Icon Sport

Tournoi des 6 nations, Irlande-France - Wesley Fofana: "On ne me fera pas mal avec les critiques"

Fofana: "On ne me fera pas mal avec les critiques"

Le 12/02/2015 à 15:02

Face aux critiques qui pointent les insuffisances offensives du XV de France, Wesley Fofana (27 ans, 31 sélections) préfère afficher son indifférence. Pour le trois-quarts centre, les Bleus font bloc pour réaliser un coup à l’Aviva Stadium.

Wesley, pensez-vous que le XV de France est en mesure de s’imposer face à l’Irlande ?

Wesley FOFANA: On n’est pas favori dans ce match. Mais on y va sans pression et pour faire un coup. Ce n’est pas le moment d’avoir la pression et de se prendre la tête. On n’a rien à perdre. Il faut tout donner et être plus précis dans le dernier geste. Et on a aussi envie de marquer cette équipe que l’on retrouvera en phase de poules de la Coupe du monde. On va essayer de marquer notre territoire. Mais pour avoir joué les Irlandais en Coupe d’Europe, il faut s’attendre à souffrir en défense avec beaucoup de rythme et d’intensité.

Tout le monde présente l’Irlande comme la meilleure nation du Nord mais vous êtes sans doute l’équipe qui la met le plus en difficulté…

W.F: Sincèrement, on va là-bas avec beaucoup de confiance et d’envie. Je ne vais pas trop m’avancer mais on a dans l’idée de ramener quelque chose.

" Il n’y a que les entraîneurs ou les joueurs qui peuvent me dire ce qu’ils ressentent"

Comprenez-vous les critiques sur le jeu de votre équipe ?

W.F: Je n’aurais pas aimé perdre face à l’Ecosse et lire les critiques derrière. Mais il n’y a pas de sentiment d’injustice. On ne va pas trop faire attention à ce qui est écrit sur nous. Ça fait un petit moment que ça dure. On se concentre sur nous. On assume tout ce qui est dit sur nous et on essaye de contrôler ce qui est contrôlable. Le reste, c’est une perte de temps.

Wesley Fofana face à l'Ecosse

Wesley Fofana face à l'EcosseIcon Sport

Mais vous semblez agacé…

W.F: C’est la question qui revient tout le temps. Sincèrement, même quand on gagne, on a des critiques. On ne peut pas dire à un journaliste de ne pas écrire ce qu’il veut. Mais c’est comme d’habitude, il ne faut pas rester sur ça. Malgré tout ce qui peut être dit, que ce soit justifié ou non, on a notre bulle par rapport à ça. Moi, on ne me fera pas mal avec les critiques. Il n’y a que les entraîneurs ou les joueurs qui peuvent me dire ce qu’ils ressentent. Si les journalistes veulent mettre la faute sur quelqu’un, il n’y a aucun problème. Mais c’est pareil pour pas mal de mecs, ça ne me fait rien. Il y a vous (les journalistes, ndlr), il y a une petite barrière (il mime) et après, il y a nous.

" On se protège les uns, les autres."

On a tout de même le sentiment que le staff vous protège beaucoup…

W.F: Bien sûr qu’il nous protège. On fait tous partie de la même équipe. On se protège les uns, les autres.

Dans votre manière d’écarter les critiques, vous ressemblez à Aurélien Rougerie…

W.F: C’est normal, c’est mon pote (sourire). Dès le début, il m’avait parlé de ce genre de situation. Il a vécu beaucoup de choses similaires et il te prévient. Aujourd’hui, je gère ce genre de situation. Il faut prendre du recul.

Aurélien Rougerie était présenté comme "le papa" des arrières. Aujourd’hui, vous avez l’impression de jouer un peu ce rôle ?

W.F: (il rigole). Je ne sais pas si je suis un jeune papa. Ça fait longtemps que je suis là alors si je peux aider les jeunes qui arrivent, c’est un plaisir.

Wesley Fofana essaye d'échapper aux défenseurs écossais - France Ecosse - 7 février 2015

Wesley Fofana essaye d'échapper aux défenseurs écossais - France Ecosse - 7 février 2015Icon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés