Icon Sport

L'homme du match : le récital de Ntamack

L'homme du match : le récital de Ntamack
Par Vincent Bissonnet via Midi Olympique

Le 22/02/2020 à 20:00Mis à jour Le 22/02/2020 à 20:13

TOURNOI DES 6 NATIONS 2020 - L'ouvreur du XV de France a livré une prestation étincelante, ce samedi, pour mener les Bleus à l'exploit au Principality Stadium. Auteur de dix-sept points, le Toulousain a été dans tous les bons coups.

Vendredi, comme un signe prémonitoire, Romain Ntamack avait pénétré en premier dans l'antre du Principality Stadium à l'occasion de l'entraînement du capitaine. Visage fermé, le Toulousain paraissait déjà être entré dans son match. Vingt-quatre heures plus tard, pour son baptême dans la cathédrale galloise, le Toulousain s'est imposé comme le seigneur des lieux en livrant un véritable récital.

Le champion du monde moins de 20 ans a tout réussi ou presque. Dès la 5e minute, il se montrait décisif avec une merveille de chandelle échappée par Leigh Halfpenny et récupérée par Anthony Bouthier pour la première réalisation tricolore. "NTK" enchaînait avec une pénaltouche lointaine (17e) et une pénalité excentrée (19e) avant de récidiver dans son exercice favori : sur une nouvelle passe au pied, il offrait un essai à Gaël Fickou (28e), finalement refusé pour un en-avant. Un simple contretemps. Le Toulousain poursuivait sa démonstration d'adresse et de précision, à chacun de ses coups de pied comme sur ce jeu au pied dans le dos de Dan Biggar (44e) pour permettre aux Bleus de terminer plus tranquillement leur infériorité numérique.

Une réponse de champion

Trois minutes plus tard, l'ouvreur commettait peut-être sa seule erreur stratégique de l'après-midi avec une chandelle dans son camp, récupérée par les Gallois. Cent-vingt secondes plus tard, Dillon Lewis inscrivait le premier essai des siens. Les Gallois, revenus dans le sillage des Bleus, commençaient alors à reprendre espoir. Mais en grand champion, Romain Ntamack apportait la plus belle des réponses : il interceptait une passe de Sam Tompkins depuis la moitié de terrain pour donner au XV de France huit longueurs d'avance (52e). Dix minutes plus tard, toujours imperturbable sous la pression, il portait son compteur de points personnel à dix-sept avec une pénalité de plus de 40 mètres. Comme un patron, un vrai.

Visiblement touché, le chef d'orchestre quittait la scène à la 75e, terminant la rencontre sur le banc de touche. D'où il a pu entendre son élection comme joueur du match. Et d'où il a pu assister aussi à la victoire finale des siens. Ce 22 février restera une date sacrée dans la probable très longue carrière internationale du prodige français.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés