Icon Sport

XV de France - Dany Priso : "On doit se servir de cette rage d’avoir perdu comme ça"

Priso : "On doit se servir de cette rage d’avoir perdu comme ça"

Le 13/11/2018 à 18:51Mis à jour Le 14/11/2018 à 08:59

TEST MATCH - Le XV de France tente de se reconstruire après sa défaite ô combien frustrante face à l’Afrique du Sud (26-29). Pour le pilier Dany Priso, les Bleus doivent convertir ce sentiment douloureux en énergie positive samedi face à l’Argentine.

Rugbyrama : Comment le groupe se relève-t-il de son échec cuisant de samedi ?

Dany Priso : Sur le coup, c’était vraiment dur même si on a déjà tous vécu une défaite sur le fil. Maintenant, on ne va pas se morfondre pendant des semaines. On a perdu, d’accord, mais on est des grands garçons et on doit passer à autre chose et se reconcentrer sur le match qui vient, contre l’Argentine.

Aviez-vous déjà perdu un match en ayant eu autant de possibilités de le gagner ?

D.P. : Ah oui ! Je pense à une demi-finale de Top 14 avec La Rochelle contre Toulon à Marseille où Anthony Belleau nous claque un drop à la fin. C’est comme ça, c’est très dur et c’est sûr que sur le coup, on a envie de tout casser mais c’est le sport et ce qui fait aussi sa beauté. Tout n’est joué qu’au coup de sifflet final. Ce match face à l’Afrique du Sud n’est pas à oublier. Il y aussi eu des choses très bien. On doit se servir de cette rage d’avoir perdu comme ça pour le match contre l’Argentine.

" Il ne faut pas se laisser abattre"

Vous étiez samedi au cœur de la mêlée à moins d’une minute de la fin. Jacques Brunel a estimé que vous auriez dû obtenir une pénalité, quel est votre avis ?

D.P. : On fait le travail pour avoir la pénalité, on n’est pas récompensé. Derrière, on perd le ballon, on se fait remonter de 80 mètres et on perd le match. C’est forcément rageant mais que dire ? L’arbitre aura toujours raison et on ne va pas pleurer sur lui parce qu’il ne siffle pas la pénalité. Dans tous les cas, c’est sifflé et il ne reviendra pas dessus.

Sentez-vous ce groupe capable de rebondir ?

D.P. : On a perdu mais il ne faut pas se laisser abattre. Je pense qu’il y a beaucoup de qualité dans ce groupe et également beaucoup de jeunes joueurs qui ne connaissaient pas le niveau international. On joue tous le Top 14 et la Coupe d’Europe, où le niveau est élevé, mais à ce stade, c’est deux ou trois niveaux au-dessus. Sur l’intensité, je dirais que c’est deux fois plus ! L’impression que j’ai, c’est qu’au niveau international, les mecs en face jouent leur vie à chaque fois, sur chaque déblayage, chaque contact. C’est donc de l’expérience à prendre. Pour ma part, je ne suis pas inquiet sur le fait que ça finira par tourner en notre faveur.

" Les Argentins sont des grands chambreurs, ils vont te tirer le maillot dès qu’ils peuvent"

Comment jugez-vous l’Argentine, prochain adversaire du XV de France ?

D.P. : C’est une nation qui a progressé au fil des ans. Elle a un beau jeu, avec des trois-quarts qui savent jouer au ballon et qui ont des pattes, et des avants très costauds. Il ne faut pas du tout sous-estimer cette équipe. Au niveau des rucks, ce sera pire que contre l’Afrique du Sud. On a tous au moins un Argentin dans nos clubs et on sait comme ils sont. Ce sont des grands chambreurs, ils vont te tirer le maillot dès qu’ils peuvent…c’est leur jeu, ce qui fait leur personnalité et c’est aussi pour ça qu’on les aime. Personnellement, j’adore ça et ça ne me dérange pas du tout.

Avez-vous été sensibilisés sur le fait de ne pas répondre aux éventuelles provocations ?

D.P. : C’est sûr qu’il ne faut pas être stupide et mettre un coup de poing. Si tu en prends un, tu réponds, on est humain. Mais si c’est juste un tirage de maillot, il faut savoir répondre sans dépasser la limite. Et puis on en a aussi, des joueurs un peu taquins. C’est le rugby et c’est pareil en club. Il y a toujours un mec qui va te bloquer le pied quand tu essaies de te relever d’un ruck ou qui va essayer de te retenir par le maillot. C’est le jeu et ce qui fait aussi notre sport. Tout est bon pour empêcher l’autre d’aller défendre.

Est-ce un match fait pour vous ?

D.P. Ça, on verra bien ! Une chose est sûre, j’ai très envie d’y être et c’est évident que si je ne joue pas, ça me cassera les c*******. Pour ma part, je dois juste bosser et attendre que le groupe soit donné.

Contenus sponsorisés
0
0