Pro D2 - Rudy Derrieux (Nevers) : "Le groupe a franchi un cap mentalement"

Par Sébastien Chabard
  • Rudy Derrieux a disputé 17 rencontres cette saison avec Nevers.
    Rudy Derrieux a disputé 17 rencontres cette saison avec Nevers. Icon Sport
Publié le
Partager :

Premier joueur de l’histoire de l’USON Nevers Rugby (où il est arrivé de Montpellier en 2014, quand le club était en Fédérale 1) à atteindre les 200 matchs, le trois-quarts centre et capitaine Rudy Derrieux savoure une victoire conquise aux forceps face à Agen (24-19). Un dix sur dix à domicile qui maintient les Neversois à la quatrième place, aux deux tiers du championnat, et en ligne avec leur objectif : la qualification.

Comment avez-vous vécu ce 200e match sous les couleurs de Nevers ?

Je ne me suis pas trop mis de pression par rapport à ce 200e match. Même si 200 matchs dans un club, c’est… (silence) C’était un grand moment, mais j’ai voulu en faire un match comme un autre. Car l’important, c’était de gagner pour confirmer notre victoire à Brive, sinon tout ce que nous avions fait là-bas aurait été gâché.

C’est un succès que vous avez obtenu dans la douleur face aux Agenais, qui sont restés dangereux jusqu’au bout. Vous vous y attendiez ?

Oui, on s’attendait à un match piège. Et la météo, la pluie, ne nous a pas aidés à développer notre jeu. Mais on a su aller chercher en fin de match ce dernier essai qui nous met un peu plus à l’aise. C’est vrai que le temps ne favorisait pas notre jeu, mais on a vu que lorsqu’on arrivait à enchaîner quelques phases, on les mettait en danger. Ce dernier essai c’est complètement nous, ça nous encourage à poursuivre dans cette voie.

Votre manager, Xavier Péméja, disait à l’instant que c’est un match que vous auriez pu perdre, il y a quelques mois. C’est aussi votre sentiment ?

C’est très bien de gagner aussi à couteaux tirés, dans le combat. C’est une preuve de caractère.

C’est votre troisième victoire consécutive. Est-ce que c’est celle obtenue face à Vannes il y a trois semaines (25-3, avec le bonus offensif) qui a été le déclic ?

Le déclic, c’était plutôt la défaite 37-7 à Rouen, la semaine précédente, que la victoire contre Vannes. Après ce match à Rouen, on s’est réunis entre joueurs et on s’est dit "qu’est-ce qu’on veut faire cette année ?"

Après Vannes, vous avez enchaîné avec une victoire à Brive. C’est le genre de performance qui donne beaucoup de confiance ?

On construit sur ces deux matchs que l’on a réussis contre Vannes et Brive. Je sens que le groupe a franchi un cap mentalement. On prend match par match, mais pour tous les gagner. Là, on va enchaîner avec deux déplacements, à Mont-de-Marsan puis à Aurillac. On doit en gagner au moins un pour rester en haut du classement.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Rudebi Il y a 1 mois Le 17/02/2024 à 16:01

La bonne carburation est trouvée. Il faut continuer dans cette voie. Allez l'Uson