6 Nations 2024 - Les moments marquants de la carrière de George North (pays de Galles), futur retraité international

  • George North prend sa retraite internationale.
    George North prend sa retraite internationale. Huw Evans Agency / Icon Sport - Chris Fairweather/Huw Evans Agency
Publié le Mis à jour
Partager :

À 31 ans, l’ailier ou centre gallois a annoncé la fin de sa carrière internationale. Retour sur les moments forts de son parcours monumental, démarré à 18 ans en 2010 par un doublé contre les Springboks.

  • Des débuts fracassants

George North a fait ses débuts en novembre 2010 à l’âge de 18 ans et 214 joueurs contre l’Afrique du Sud. Il en profita pour marquer deux essais. Il n’avait joué que six matchs avec sa franchise des Scarlets. Seuls deux joueurs ont porté le maillot gallois en étant plus jeunes que lui.

Quatorze ans après, il va donc finir sa carrière avec un total de 121 capes. Seuls deux Gallois ont fait mieux, Alun-Wyn Jones et Gethin Jenkins. George North a marqué 47 essais pour le pays de Galles, mais il a aussi joué trois tests pour les Lions en tournée en Australie en 2013, le temps de marquer deux essais. À ses débuts, il fit sensation par son gabarit, jamais l’équipe de la principauté n’avait vu un ailier aussi grand et costaud, 1m 93 et 114 kilos. Il marqua neuf essais sur ses douze premières sélections, dont un doublé face à la Namibie en Coupe du Monde qui fit de lui le plus jeune marqueur de l’épreuve.

  • Un homme du nord 

George North est l’un des rares internationaux originaires du nord du pays de Galles, de l’Ile d’Anglesey où il est arrivé à deux ans après une naissance en Angleterre. Il est capable de s’exprimer couramment en gallois. Il a fréquenté le prestigieux collège de Landovery qui a formé 17 internationaux gallois dont six Lions y compris Alun-Wyn Jones.

  • Un palmarès de légende

Le palmarès de George North est édifiant sous le maillot gallois. Il a participé à quatre Coupes du monde, il a vécu deux tournées des Lions. Il a connu deux grands chelems, 2012 et 2019 et deux victoires simples dans le Tournoi, 2013 et 2021. En club, il fut champion d’Angleterre avec Northampton en 2014. Il gagna la même année le challenge européen. Avec les Lions, il a participé à la tournée victorieuse en Australie en 2013 et à la tournée ex aequo de 2017 en Nouvelle-Zélande (mais sans jouer les tests).

And that’s me \ud83d\ude18 pic.twitter.com/qFRrhA2wHK

— George North (@George_North) March 13, 2024
  • Utilisé comme ballon d'oxygène 

En 2013, il fut transféré sans vraiment le vouloir des Scarlets à Northampton en Angleterre pour la somme de 290 000 euros. La franchise galloise était aux prises à de grosses difficultés financières. Le prix du transfert l’aida à se maintenir à flot. Mais en 2018, il revint au pays de Galles, chez les Ospreys.

  • Son papa le rejoint sur la pelouse 

On peut considérer que la période 2012-2023 fut l’acmé de sa carrière. En 2012, il joua chaque minute du Tournoi couronné par un Grand Chelem. En 2013, il gagna le Tournoi en jouant aussi les quatre matchs en intégralité, dont une victoire au Stade de France en marquant un essai et vit son père, David sauter sur la pelouse. Il fut ensuite l’un des moteurs de la tournée des Lions en Australie. Il a battu toutes les nations majeures à part les All Blacks.

  • Des commotions à gogo

Sa carrière fut aussi marquée par les commotions cérébrales. Il en a connu sept, dont cinq pour la seule année 2015, ce qui alimenta les bruits de retraite précoce à son sujet. En 2020, il était resté inconscient après un choc avec Gaël Fickou. En 2021, le sélectionneur néo-zélandais du pays de Galles Wayne Pivac le fit passer du poste d’ailier à celui de trois-quarts centre, choix payant puisque son équipe termina à la première place. 

  • Un avenir en France 

Il n’a pas fini sa carrière car il s’est déjà engagé pour un club français, Provence Rugby, actuellement en Pro D2. Il a signé un contrat pour les deux prochaines saisons. Il est de notoriété publique que le rugby gallois n'avait plus les moyens de le garder sous contrat. Les finances de la fédération et des franchises sont au plus mal, son départ est l'une des conséquences de ce marasme. 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
Gcone1 Il y a 2 mois Le 14/03/2024 à 13:49

Il nous a régalés si souvent ! On lui souhaite le meilleur pour la suite ! Bye bye champion !

GuydEg Il y a 2 mois Le 13/03/2024 à 19:16

Bienvenue chez Provence Rugby

unquartdecentre Il y a 2 mois Le 13/03/2024 à 18:31

Au revoir, champion!!