• Top 14 - Camille Lopez (Bayonne) a réalisé une partition magnifique face à la Rochelle
    Top 14 - Camille Lopez (Bayonne) a réalisé une partition magnifique face à la Rochelle
  • Top 14 - Sireli Maqala (Bayonne) face à la Rochelle
    Top 14 - Sireli Maqala (Bayonne) face à la Rochelle

La vista de Lopez, les boulettes de Thomas et Kerr-Barlow... Le baromètre de Bayonne - La Rochelle

Par Rugbyrama
Le

TOP 14 - Dans un match copieusement dominé par des Basques pleins d’envie et d’entrain (29-13), le guerrier Uzair Cassiem ainsi que les artistes Camille Lopez et Sireli Maqala ont régalé tandis que plusieurs erreurs individuelles ont précipité la chute du champion d’Europe.

Les tops

Camille Lopez

À rebours des rugbymen robotisés d’aujourd’hui, le Mauléonnais conserve dans ses manches des atouts inégalables à l’échelle du Top 14. À savoir, évidemment, sa fabuleuse vista qui lui permet de débloquer n’importe quelle situation. Le premier essai signé Maqala portait déjà sa patte, puisque l’ouvreur basque avait ouvert le premier intervalle à Germain d’un amour de retour intérieur, avant de signer sur un pas la passe décisive. Mais le plus beau était encore à venir lorsqu’à la 42e, Lopez se signala par sa "spéciale", à savoir une passe au pied gagnante (du pied droit s’il vous plaît !) précédée d’une somptueuse feinte de passe pour offrir à Gaëtan Germain un essai en coin. Ajoutez à cela une occupation du terrain plutôt juste et les petits coups de pouce du destin qui vont ben (comme ce rebond capricieux qui trompa Thomas) et vous obtenez là tous les ingrédients d’une prestation trois étoiles...

Uzair Cassiem

On aurait bien sûr pu parler ici de Gaëtan Germain (19 points) dont l’adresse face aux poteaux a encore pesé lourd, ou du jeune Guillaume Martocq auteur d'une entrée fantastique à la place de Yann David. Mais on préférera malgré tout mettre en avant un des guerriers du pack basque, à savoir le numéro 8 Uzair Cassiem. Porteur de ballon privilégié, le Springbok a eu le mérite de se dépenser sans compter pour faire avancer son équipe face au sur-solide premier rideau rochelais, notamment pour assurer les sorties de balle derrière une mêlée parfois souffrante. Une présence physique de tous les instants, à laquelle il faut ajouter son influence en conquête, à l’image de cette importantissime pénaltouche volée au nez et à la barbe d’Ultan Dillane à la 31e.

Top 14 - Sireli Maqala (Bayonne) face à la Rochelle
Top 14 - Sireli Maqala (Bayonne) face à la Rochelle

Sireli Maqala

Bien sûr, le champion olympique à 7 a eu le mérite d’inscrire en pur finisseur le premier essai des siens. Mais cette réalisation ne fut en réalité que la face émergé de l’iceberg, tant le Fidjien a réalisé un match colossal au centre de l’attaque bayonnaise. Ainsi, Sireli Maqala peut se targuer d’avoir réalisé un travail de l’ombre monstrueux, notamment en défense où il contribua largement à museler la bombe Levani Botia, mais surtout dans le jeu au sol ou plusieurs de ses contests démoniaques ont été récompensés par M. Descottes. Un style à contre-emploi qui ne l’a toutefois pas empêché de faire vibrer Jean-Dauger sur chacune de ses initiatives offensives, qui le virent remporter une grande majorité de ses duels malgré l’étroite surveillance de la défense maritime.

Les flops

Teddy Thomas

Pour un Biarrot de naissance et de cœur, un déplacement à Jean-Dauger ne saurait être anodin, fut-il disputé sous les couleurs de La Rochelle. Las pour Thomas, ce voyage en pays basque ne fut pas une réussite. Malgré quelques numéros de funambule le long de la touche avec son compère Dillyn Leyds, l’ancien Racingman était pourtant – presque – parti sur un match plutôt neutre, même si certains observateurs pouvaient lui reprocher une montée défensive hasardeuse sur le premier essai de Maqala, permettant à Lopez de le fixer facilement.

Mais c’était sans attendre cette grosse boulette commise à la 45e minute où, à la poursuite d’un coup de pied de Lopez pourtant anodin, Thomas s’emmêla les pinceaux devant sa ligen d’en-but ; une erreur dont profita son vis-à-vis Victor Hannoun pour récupérer le cadeau et offrir à Guillaume Martocq l’essai qui fit basculer le match.

Tawera Kerr-Barlow

Si son entrée en jeu la semaine précédente face au Racing 92 avait été unanimement saluée, on n’en dira pas autant de la prestation du demi de mêlée rochelais Tawera Kerr-Barlow sur la pelouse de Bayonne. Derrière un pack pourtant dominateur, le All Black n’a cette fois pas réussi à trouver les solutions pour faciliter le travail à son demi d’ouverture de fortune UJ Seuteni, entre approximations et mauvais choix.

Une erreur symbolise à ce titre parfaitement le match de Kerr-Barlow, à savoir cette passe flottante trop facilement interceptée par Baget au retour des vestiaires, à l’origine de l’essai de Gaëtan Germain. Une boulette manifestement peu goûtée par son staff, qui le pria de regagner le banc en même temps que Teddy Thomas, alors qu’il restait encore une demi-heure à jouer. Ce qui, pour un demi de mêlée, ressemble très fortement à une sanction...

Will Skelton

Le colosse australien avait pourtant bien débuté la rencontre, intervenant à plusieurs reprises sur la première séquence du match, avant de peser de tout son poids sur la pénaltouche rochelaise conclue par Tanga. Mais par la suite ? Will Skelton a donné l’impression de s’être endormi un peu tôt sur ses lauriers, à l’image d’ailleurs de son coéquipier Uini Atonio, comme si ce déplacement chez un humble promu de Pro D2 ne valait pas la peine de sortir le grand jeu. Un mode "économie d’énergie" qui s’est forcément avéré préjudiciable pour son équipe, dont le style de jeu est avant tout fondé sur la puissance de ses tracteurs de devant. Lui aussi fut prié de quitter le terrain à un bon quart d’heure de la fin, ce qui ne lui arrive pas si souvent...