Other Agency

Les Boks démarrent fort

Les Springboks démarrent fort
Par Rugbyrama

Le 26/07/2009 à 06:45Mis à jour

L'Afrique du Sud a réussi ses débuts dans les Tri-Nations. Grâce à une grosse première mi-temps, les Springboks ont logiquement battu la Nouvelle-Zélande (28-19) ce samedi sur la pelouse de Bleomfontein. Les All Blacks se sont réveillés trop tard pour l'emporter.

Les Boks n'ont pas raté leur entrée en lice dans les Tri-Nations. Impressionnants de maîtrise et de solidité, ils ont logiquement écarté les Néo-Zélandais. La victoire sud-africaine, comme souvent, est avant tout due à la performance du paquet d'avants. Intraitables dans les rucks, efficaces en conquête, ils ont dans l'ensemble dominé leurs homologues. Des Néo-Zélandais apathiques durant toute la première mi-temps. Ils regagnaient d'ailleurs les vestiaires en accusant un retard de 11 points (14-3). Un moindre mal au vu de leur prestation. La faute à leur manque d'ambition. La faute également aux Boks. Les hommes de Pieter de Villiers ont littéralement privé leurs adversaires de ballons dans le premier acte. 80% de possession au bout d'une demi-heure de jeu !

Un premier acte entièrement springbok

L'ouvreur sud-africain, Ruan Pienaar, fortement décrié ces dernières semaines, a transformé cette nette domination en avance au tableau d'affichage. Et donné un début de réponse à ses détracteurs. Il avait en effet inscrit 11 des 14 points de sa formation à la pause. Un essai en coin plein de réalisme (25e), deux pénalités (18e et 33e) après que François Steyn ait égalisé (3-3, 7e). Car c'est bien Stephen Donald qui avait ouvert le score (4e) pour les Blacks. Mais un début de réponse seulement puisque dans le même temps, Pienaar avait laissé onze points en route. Et donc l'occasion de faire le break. C'est peut-être la raison pour laquelle il a cédé sa place à Morné Steyn à l'entame de la seconde période…

Graham Henry et ses adjoints avaient pourtant fait part de leur souhait de voir leur équipe développer plus de jeu que lors du succès face à l'Australie (22-16) la semaine dernière… Il n'en fut rien pendant plus de quarante minutes. Dans un match parfois brouillon, voire haché par leurs nombreuses fautes, ils étaient mis constamment sous pression. Au point d'en oublier de jouer et de se contenter de défendre. Sur le chemin de la rédemption après un bon premier match dans la compétition, les Blacks étaient tout simplement décevants. A l'image du demi de mêlée Brendon Leonard, à la dérive avant sa sortie (49e) du terrain, alors qu'il se voyait offrir une chance unique de briller.

Réveil all black en vain

Comme la semaine passée contre les Wallabies, les Néo-Zélandais ont pourtant fini par se réveiller. Et de quelle manière ! Après Richie McCaw, c'est cette fois Conrad Smith, encore excellent ce samedi sur la pelouse de Bleomfontein, qui a semé la révolte. Un essai plein de rage (48e) du centre all black relançait totalement les hommes de Graham Henry. Leur ouvreur Stephen Donald se chargeait de la botte et en cinq petites minutes (53e), les voilà à quatre petites longueurs de leurs hôtes (17-13). Plus appliqués sur les fondamentaux et séduisants derrière durant les dernières trente minutes, les Néo-Zélandais se rassuraient et offraient un final à suspense. Seulement, ils ont peut-être oublié une chose : Morné Steyn est bien plus régulier au pied que Ruan Pienaar. La moindre pénalité bien placée se transforme en punition.

Et les Blacks n'ont pas été assez disciplinés pour espérer l'emporter sur le fil. En offrant notamment trois tentatives à l'ouvreur des Bulls, ils lui ont permis de pratiquement assurer la victoire des siens (20-13 à la 57e). Et malgré deux nouvelles réalisations de Donald, c'est le centre sud-africain, Jaque Fourie, qui allait clore le spectacle avec un essai en coin (72e) suite à un ballon de récupération. Les joueurs de Pieter de Villiers ont parfaitement lancé leur campagne des Tri-Nations. De leur côté, les Blacks n'ont pas tout perdu… Ils ont vu qu'ils étaient capables de bousculer les champions du monde. Mais pour gagner en terres springboks, il faudra être performants de la première à la dernière minute. Dès la revanche de Durban samedi prochain.

Contenus sponsorisés