Coupe du monde 2023 - "Je ne peux pas cautionner ce qu’a dit Antoine Dupont" explique Joël Jutge (responsable des arbitres de World Rugby)

Par T.F
  • Antoine Dupont, demi de mêlée du XV de France et du Stade toulousain.
    Antoine Dupont, demi de mêlée du XV de France et du Stade toulousain. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Après la Coupe du monde 2023 en France et les débats autour de l'arbitrage, le responsable des arbitres de World Rugby Joël Jutge s'est exprimé, dans le Midi olympique, sur les propos d'Antoine Dupont post-quart de finale. En précisant d'abord ne pas les cautionner, l'ancien arbitre international aspire surtout à contrer les différents "mouvements d'abus et de menace" sur les officiels de match entraînés par ces déclarations.

"Il y a des situations claires et évidentes qui n'ont pas été sifflées mais je n'ai pas envie de faire l'aigri... Je ne suis pas sûr que l’arbitrage ait été au niveau de l'enjeu". C'est avec ces mots que le capitaine de l'équipe de France Antoine Dupont avait évalué et jugé l'arbitrage, au soir du 15 octobre, quelques minutes après la logique mais immense déception provoquée par la défaite face à l'Afrique du Sud (29-28).

Ben O'Keeffe, bunker, réforme de certaines règles... L'entretien intégral et exclusif avec Joel Jutge

Une réaction à chaud donc, que ne partage pas du tout le responsable des arbitres à World Rugby Joel Jutge. Dans un entretien accordé exclusivement au Midi Olympique, le boss des hommes au sifflet explique pourquoi la teneur des propos du joueur toulousain pourrait avoir un impact négatif : "En tant que responsable des arbitres, je ne peux pas cautionner ce qu’a dit Antoine Dupont, car cela a donné lieu à un mouvement d’abus et de haine terrible en ligne à l’égard de Ben (O'Keeffe). Mais je connais l’homme, et je n’ai aucun doute sur ses valeurs morales et sur la façon dont il perçoit les échanges entre arbitres et joueurs. C’est un immense champion et une personne bien que nous respectons, mais je le répète, je ne cautionne pas ce qu’il a pu dire ce jour-là, même si nous savons tous qu’il a été soumis à une énorme pression pour revenir suite à sa blessure." Une opinion compréhensible au vu de son statut, de son poste actuel mais aussi de son passé, lui l'ancien arbitre international (1999-2009).

Inquiétude autour de la sécurité des arbitres

En tant que patron des arbitres, il appelle à protéger la profession des différentes mais nombreuses dérives qui peuvent impacter les officiels de match. À tel point qu'il dévoile avoir été inquiet pour la sécurité physique de ceux qu'il représente. "J’avais prévu qu’en cas d’élimination de la France dès les quarts, ce serait difficile pour nous, en raison de l’émotion qu’elle susciterait. Pour tout dire, j’avais pensé qu’il faudrait peut-être en arriver à protéger physiquement nos arbitres, parce que je sentais une dérive arriver, avec cet engouement très fort derrière le XV de France. [...] Ça n’a pas été nécessaire car la sécurité au Stade de France fonctionne très bien. Mais il ne faut pas cacher que les jours qui ont suivi le quart de finale furent difficiles."

Au cours de l'entretien dans le "Jaune" et sur votre site, le boss de l'arbitrage mondial revient aussi sur les "fautes" qui ont suscité les débats, l'utilisation du bunker ou encore le rôle des médias dans la pédagogie et le lien arbitre-public. Tant de sujets intéressants pour comprendre le rugby actuel et ses enjeux auxquels Joel Jutge répond sans détour.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (107)
Leridan Il y a 28 jours Le 28/01/2024 à 16:49

Je viens de relire tous les commentaires.
Je n'en veux ni aux arbitres ni à World Rugby, j'en veux aux instances dirigeantes de la FFR qui se comportent comme des cucks depuis quarante ans.
Le lendemain du quart - le temps de bien revoir le match en détail - il aurait fallu poser un ultimatum à WR:
- soit on donne la victoire à la France sur tapis vert
- soit on rejoue le match
- soit la comédie s'arrête là et tout le monde rentre à la maison

Je suis désolé mais tant que la fédé écartera les fesses je ne regarderai plus un match de coupe du monde.

mitchum Il y a 28 jours Le 28/01/2024 à 09:13

Je crois qu'on a bien compris, on peut peut être supprimer l'article non ?

bubu6431 Il y a 1 mois Le 23/01/2024 à 14:17

Y en marre de votre article Rugby ram est payé ou quoi ?