Rugbyrama

6 NATIONS - Sébastien Bézy, Jules Plisson, Maxime Mermoz... Les 10 oubliés de la "liste Elite"

Bézy, Mermoz, Plisson... Les 10 oubliés de la "liste Elite"

Le 18/01/2017 à 16:20Mis à jour Le 18/01/2017 à 16:35

6 NATIONS - Avec 4 nouveaux venus et 2 retours, le groupe de 32 noms sélectionnés par Guy Novès pour disputer le Tournoi des 6 Nations est marqué par l'absence de 10 joueurs présents sur la fameuse "liste Elite". Entre blessures, baisse de régime et choix du sélectionneur, un coup a été porté à ce premier squad présenté en juillet 2016.

Jefferson Poirot (Pilier, Bordeaux-Bègles)

Pour le coup, ce n'est pas un choix du sélectionneur. Le pilier de l'UBB (24 ans, 8 sélections) souffre d'une importante lésion musculaire qui l'handicape depuis plusieurs semaines. Son forfait avait d'ailleurs été acté début janvier et son indisponibilité est évaluée à trois mois, il y a donc peu de chances qu'il participe au Tournoi.

Jefferson Poirot (XV de France) - 16 mars 2016

Jefferson Poirot (XV de France) - 16 mars 2016Icon Sport

Alexandre Flanquart (Deuxième ligne, Stade français)

La dernière fois que le deuxième ligne a porté les couleurs du XV de France c'était contre l'Angleterre, lors du Tournoi 2016. Depuis, Alexandre Flanquart (27 ans, 22 sélections) traîne une blessure à une cheville. Opéré dans un premier temps, le joueur a rechuté ne disputant que 2 matchs comme titulaire avec son club cette saison. Un bilan trop léger pour espérer revenir. Pire encore, sa cheville lui jouant de nouveau des tours, elle l'a obligé à prolonger son indisponibilité, ce qui l'éloignera des terrains pour un bon moment.

Alexandre Flanquart, deuxième ligne du XV de France

Alexandre Flanquart, deuxième ligne du XV de FranceIcon Sport

Paul Jedrasiak (Deuxième ligne, Clermont)

C'est un chassé-croisé qui s'opère avec son coéquipier Arthur Iturria. Un "remplacement" qui fait suite à une tournée de novembre manquée en raison d'une blessure, cette même blessure à la cheville qui a fait que sa candidature pour ce Tournoi des 6 Nations n'a pas été retenue. En manque de rythme, Jedrasiak (23 ans, 5 sélections) n'a vraiment retrouvé les terrains que le 23 décembre 2016 et la réception du Stade français par l'ASM. Un peu trop juste pour espérer se lancer pleinement dans l'arène des matches internationaux.

Paul Jedrasiak (XV de France) - février 2016

Paul Jedrasiak (XV de France) - février 2016Icon Sport

Wenceslas Lauret (Troisième ligne, Racing 92)

Pour Wenceslas Lauret (27 ans, 12 sélections), il ne s'agit pas des blessure mais plutôt d'un choix tactique de Guy Novès. En effet, il semblerait que le sélectionneur ait trouvé la bonne formule concernant la troisième ligne. Et le profil de plaqueur-gratteur de Lauret ne convient pas à la philosophie de ce XV de France qui évolue avec trois numéros 8 (Goujon, Picamoles, Gourdon). Absent de l'équipe depuis le Tournoi 2016, il semblerait que le flanker francilien ait dit adieux au maillot frappé du Coq.

Lauret et Poirot après la victoire sur l'Irlande

Lauret et Poirot après la victoire sur l'IrlandeIcon Sport

Bernard Le Roux (Troisième ligne, Racing 92)

C'est l'une des énigmes de cette liste Elite. Homme fort sous PSA, Bernard Le Roux (27 ans, 24 sélections) a lui aussi quitté le XV de France un triste soir de mars 2016 et ce revers à domicile face aux Anglais 21-31. Depuis, silence radio. Un mutisme qui est dû à une vilaine déchirure à une cuisse que Le Roux n'a soigné que récemment (4 matches disputés cette saison). Autre point noir, la saison en demi-teinte des Racingmen qui ne l'a pas forcément mis dans la lumière. De retour de l'infirmerie, le flanker va désormais s'attacher à enchaîner les feuilles de matches avec les Ciel et Blanc.

Bernard Le Roux et Djibril Camara (XV de France) - 8 mars 2016

Bernard Le Roux et Djibril Camara (XV de France) - 8 mars 2016Icon Sport

Sébastien Bézy (Demi de mêlée, Toulouse)

Il était le demi de mêlée du XV de France annoncé comme titulaire en 2016. Guy Novès lui avait d'ailleurs confié les clés du camion lors du Tournoi de l'an dernier. Cependant, Sébastien Bézy (24 ans, 7 sélections) a laissé passer sa chance et surtout le duo Serin-Machenaud s'installer confortablement devant lui dans la hiérarchie, lors de la tournée de novembre. Maintenant troisième homme, Bézy doit travailler et enchaîner les bonnes prestations pour peut-être retrouver son rang.

Sébastien Bézy et Yoann Huget

Sébastien Bézy et Yoann HugetIcon Sport

Jules Plisson (Ouvreur, Stade français)

Même avec la blessure de Trinh-Duc lors du match contre les Samoa, Jules Plisson (25 ans, 13 sélections) n'a pas été choisi par Novès pour remplacer le Toulonnais blessé. C'est Camille Lopez qui a pris sa place et profité de l'opportunité pour s'installer à l'ouverture avec Jean-Mac Doussain. Bref, comme pour Bézy, Plisson ne fait plus partie de la hiérarchie.

L'entrée de Jules Plisson sur la pelouse du stade Jose-Ferrio de Tucuman

L'entrée de Jules Plisson sur la pelouse du stade Jose-Ferrio de TucumanIcon Sport

François Trinh-Duc (Ouvreur, Toulon)

L'absence de Trinh-Duc (30 ans 56 sélections) est due à sa blessure contractée contre les Samoa lors des tests de Novembre. Sévèrement touché, victime d'une fracture du radius de l'avant-bras droit, l'ouvreur toulonnais n'a toujours pas repris avec Toulon. Il devra néanmoins batailler pour retrouver la sélection nationale.

François Trinh-Duc (XV de France) - novembre 2016

François Trinh-Duc (XV de France) - novembre 2016Icon Sport

Maxime Mermoz (Centre, Toulon)

Difficile de s'imposer face à la paire Fofana-Lamerat au centre de l'attaque des Bleus. Maxime Mermoz (30 ans, 35 sélections) en fait d'ailleurs les frais. Soumis aussi à la concurrence au RCT, le centre continue d'écrire une histoire en pointillés avec le XV de France. Un peu comme sous l'ère Saint André, Mermoz effectue des va-et-vient avec la sélection sans jamais vraiment se fixer.

Maxime Mermoz (XV de France) à Marcoussis - 8 mars 2016

Maxime Mermoz (XV de France) à Marcoussis - 8 mars 2016AFP

Maxime Médard (Arrière, Toulouse)

Présent lors du Tournoi 2016 et pendant la tournée victorieuse en Argentine, Maxime Médard a tour à tour été touché à une cuisse puis à une épaule. D'ailleurs, ce dernier ne comptait pas faire partie du groupe pour le Tournoi 2017, et il l'avait fait savoir ouvertement : "Scott (Speeding, ndlr) et Brice (Dulin, ndlr) ont fait de belles prestations. Si on m’appelle, je serai très content mais pour le moment mon objectif, c’est surtout de retrouver un bon niveau avec le Stade toulousain" avait-il déclaré le 11 janvier dernier.

Maxime Médard avec l'équipe de France

Maxime Médard avec l'équipe de FranceEurosport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés