• Florian Grill veut à tout prix contrer le candidat du camp Laporte, pour la future présidence de la FFR.
    Florian Grill veut à tout prix contrer le candidat du camp Laporte, pour la future présidence de la FFR. Icon Sport

Florian Grill : "Les clubs doivent voter contre le candidat qui nous est imposé par Bernard Laporte"

Le

Florian Grill a tenu à réagir suite à la proposition du bureau fédéral de choisir Patrick Buisson comme président délégué de la FFR. Le ténor de l'opposition à Bernard Laporte est favorable à la tenue d'un référendum et incite les clubs amateurs à voter "contre le candidat imposé" par l'ancien sélectionneur.

Florian Grill et Ovale ensemble continuent la lutte. Après le choix du bureau fédéral de proposer Patrick Buisson comme président délégué de la FFR, le leader de l'opposition à Laporte accepte le principe d'un référendum pour élire, ou non, Patrick Buisson en tant que nouveau président délégué à la fédération. Dans un entretien exclusif accordé à Midi Olympique, Florian Grill a détaillé sa stratégie quant aux échéances futures.

"Nous respectons évidemment le principe de la mise en place d’un référendum puisqu’il a été proposé par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera et par le comité d’éthique et de déontologie de la FFR. Nous sommes légalistes. Mais nous pensons que les clubs doivent voter contre le candidat qui nous est imposé par Bernard Laporte, quel qu’il soit. Parce que si le candidat est rejeté lors du référendum, il y aura forcément des élections générales".

Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports
Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports Icon Sport - Icon Sport

Le référendum validé par la ministre des Sports

Fin décembre, Amélie Oudéa-Castéra avait validé le processus "sous réserve d’une validation démocratique par les clubs, selon un processus irréprochable et un calendrier précis et rapide". Le leader de l'opposition a également tenu à répondre aux accusations d'Alexandre Martinez, le trésorier de la FFR, dénonçant "un comportement opportuniste pour prendre le pouvoir".

"Je n’ai pas besoin du rugby pour vivre ni pour exister. J’ai créé mon entreprise il y a 28 ans, je suis un homme de résilience et d’investissement dans la durée. Je ne me sens pas concerné par ce genre de propos et je n’ai pas envie de nourrir ce genre de polémique. Elle n’honore pas le rugby. Je combats les idées, pas les hommes" explique Florian Grill.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Florian Grill sur midi-olympique.fr