Car il faut bien le reconnaitre, la période des fêtes et des étrennes n’y aura pas été très festive… Évoquer ce mauvais souvenir des quatre défaites consécutives entre le 18 décembre et le 16 janvier fait toutefois office d’une intéressante piqure de rappel qui n’aura finalement pas entamer les ambitions, ni la motivation. Cette série assez indigeste aura tout de même provoquer quelque chose et la période actuelle – 3 victoires, 1 nul et 1 défaite sur les 5 derniers matchs – ressemble à s’y méprendre au fameux processus de guérison. Oyonnax semble avoir fait le dos rond, avoir pris son mal en patience et surtout avoir identifié des problématiques tout en trouvant des solutions.

"Cela montre que notre travail paie. Cela a été difficile pendant quelques mois, reconnait Joe El Abd. À Aix, on a eu une défense qui est montée vite, qui a bien travaillé ensemble et qui a récupéré des ballons. Et en attaque, on a vu ce que l’on a fait à l’entrainement, avec de l’animation pour mettre en difficulté l’adversaire et pour marquer des essais. Le contenu est plutôt encourageant et on continue de construire notre jeu pour une fin de saison que l’on espère intéressante." Tout autant de signaux positifs qui permettent de dire que le groupe retrouve une forme de solidité et de maitrise tout en conservant une énorme marge de progression. Car il faut rappeler qu’Oyonnax avait débuté sa saison en remportant ses sept premiers matchs ! Les attitudes ne trompent cependant pas, et il y a eu un changement.

La capacité à pouvoir tirer davantage du collectif

Actuellement quatrième de Pro D2 (avant le duel Nevers-Colomiers de ce jeudi 25 février, ndlr), Oyonnax tient toujours son rang. Et est dans les temps d’un objectif de qualification que l’on a un temps cru en danger, même si les Oyomen ne sont jamais sortis du Top 6 depuis la 1ère journée. Le simple fait de croire n’est en rien la réalité. "On veut être dans les six, martèle Joe El Abd. Mais on peut me demander pourquoi ne pas vouloir plus ? Car il y a deux championnats. Il faut d’abord être dans les six puis il y a une phase finale. Si l’on reproduit ce que l’on a fait à Aix, je pense que l’on pourra être dans les six et vivre une belle fin de saison." Ce succès à Maurice-David le week-end dernier a donc tout du tournant, tout du moment de bascule dans une saison qui peut prendre un tout autre virage dans les prochaines semaines.

"On retrouve une sérénité et une maitrise que l’on avait en début de saison et que l’on avait peut-être un peu perdues", précise l’entraineur d’un Oyonnax retrouvé ? Seule des performances dans la durée permettra de le dire. Par contre, ce terme de "retrouvailles" colle parfaitement à ce qui semble aussi être la raison de ce meilleur visage, à savoir des blessés qui reviennent et des jokers qui ont pris leurs marques pour offrir une grande partie de leurs capacités. "Si la victoire crée de l’émulation, ces retours de joueurs ont donné de la confiance au groupe. Par exemple, Josh Strauss était arrivé au moment des cas de Covid puis a pris un rouge tandis que Benjamin Fall avait besoin de se remettre en route. Lionel Beauxis donne aussi une plus-value et l’on peut profiter du maximum de tous ces joueurs", insiste Joe El Abd.

D’autant que l’on rentre dans le moment de vérité. Ce vendredi à Rouen, les Oyonnaxiens entameront le dernier tiers de la saison régulière puis basculeront dans un calendrier révélateur qui les verra notamment défier toutes les équipes classées actuellement dans les six (et même l’actuel septième Grenoble). Pile au moment où les Grice, Leindekar, Hamilton ou encore Lassalle sont annoncés sur le retour.

Contenus sponsorisés