Icon Sport

Le Lou joue à se faire peur mais domine le Stade français

Le Lou joue à se faire peur mais domine le Stade français

Le 24/09/2022 à 18:43Mis à jour Le 24/09/2022 à 18:59

TOP 14 – Match serré au Matmut Stadium de Gerland qui a basculé en faveur des Lyonnais, victorieux (33-27) du Stade français Paris, finalement tout près d’un bonus défensif. Lyon a fait preuve d’indiscipline mais décroche un premier succès à domicile.

Le final de ce duel lyonno-parisien a offert un véritable suspens qui a fait basculer en l’espace de quelques instants d’un possible bonus offensif pour le LOU à un potentiel bonus défensif pour le Stade français. Au final, aucun des deux scénarios ne s’est produit mais il en résulte un score serré, qui voit l’équipe de Xavier Garbajosa décrocher son premier succès de la saison à domicile après son revers face au Stade rochelais, et une formation parisienne rater un bonus défensif qui lui tendait les bras…

La transformation de Léo Barré après l’essai de Lucas Peyresblanques sur ballon porté – après la sirène (80e+2) – échouant de peu à côté. Mais un essai laissant quelques regrets, car l’ouvreur parisien avait réussi une pénalité quelques instants auparavant pour remettre son équipe dans le bonus défensif (76e, 26-22). Sauf qu’entre-temps, Davit Niniashvili et LOU étaient parvenus à faire une différence suite à un coup franc joué rapidement et des situations de 2 contre 1 bien maitrisées (80e, 31-22). L’essai du salut.

La belle entame du Lou, puis l’indiscipline…

Énormément pénalisé à partir de la 20e minute, Lyon a perdu le fil. Son entame était pourtant réussie, à l’image de ce premier essai de Niniashvili dès la première action de la partie, suite à une brèche ouverte par Parisien, repris sur la ligne et voyant son arrière au soutien (2e). Pour sa seconde apparition sous ses nouvelles couleurs, Fletcher Smith a quant à lui permis le break en étant au soutien de Sébastien Taofifenua, percutant après un sauvetage en touche de Dumortier, filant à l’en-but (20e, 18-3) et transformant ensuite (20-3).

Les Parisiens ont cependant réussi à prendre leur mal en patience, parvenant à aplatir une première fois par James Hall sur une succession de temps de jeu (32e). Mais c’est surtout au retour des vestiaires qu’ils sont parvenus à montrer un visage plus conquérant, jouant par ailleurs à deux reprises en supériorité numérique suite aux cartons jaunes de Dumortier (32e) et Mignot (76e), mais échouant dans cette quête de ne pas repartir bredouilles de ce voyage dans le Rhône, alors qu’ils entamaient une série de deux déplacements consécutifs.

Contenus sponsorisés