Challenge Cup - L’antisèche : Toulon n’a pas tenu la distance

Par Rugbyrama

Le 17/10/2020 à 00:06Mis à jour Le 17/10/2020 à 09:04

CHALLENGE CUP - Le Rugby Club Toulonnais s’est incliné 32-19 face aux Anglais de Bristol à Aix-en-Provence. Après avoir fait preuve de caractère en première mi-temps pour revenir et passer devant au scrore, le RCT n’a pas pu contenir les attaques anglaises en seconde période, laissant s’échapper les Bears vers le titre.

Le résumé : Toulon a résisté puis Toulon a craqué

Qu’elle faisait plaisir à voir cette formation toulonnaise en première période. Après avoir vu Bristol inscrire le premier essai du match au bout de 17 secondes de jeu puis mener 10-0 à la troisième minute, les joueurs de Patrice Collazo ont réagi pour revenir dans le match. Une réaction qui a amené la réalisation de Heem (11è) puis permis à Louis Carbonel de mettre son équipe devant au score avant la mi-temps. Un moindre mal après le début de rencontre du RCT.

Au retour des vestiaires, Bristol a accéléré et les Toulonnais n’ont plus jamais sorti la tête de l’eau, obligés de défendre et batailler dans les rucks pour s’offrir un peu de répit. Malgré tous les efforts, les Anglais ont fait la différence autour de l’heure de jeu en infligeant un 16-3 en un peu plus de dix minutes pour passer devant et s’envoler vers le trophée.

Le chiffre : 15

En terme de départ tonitruant, les Bears n’ont pas fait les choses à moitié. Le coup d’envoi qui retombe dans les bras de Semi Radradra et le reste n’est qu’un mélange de vitesse et d’intelligence de jeu. Trois passes, trois joueurs concernés et Randall, le demi de mêlée anglais plonge dans l’en-but, au bout de… 15 secondes seulement ! Un essai de plus de quatre-vingt mètres qui inaugurait déjà, une soirée joyeuse pour Bristol.

Challenge Cup - Semi Radradra (Bristol Bears) lors de la finale contre ToulonIcon Sport

Le fait du match : deux essais refusés à la vidéo pour Bristol

Voir le RCT devant au score au bout des quarante première minutes était presque un miracle à la vue du scénario de cette première période. Même si l’on enlève en aucun cas le mérite aux Toulonnais d’avoir réagi et d’avoir poussé les Anglais à la faute. L’addition aurait pu être plus salée pour les joueurs de la Rade puisque Bristol s’est vu refuser (logiquement) deux essais.

Un premier où le talonneur Thacker échappe le ballon au moment de plonger dans l’en-but, le deuxième après une dernière passe en-avant de Radradra qui envoyait son deuxième ligne Joyce dans l’en-but. Des actions qui n’ont été que des avertissements au final pour Toulon.

Le joueur du match : Malins, tueur à gage des clubs français

Il avait assassiné Bordeaux-Bègles en demie-finale grâce à son doublé, Max Malins a récidivé ce vendredi soir sur la pelouse d’Aix-en-Provence pour tuer les derniers espoirs toulonnais de soulever le trophée. Un exploit personnel à l’heure de jeu où il se défait de Paia’aua avec un raffut et n’a plus qu’a courir sur vingt-cinq mètres pour plonger en terre promise. L’arrière prêté par les Saracens est un des hommes forts de Bristol en cette fin de saison, et il l’a encore prouvé face au RCT.

Max Malins (Bristol) face à Toulon.Icon Sport

La question : le RCT a-t-il payé la différence de rythme entre la Premiership et le Top 14 ?

Les débats sur le manque de rythme (parfois) des matchs du championnat français vont peut être rapidement revoir le jour après cette rencontre. Toulon, qui s’est arraché physiquement pour revenir au score et passer devant en première période n’a pas tenu le rythme imposé par les Anglais en seconde. Une défaillance physique ? Chacun se fera son avis mais certains ne se cacheront pas pour, une nouvelle fois, remettre en cause le Top 14 et son temps de jeu effectif…

Vincent Franco