Icon Sport

Oyonnax a vécu un "cauchemar"

Oyonnax a vécu un "cauchemar"

Le 19/05/2019 à 11:00Mis à jour Le 19/05/2019 à 11:04

PRO D2 - Stoppés dans leur quête d'un retour en Top 14 par des Bayonnais survoltés et un trou d'air en deuxième période, les Oyonnaxiens avaient bien du mal à poser des mots sur cette désillusion. Après le barrage perdu à Grenoble la saison passée, c'est un nouvel épisode très douloureux que vivent les joueurs du Haut-Bugey.

Des regards dans le vague, un genou au sol et des yeux embués. Les Oyonnaxiens étaient KO debout samedi soir, défaits par les Bayonnais (34-38) en demi-finale de Pro D2. S’ils ont placé la boxe en fil conducteur de leur saison, ce sont les Haut-Bugistes qui ont été mis au tapis dans leur stade Mathon. Groggys par un scénario de match fou fou fou, où ils ont réussi à faire un gros break (27-9) avant la mi-temps après un joli 24-0 pour ensuite se faire remonter puis doubler au panneau d’affichage par des Basques survoltés (0-29).

Le dernier baroud des Haut-Bugistes n’a pas suffi en fin de rencontre. Oyonnax restera en Pro D2 la saison prochaine après un dernier match épique. Déboussolés par cette incroyable rencontre, l’enfant d’Oyo Bilel Taieb, le capitaine Valentin Ursache et le manager Adrien Buononato cherchent leurs mots. "Comment expliquer ce scénario, on se pose tous la même question, souffle le coach. Nous jouons à 14 pendant 20 minutes et encaissons 3 essais pendant ce temps-là. C’est ce qui fait un peu basculer le match".

Oyo s’est écroulé

Si des tribunes le match pouvait sembler plié à la pause, Adrien Buononato repousse l’idée d’une éventuelle décompression. Les Oyonnaxiens ne se sentaient pas déjà propulsés vers la finale à Pau. "Ce n’est pas du tout ce que l’on s’est dit, explique-t-il. Les Bayonnais ont surtout changé leur manière de jouer, notamment près des rucks. Et nous avons mis du temps à nous adapter". Les Basques n’avaient plus rien à perdre, et c’est sûrement pour cela qu’ils ont gagné. Très affecté, Bilel Taïeb lâche seulement quelques mots : "Nous avons fait une belle première période et après nous nous écroulons…"

Pro D2 - Bilel Taieb (Oyonnax)

Pro D2 - Bilel Taieb (Oyonnax)Icon Sport

Un cruel constat. "Je ne sais pas quoi dire, reprend le capitaine Valentin Ursache. Pour moi, c’est un cauchemar. J’ai envie de me réveiller et que l’on recommence à 0-0. J’ai l’impression que l’on ne sait pas bien gérer les rendez-vous importants. Cela fait quelques coups qui font mal. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je n’ai pas envie d’y croire. C’était déjà compliqué la saison dernière (en barrage à Grenoble ndlr), là devant le public cela l’est encore". Le 3e ligne répète à plusieurs reprises le mot "cauchemar", il aimerait se réveiller et revenir en arrière. Pour les supporters et dirigeants aussi, la désillusion est grande un an après la chute à Grenoble.

Drôle de sortie pour les partants

Les Haut-Bugistes voulaient soigner leur fin de saison. Pour finir sur une bonne note l’aventure d’un groupe que certains éléments vont quitter l’an prochain. "Les partants méritaient autre chose, énonce Valentin Ursache en secouant la tête. C’était important de finir la tête haute. Il est difficile d’avaler des déceptions comme celle-ci. L’an passé, tout le monde disait qu’on était favoris-favoris, là encore et finalement c’est loupé. Il faut travailler le mental. Nous avons pris deux gros coups sur la tête. Quand c’est dur, il faut relever la tête et avancer. Le club a encore des ambitions et ce n’est pas fini".

Une nouvelle page va s’écrire. Sans le manager Adrien Buononato qui a vécu son dernier match avec Oyo, avant son départ à Soyaux-Angoulême la saison prochaine. "Je ne suis pas au centre des débats, appuie-t-il. J’espérais surtout ne pas avoir à croiser Oyo la saison prochaine. Je connais la valeur de ces garçons et de cette équipe et leur place n’est pas là. La déception n’est pas pour moi, elle est de ne pas avoir su les emmener là où ils méritent d’être". Au terme d’un match d’anthologie, Oyo est resté au tapis. Il faudra du temps pour réussir à s’en relever.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0