Icon Sport

L'Union va la jouer à fond

L'Union va la jouer à fond

Le 13/11/2019 à 09:35Mis à jour Le 13/11/2019 à 09:40

CHALLENGE CUP - L'UBB a fait de la Challenge Cup, un objectif et vise un quart de finale. Une ambition aussi bien partagée par le staff que par les joueurs. La confrontation européenne pourrait servir de tremplin au club girondin.

Voila, c'est dit, affirmé et clairement affirmé. L'Union veut jouer la Challenge Cup à fond. Christophe Urios, qui maîtrise ses discours à la perfection, l'a martelé : " On a décidé ensemble de la jouer à fond et de viser un quart de finale. Donc, c'est notre ambition, ce n'est pas la mienne. C'est celle de tout le staff et de tout un groupe de joueurs. " Une nouveauté en Gironde, quand avec un peu de mémoire, on se rappelle les saisons passées et les ambitions affichées. Matthieu Jalibert n'élude pas cet aspect : " L'UBB veut la jouer. Les années précédentes, on se cachait un peu. On ne la jouait pas réellement. Cela se voyait sur les semaines de préparation. Parfois sur les compositions d'équipes. Cette année, c'est un réel objectif. On a envie d'aller le plus loin possible. "

Et en effet, les entraînements n'ont pas vraiment baissé d'intensité ni d'engagement cette semaine. Et tous les feux semblent au vert pour l'équipe girondine. La victoire contre Agen sous une pluie diluvienne, un effectif quasi au complet, de bons résultats en Top 14, permettent aux Bordelo-Béglais d'aborder " la petite " Coupe d'Europe avec enthousiasme et pas mal d'ambitions. " On est sur une lancée positive. " confirme Marco Tauleigne. " Si on arrive à continuer sur la Coupe d'Europe, à enchaîner le week-end d'après et à repartir sur le top 14 comme cela, moi cela me va très bien. " D'ailleurs, tout le monde est sur le pont pour cette Coupe d'Europe. Le club a ainsi inscrit 49 joueurs sur la liste envoyée à l'ECPR. Même Afa Amosa y figure.

Top 14 - Marco Tauleigne (Bordeaux-Bègles), face à Montpellier.

Top 14 - Marco Tauleigne (Bordeaux-Bègles), face à Montpellier.Icon Sport

On y trouve plus de 10 jeunes, mais chaque joueur pro est concerné par cette compétition. " À partir du moment où tu dis des choses, il faut s'engager. " précise Christophe Urios. " J'en ai pour preuve le début de semaine qu'on fait où je n'ai pas vu de changement d'attitude, par exemple. On verra samedi. Je sens les mecs concernés. Et puis, il y a tellement d'émulation dans le groupe entre ceux qui veulent jouer, ceux qui jouent tout le temps et qui veulent continuer à jouer, ceux qui jouent un peu moins et qui veulent attraper le wagon et ceux qui n'ont pas encore joué et qui veulent monter dans le train, on est pas mal. "

" Pour moi, il n'y a pas de petites ou de grandes coupe d'Europe "

L'effectif girondin est en effet quasiment au complet. À part Afa Amosa et Clément Maynadier, qui devrait bientôt reprendre, le staff bénéficie de tous les joueurs. Et la concurrence devrait jouer largement durant cette période. Christophe Urios pourra choisir une équipe compétitive à son goût. Poirot ou Ravaï ou Paiva, Douglas ou Cazeaux, ou Flanquart, chaque ligne possède deux voire trois titulaires en puissance, voilà de quoi pouvoir jouer sur les deux tableaux.

En tout cas, Matthieu Jalibert, qui lui avait débuté pour la première fois en " 10 " en Challenge Cup, en Russie, confirme les ambitions du club : " Pour moi, il n'y a pas de petites ou de grandes coupe d'Europe. Il y a une compétition. Il faut essayer de bien figurer et de gagner le plus de matchs possible. Cela reste quand même quelque chose de fort de vivre des phases finales, surtout pour l'UBB qui n'en a jamais connu. On a envie d'être la première génération qui arrive peut-être, à qualifier le club pour des quarts de finale en Coupe d'Europe que ce soit petite ou grande. " Pour cela, il faudra s'extraire d'une poule qui a des allures de "Champions Cup » dixit Christophe Urios.

Top 14 - Matthieu Jalibert (Bordeaux-Bègles), face à Montpellier.

Top 14 - Matthieu Jalibert (Bordeaux-Bègles), face à Montpellier.Icon Sport

Avec les Wasps, Edimbourg et dans une moindre mesure Agen, l'UBB n'aura pas droit à l'erreur. " La Coupe d'Europe, on connait. " précise le manager girondin. " Il y a 6 matchs. Tu n'as pas droit à l'erreur. Il faut tout gagner chez toi, gagner un ou deux matchs à l'extérieur, on le sait tout ça. Et cela dans une poule très relevée ".

L'an dernier, deux clubs français s'affrontaient en finale de la Challenge Cup. L'Union pourrait bien imiter La Rochelle et Clermont en profitant de la dynamique de ce début de saison. Matthieu Jalibert n'y voit que des avantages : " C'est une aventure qui peut nous permettre de franchir un cap en top 14. " Pour y arriver, il faudra d'abord se débarrasser à domicile des Wasps, puis d'Edimbourg. " On ne tire pas trop de plans sur la comète. " prévient Christophe Urios. " On a deux matchs qui sont importants, celui-là et celui de la semaine prochaine contre Edimbourg. On y verra plus clair après ces deux matchs. " Et si l'horizon s'éclaircissait un peu plus pour l'UBB ?

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0