Icon Sport

Champions Cup - Montpellier : le défi ultime

Montpellier : le défi ultime

Le 17/01/2019 à 14:16

CHAMPIONS CUP - Demain à 20h45 (heure française), les Héraultais, condamnés à l’exploit, joueront un “huitième” de finale européen à Edimbourg face au leader de leur poule. Un premier match couperet cette saison décrypté en cinq points.

Un succès pourrait ne pas suffire

Avant cette dernière journée de phase de poules, le MHR compte trois points de retard sur Edimbourg, leader. Alors, s’ils veulent décrocher leur deuxième “ticket” pour un quart-de-finale de Hcup (le premier perdu en 2013 à Clermont), les Cistes devront triompher demain à Murrayfield. Vainqueurs à l’aller (21-15), ils termineront premiers de leur groupe s’ils gagnent et ce, même si leurs hôtes prennent un bonus défensif ou offensif. Car dans ce scénario, les deux équipes seraient à égalité et Montpellier passerait alors grâce ses points terrain supérieurs aux Britanniques (huit contre deux).

Par contre, si les locaux perdent mais parviennent à prendre le double bonus, ils finiraient avec un point d’avance sur les visiteurs. Sauf si les coéquipiers du capitaine Louis Picamoles venaient à décrocher une victoire bonifiée, synonyme de qualification dans tous les cas. A noter également : si les Bleu et Blanc ne sont pas en position de force pour recevoir en quart en cas de triomphe vendredi, il leur reste une chance. Pour cela, il faudrait qu’Exeter aille gagner ou faire match nul au Munster samedi (18h30). Montpellier terminerait alors quatrième meilleur premier de poules…

Edimbourg reste sur une folle série

Six. C’est le nombre de succès consécutifs décrochés par Edimbourg, série en cours. Invaincus cette saison à Murrayfield, ils n’ont plus perdu dans leur antre mythique depuis le 6 avril dernier (défaite face à l’Ulster). Et demain, ils auront rendez-vous avec l’histoire. En plus de décrocher le troisième quart-de-finale de leur histoire, ils pourraient se qualifier en compagnie de leurs rivaux de Glasgow. Ce serait alors la première fois que deux clubs écossais parviendraient à rallier les phases finales européennes :

"C’est une belle occasion de jouer contre une équipe internationale (l’Ecosse, NDLR), qui est septième au classement mondial. C’est un mini test match pour nous (12 joueurs d’Edimbourg appelés avec le XV du Chardon pour le prochain tournoi des six nations), car on affronte la moitié de l’équipe d’Ecosse. C’est un match couperet, avec le plaisir de jouer à Murrayfield pour nos joueurs qui ne connaissent pas. Les Ecossais ont un jeu très structuré, se connaissent parfaitement et s’appuient sur une bonne défense et un bon jeu au pied. Ils mettent aussi beaucoup de rythme. C’est une équipe qui a récupéré beaucoup d’internationaux depuis la tournée de novembre et qui marche sur l’eau. Ils sont les grands favoris de ce rendez-vous", explique Vern Cotter.

Montpellier : un retour et des absents

Alors, pour créer l’exploit, le MHR pourra s’appuyer sur le retour de Bismarck du Plessis, aligné comme titulaire vendredi. Après plus de trois mois d’absence, le Springbok aux 79 sélections devra apporter toute son expérience et sa science des rucks à son équipe. Par contre, Nemani Nadolo (genou) et Aaron Cruden (mollet), qui étaient espérés pour ce choc, ne seront finalement pas disponibles. A l’image de Benjamin Fall (pied). Ménagés face à Newcastle, Jacques Du Plessis et Yacouba Camara démarreront à Murrayfield. A l’instar de Fulgence Ouedraogo et Ian Serfontein (sur le banc samedi dernier).

Top 14 - Fulgence Ouedraogo (Montpellier) contre Lyon

Top 14 - Fulgence Ouedraogo (Montpellier) contre LyonIcon Sport

Pour le reste, Vern Cotter a décidé de faire confiance aux dix titulaires qui avaient vaincu les Anglais, tout en s’appuyant à nouveau sur un banc trois étoiles (Willemse, Paillaugue, Chilachava, Galletier…), pour tenter de faire basculer la rencontre en faveur de son équipe.

La clé : la discipline

"Je pense que la première chose à avoir vendredi, c’est la discipline. Edimbourg est une équipe qui aime la conquête, notamment la touche, et si nous ne sommes pas disciplinés ils pourraient trouver quelques touches dans notre camp. Et là ça deviendrait difficile à contrer même si nous allons nous préparer pour. Je m’attends à un match couperet très intense avec un gros engagement physique et il faudra marquer dès que nous aurons deux ou trois occasions. En nous montrant constants du début à la fin", ajoute le manager. Et si, de l’aveu de la majorité des Héraultais, la discipline sera la clé, elle ne se résume pas aux seules pénalités concédées.

En effet, Montpellier devra afficher une maîtrise technique largement supérieure à celle montrée depuis le début de la saison ainsi que samedi dernier face à Newcastle, malgré le large succès. Il devra aussi être beaucoup plus rigoureux tactiquement afin de ne jamais sortir du plan de jeu fixé. Chose qu’ils n’ont réussi à faire qu’à de rares occasions en Champions Cup, comme en Top14.

Le défi : Agir et ne plus réagir

C’est la principale interrogation : le MHR sera-t-il capable de faire preuve de caractère demain, en se resserrant dans l’adversité ? Impossible de répondre en amont de cette opposition. Car Montpellier est une équipe à réaction, qui n’affiche jamais le même visage d’une sortie à l’autre. Après la claque reçue face au Lou lors de la quatrième défaite à domicile cette saison, ils ont su rebondir en atomisant de faibles Falcons. Mais cela ne leur offre aucune garantie face à Edimbourg, un adversaire qui évolue deux classes au-dessus des Anglais… Alors, vendredi, les Cistes auront une occasion en or de réaliser un match référence pour faire tourner leur saison et faire taire ainsi leurs détracteurs en prouvant qu’ils sont une vraie équipe plus qu’une somme d’individualités.

Champions Cup - Louis Picamoles (Montpellier) contre Newcastle

Champions Cup - Louis Picamoles (Montpellier) contre NewcastleIcon Sport

Mais à l’inverse, un revers sans la manière et une élimination par la petite porte pourraient être catastrophiques pour la confiance collective, toujours faible. Le centre Yvan Reilhac confirme : "Mais c’est le premier vrai match très important de la saison et c’est donc le moment de voir où nous en sommes réellement. Ce match doit apporter des réponses à toutes nos questions. Si nous parvenons à relever ce grand défi, ça peut nous faire énormément de bien pour la suite de la saison en Top14, en plus de nous offrir le deuxième quart de finale en Hcup de l’histoire du club. C’est un grand rendez-vous." A ne surtout pas manquer…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0