International - Le XV mondial de l'année : élisez le meilleur numéro 5 de 2023

Par Rugbyrama
  • Élisez votre numéro 5 de l'année 2023.
    Élisez votre numéro 5 de l'année 2023. Icon sport
Publié le Mis à jour
Partager :

L'année 2023 touche à sa fin. Jusqu'au 27 décembre, Rugbyrama vous laisse les commandes pour élire votre XV mondial de l'année. Ce vendredi, on évoque les numéros 5, ces deuxième ligne puissants dont l'influence n'a pas cessé de grandir malgré l'accélération du jeu. Alors, qui selon vous a été le plus fort en 2023 ?

Will Skelton (Australie)

Il aura été le "nommé" le moins en vue de ce Mondial, ne participant qu'à la victoire des siens contre la Géorgie, avant de tirer un trait sur le reste de la compétition. Le "petit coup" évoqué par Eddie Jones, subi à l'entraînement après cette première journée a fait plus de dégâts que prévu. Non seulement à l'encontre du joueur, mais aussi de sa sélection, qui n'a jamais redressé la barre. Ce qu'elle aurait pu faire nécessairement avec son deuxième ligne rochelais, dont la constante avancée dans le jeu courant, la technique ballon en main et surtout l'aptitude unique dans les ballons portés a largement servi les intérêts du Stade rochelais, vainqueur de la Champions Cup.

31 ans ; 2,03m, 145kg

Avec La Rochelle : 15 matchs (dont 14 comme titulaire), pour 2 essais et un sacre en Champions Cup.

Avec l'Australie : 6 matchs (dont 5 comme titulaire).

Franco Mostert (Afrique du Sud)

S'il a commencé l'année en troisième ligne aile, c'est bel et bien à droite de la deuxième ligne qu'il a disputé le Mondial. Et grand bien a pris Rassie Erasmus et Jacques Nienaber de repositionner ce dur au mal, capable de répéter les tâches malgré son gabarit très imposant. D'ailleurs, son omniprésence est à signaler puisqu'il participe à un grand nombre de phases de rucks, est une cible privilégiée et un contre redoutable en touche et constitue un très gros plaqueur.

33 ans ; 1,98m, 112kg

Avec le Honda Heat : 13 matchs la saison dernière, 2 cette saison.

Avec l'Afrique du Sud : 10 matchs (dont 8 comme titulaire) pour un sacre de champion du monde.

Scott Barrett (Nouvelle-Zélande)

Son Rugby Championship était déjà exceptionnel, il a su rebondir après la déception de Twickenham et réaliser un Mondial de haut vol, bien calqué sur ses performances en club, avec les Crusaders. Bakkies Botha, dans cet été entre deux mondes pour les All Blacks, l'avait qualifié de deuxième ligne "next level", soit de très haut niveau. Le frère cadet des Barrett a finalement été bien à l'image du paquet d'avants néo-zélandais, c'est-à-dire très mobile et joueur.

30 ans ; 1,97m, 111kg

Avec les Crusaders : 15 matchs (dont 15 comme titulaire) pour deux essais.

Avec la Nouvelle-Zélande : 11 matchs (dont 9 comme titulaire).

James Ryan (Irlande)

Andy Farrell ne pouvait se passer de lui pour l'Ecosse ? Le sélectionneur a donc fait appel à lui dès que possible (et sûrement trop tôt). Pas remis de sa blessure à une main, James Ryan était forfait la semaine suivante et l'Irlande perdait de quatre petits points, pour alimenter sa malédiction des quarts de finale. Il faut dire que le Leinsterman, référence mondiale en touche, s'est depuis longtemps rendu indispensable pour sa province et sa sélection. Sa sortie sur blessure à la demi-heure de jeu fut un premier tournant dans la finale de Champions Cup contre La Rochelle. Et sans lui, le Leinster a également manqué l'occasion de remporter l'URC...

27 ans ; 2,03m, 116kg

Avec le Leinster : 12 matchs (dont 11 comme titulaire).

Avec l'Irlande : 11 matchs (dont 9 comme titulaire) pour 2 essais et le grand chelem.

RG Snyman (Afrique du Sud)

Le colosse se devait d'avoir une place dans cette sélection hautement subjective. Il n'était pas titulaire avec les Boks. Pire, il ne l'a été qu'une fois cette année, en préparation contre le pays de Galles. Mais il a toujours créé une différence lors de ses entrées en jeu. S'il fallait personnifier le "bomb squad", concept décrivant les remplaçants sud-africains envoyés par Rassie Erasmus pour déminer les matchs, on verrait sans aucun doute son air de viking et sa crête (qu'il partage désormais avec Eben Etzebeth). Certes, il a beaucoup sacrifié son rendement avec le Munster (3 matchs en 2021-2022, 6 la saison suivante, toujours aucun cette année), province qu'il va d'ailleurs quitter pour le Leinster, toutefois les Springboks lui doivent énormément.

28 ans ; 2,06m, 117kg

Avec le Munster : 6 matchs (dont 3 comme titulaire) pour un titre en URC.

Avec l'Afrique du Sud : 11 matchs (dont 1 comme titulaire) pour un titre de champion du monde.

Vous avez jusqu'au 27 décembre, 23h59 pour voter (qu'une seule fois). Amis passionnés, faites le bon choix !

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?